10. De la valeur des choses

10. De la valeur des choses

Certains courent après l’argent, d’autres après le pouvoir. Laquelle de ces deux choses est la plus importante à atteindre, et y a-t-il des choses plus importantes encore pour un homme ? des choses si précieuses quelles sont inestimables ? C’est dans cette réflexion qui est loin d’être anodine, car elle est de nature à nous permettre de décider des chemins à entreprendre pour réussir notre vie, c’est à dire à savoir dans quelles choses investir tous nos pouvoirs et tous nos efforts, que je vous propose de vous entraîner aujourd’hui. Il est aisé à comprendre que c’est une question plus pratique que philosophique.

La richesse matérielle peut nous apparaître très importante, mais le pouvoir absolu sur les hommes l’est davantage, puisque le pouvoir absolu d’un dictateur despote peut lui permettre de s’octroyer toutes choses matérielles dans le territoire sur lequel il régnerait sans partage. Vous avez compris que cette question se situe au delà de la morale. L’argent est donc inférieur au pouvoir sur les hommes. Cependant l’argent est un rare moyen objectif de mesurer la valeur des choses, un moyen dont nous allons nous servir pour déterminer la chose la plus précieuse pour un homme. Mais revenons d’abord à nos despotes : Alexandre le Grand, Jules César, Napoléon Bonaparte, Hitler, Staline, Mao Zedong, des hommes dont nous pouvons qualifier l’hygiène de vie de répugnante, aux meurs des plus décadentes, mais nous avons dit que nous avons situé cette étude au delà de la morale. Nous ne retiendrons pas plus le nombre de leurs victimes, ni la barbarie de leur cruauté, mais nous remarquerons que beaucoup sont morts relativement jeunes et malades, dans la dépression et même le suicide, que leur vie n’est donc guère à envier, et que chez Christie’s ou Sotheby’s nul d’entre eux ne remporterait la palme des enchères, il y a à l’évidence de meilleures vies. Dans cette expérience de pensée nous retiendrons la virtualité des enchères dans une de ces grandes maisons internationales comme un critère objectif de la valeur des choses, et et dernier lieu, nous vous laisserons en juger.

Le bonheur se présente à présent comme candidat sérieux, et à coté de lui la santé physique et mentale, cette coquine prétend même à l’immortalité ! Ne reculons devant aucune croyance limitante et ne rejetons pas l’immortalité comme une chose impossible, mais souffrir éternellement comme le Titan Prométhée attaché à un rocher, le foie dévoré vif chaque jour par un aigle, est-elle une chose enviable ? Certainement pas ! vous en conviendrez avec moi, la mort est préférable à la souffrance éternelle quelle soit physique, mentale ou morale ! Le bonheur absolu et éternel, voilà qui sans doute ce qui remporterait les enchères. Immortalité oui, mais avec le bonheur en sus, car l’immortalité seule, nous l’avons vu, ne vaut rien.

L’immortalité est une chose simple à définir et à mesurer : c’est simplement ne jamais mourir. Le bonheur par contre est une chose assez floue qu’il convient de préciser, car nous ne saurions nous contenter d’une chose indéfinissable dans cette étude. Le bonheur n’est pas la joie, ni le plaisir, ni la jouissance chère aux hédonistes, car des jouissances on se lasse ! Le bonheur est au delà. Tournons-nous donc vers les grands maîtres du passé pour nous aider : la sérénité bouddhiste c’est bien, mais la félicité permanente de l’ataraxie épicurienne c’est mieux encore ! C’est là que nous découvrons que toutes les connaissances, tous les savoirs, valent peu de chose en comparaison du savoir-faire qui mène à l’ataraxie, à la félicité parfaite, sans trouble, sans stress et donc sans émotion, un état qui s’accompagne de l’omniscience et de la maîtrise de toutes les structures intimes de notre être spirituel, qui parce qu’elle enveloppe notre corps biologique d’une harmonie sans dissonance, sans la moindre perturbation négative, le préserve à jamais de mourir. Cet état merveilleux, qui remporterait sans nul doute la palme des enchères, est accessible quoique difficilement, mais non transmissible, c’est dommage pour les primes prélevées sur les ventes de Christie,s ou Sotheby’s.
LIRE LA SUITE: https://developpement-mental-semantique.com/ataraxie-et-dissonance-cognitive/

Réagir
1

Jean-Louis Tripon

Chercheur théoricien mentaliste, ingénieur géomètre INSA, expert en sémantique holistique, expert en sciences mentales, Harmonique de Pleine Conscience Holistique Ataraxique (HPCHA), dualiste de substance, métaphysicien athée, créateur de la méthode DMS, président fondateur de l'AFDMS.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier