C’est Quoi L’Hypnose ?

C’est Quoi L’Hypnose ?

Qu’est ce qu’un état d’hypnose ?

L’hypnose est un état de notre esprit, exactement comme la veille, ou le sommeil, mais différent de ceux-ci. Il s’agit donc d’un phénomène naturel. Cet état peut être mis en évidence par l’imagerie médicale (1). C’est un état dans lequel nous nous trouvons régulièrement plusieurs fois par jour suivant un rythme de 90 à 120 mn (2). Ce sont des moments où on est “absent”, “dans la lune”, déconnecté de notre environnement immédiat. On est là et en même temps on n’est pas là. On peut l’observer souvent chez des gens qui font des pauses, dans une salle d’attente ou à la terrasse d’un café par exemple, ils sont totalement immobiles, le regard fixe dans le vague sans rien regarder en particulier pendant un certain temps puis ils se remettent à bouger. Il a été démontré que dans cet état notre cerveau et notre esprit fonctionnent différemment de l’état de veille. Dans cet état nous pouvons faire des choses avec notre esprit qui seraient impossibles à faire autrement. Quand on est dans cet état, on dit que l’on est en transe, ou dans une transe hypnotique. Il nous arrive d’entrer spontanément en transe hypnotique quand nous regardons un film intéressant, quand nous faisons du jogging, ou quand nous conduisons sur l’autoroute, par exemple. La transe hypnotique est quelque chose de totalement naturel.

Formes d’hypnose

Formes d’hypnose :
Hypnose Ericksonienne, Hypnose Humaniste, Nouvelle Hypnose, Hypnose Alternative, Hypnose conversationnelle, Auto hypnose…

•Hypnose Ericksonienne:
L’Hypnose Ericksonienne est la plus ancienne technique d’hypnose. Elle est basée sur le postulat que toute solution est en nous et que notre inconscient dispose des ressources nécessaires pour solutionner toutes les problématiques. Les avis sur l’Hypnose Ericksonienne sont unanimes : elle donne à notre inconscient la possibilité de faire son travail d’une manière naturelle.

•Hypnose Humaniste:
L’Hypnose Humaniste fait partie des hypnoses « nouvelle génération ». Cette hypnothérapie, d’inspiration Jungienne, est basée sur une approche symbolique. On parle de « thérapie symbolique avancée » par l’hypnose.

•Nouvelle Hypnose:
La Nouvelle Hypnose est une des dernières évolutions de l’hypnothérapie. Elle est reconnue dans les désordres émotionnels comme l’anxiété, la dépression, les troubles du sommeil, mais également dans toutes les formes d’addictions (tabac, alcool, nourriture…).

•Hypnose Alternative:
L’Hypnose Alternative repose sur les grands principes psychopathologiques de la psychologie et de la psychiatrie. Elle considère que tout trouble provient d’un élément déclencheur (un traumatisme). Il suffit alors de traiter cet élément pour voir le symptôme disparaître.

•Hypnose Conversationnelle:
L’hypnose conversationnelle est une forme d’hypnose très légère, mais néanmoins redoutablement efficace qui permet entre autres de contourner les résistances du mental. Elle se pratique en face à face, lors d’une conversation thérapeutique.
•Auto Hypnose:

Analyse:
Les évolutions cliniques et la recherche donnent constamment naissance à de nouvelles techniques et protocoles toujours plus perfectionnés. Il existe de plus en plus de façon de travailler en hypnose, chaque méthode a sa particularité. Comment y voir clair ? Voici un comparatif des principales formes d’hypnoses. Ce que n’est pas l’hypnose: L’hypnose n’est pas le sommeil. Dans la transe légère (voir ci-dessous) utilisée en hypnothérapie, le sujet reste toujours conscient, il entend tout, il comprend tout. Même dans des états plus profonds, alors que la conscience semble ne plus être là, l’esprit inconscient reste toujours actif, il entend et comprend ce que le thérapeute dit et il peut répondre, ce qu’il ne peut pas faire pendant le sommeil. L’hypnose n’est pas la relaxation. Bien que l’état hypnotique soit généralement perçu comme fort agréable par celui ou celle qui l’expérimente, il est tout à fait possible d’entrer en transe debout, les yeux ouverts, chez le dentiste, ou en souffrant d’une douleur persistante. Il n’est pas nécessaire d’être détendu ou relaxé pour entrer dans l’état de transe, il n’