11. Immuable ou évolutionnaire ?

11. Immuable ou évolutionnaire ?

Nous disposons de deux méthodes pour penser : La méthode verbale linguistique, c’est à dire le langage qui nous sert pour séduire, exploiter et diriger les autres, et la méthode holistique intuitive non verbale, pour exploiter, maîtriser, diriger nos fonctions mentales, et nous transformer pour résoudre nos problèmes. Penser est à l’origine de tous nos accomplissements, de tous nos actes, de tout ce que nous vivons, et quoique vous puissiez en penser, même si on vous considère comme un génie dans votre domaine d’excellence, la première méthode, verbale, pour penser, est superficielle. Quelle que soit la production de votre imaginaire, elle ne vous permettra pas de transformer en profondeur vos structures mentales et vous laissera pareils à vous-mêmes, immuables, incapables d’évoluer mentalement. Pour ce faire, il vous faudra utiliser la seconde méthode, évolutionnaire.

Avec notre espèce humaine, l’évolution biologique est terminée, et commence la véritable évolution mentale sans limite du vivant, qui lui succède. Comme premier chaînon de cette nouvelle aventure non physique du vivant l’homme naît mentalement inachevé, ce qui se nomme sa néoténie. Quoiqu’il puisse croire de ses représentations mythiques de lui-même, à l’image d’un dieu créateur lui offrant la gouvernance du monde, et donc aussi immuable que son géniteur, il reste un animal à l’exception près qu’il est conscient de son ignorance, et que son libre arbitre a pris une nouvelle dimension.

Le langage fut créé à partir des grognements et des mimiques de nos ancêtres les hominiens par les dominants, essentiellement pour donner des ordres à leur congénères dans une relation hiérarchique. Il est impropre pour penser, mais en ces temps là les préoccupations des hommes sont physiques, car il faut s’organiser socialement pour se nourrir, se protéger, se reproduire et élever une descendance. En ces temps là et jusqu’à nos jours, l’homme a continué a développer ses activités physiques par le langage et au delà du langage, par les mathématiques qui sont la science des mesures, puis la physique, et enfin des technologies complexes, toujours dans la poursuite de la même trajectoire animale de la maîtrise de son environnement extérieur. Dans le même temps, et ignorant sa réalité mentale, il a élaboré une multitude de représentations imaginaires contradictoires, religieuses, philosophiques, ou scientifiques, de lui-même et de son monde.

Certains hommes ont acquis une grande habileté à diriger leur corps, ainsi qu’en témoignent les danseurs, les acrobates, et ceux qui pratiquent l’escalade à mains nues. Il nous faut ici constater que le langage, les mathématiques et la physique, sont tout à fait impropres à exercer notre corps. Nous dirigeons notre corps par notre fonction motrice grâce à notre pensée holistique intuitive, opérant sur son image mentale kinesthésique, comme tous les animaux, même ceux qui ne disposent pas d’un cerveau. Cette faculté est innée et nous l’utilisons sans prendre conscience de ses mécanismes. Il en serait de même pour exercer consciemment nos huit autres fonctions mentales. La pensée verbale, les mathématiques et la physique, n’étant pas plus des secours que pour exercer notre corps par la première. Cette fois-ci cependant, il nous faut acquérir la technique de cette méthode intuitive non verbale qui ne nous est pas donnée à la naissance. Un apprentissage qui reste très difficile, car notre civilisation matérialiste ne c’est jamais engagée dans ce sens, et que notre culture ordinaire ne nous l’enseigne pas.

Il y a plus de 3 000 ans, au cours de la formation des premières société humaines impériales, certains hommes ont commencé à explorer les mystères de notre réalité mentale en pratiquant l’introspection en méditation profonde. Ces hommes tels que Zoroastre, Bouddha, Lao Tseu et Epicure, sont les premiers spiritualistes à avoir entrepris une démarche plus scientifique que philosophique ou religieuse, car s’appuyant sur des perceptions expérimentales de leur intimité plutôt que que sur un imaginaire destiné à convaincre et à soumettre les hommes, même si inévitablement, leur mysticisme à contribué à troubler leurs découvertes de croyances confusionnelles. Ces hommes furent des fondateurs de religions et de doctrines philosophiques. Il nous est difficile de comprendre, d’après ce qui reste de leurs œuvres, les étapes qu’ils ont franchies et ce qu’ils ont véritablement atteint, d’autant plus que leur disciples n’ont pas su transmette leur enseignement, sinon notre société humaine ne serait pas telle qu’elle est aujourd’hui, aussi souffrante et ignorante de la possibilité d’évolution mentale de notre espèce.

Cette démarche d’apprentissage, que nous pouvons nommer mentale et spiritualiste, n’est nullement mystique, ni philosophique. Il ne s’agit pas ici de trouver la grâce en communiant avec son transcendant, ni de discourir sur la réalité du monde et de notre être, ni de la valeur de la morale, de l’art, et de notre connaissance des choses, mais simplement de découvrir et d’acquérir des gestes mentaux naturels spécifiques intuitifs que nous ignorons, nous permettant d’entreprendre une discipline évolutionnaire en agissant notre mental comme nous agissons notre corps physique. Elle nous mène par étapes successives à nous débarrasser de la néoténie originale de notre espèce, de toute aliénation physique, sociale et culturelle, et à atteindre le niveau mental harmonique ataraxique.

Cette démarche évolutionnaire naturelle à notre espèce est plus pratique que théorique. Elle consiste à développer notre pensée intuitive holistique non verbale par des techniques mentales sémantiques, d’où le nom de Développement Mental Sémantique DMS que nous pouvons lui donner. Elle constitue la base d’une science mentale du soi pour soi, au delà de la psychologie, en grande partie ineffable car nous ne pouvons pas exprimer verbalement les qualia des opérateurs qu’elle utilise. Une science qui s’enrichit de l’omniscience des structures de notre réalité intime, et donc de la connaissance perceptuelle de notre esprit, qui s’accompagne de cartes heuristiques de navigation dans les recoins les plus obscurs de ce que d’autres nomment l’inconscient. Elle fait de nous des experts en sciences mentales et dans toutes les sciences sociales, de la sémantique à la science politique.

Le stade d’évolution mentale harmonique de pleine conscience holistique ataraxique est un état de félicité permanent affranchi de toute dissonance normative et cognitive, en l’absence de stress et d’émotion. Certain(e)s peuvent craindre de perdre leurs émotions, mais il faut savoir que ces émotions sont engendrées par un système de contrôle de notre fonction volontaire, et que même positives elles perturbent notre équilibre mental, réduisent notre pertinence, et peuvent provoquer des désordres et des nuisances avec des conséquences graves sur notre santé physique et mentale. Un des premiers avantage de l’ataraxie, c’est que notre cerveau ayant moins de toxines à éliminer en sa phase de sommeil, récupère beaucoup plus vite sa pleine capacité et ne souffre plus de névralgies. Aussi, les transformations cérébrales qui en résultent sont pleinement décelables par un examen neurologique, et constituent une preuve physique que nous ne sommes pas notre cerveau, car celui-ci est incapable de transformer lui-même ses propres structures.

Notre civilisation matérialiste s’est enfoncé depuis deux siècles dans une aventure technicienne et économique tragique conduisant à la destruction de la biodiversité, au gaspillage des ressources naturelles de la planète, et l’humanité à sa perte. Il est plus que jamais temps à l’homme de découvrir sa réalité mentale, alors que la science la nie dans une convulsion hystérique aliénante d’une culture physique inadaptée à l’humain, d’une pensée conceptuelle sans issue en fin de course, sclérosée sur ses pétitions de principe fausses, privant l’homme des outils et des ressources de sa substance mentale, l’accablant du fardeau de ses dissonances normatives, et se perdant dans les rêves magiques du transhumanisme et de la cybernétique. Les hommes ne pourront sortir de cette voie immuable d’un progrès physique détruisant leur monde et leur espèce, qu’en empruntant la voie évolutionnaire du raffinement de leur nature spirituelle.

Réagir
1

Jean-Louis Tripon

Chercheur théoricien mentaliste, ingénieur géomètre INSA, expert en sémantique holistique, expert en sciences mentales, Harmonique de Pleine Conscience Holistique Ataraxique (HPCHA), dualiste de substance, métaphysicien athée, créateur de la méthode DMS, président fondateur de l'AFDMS.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier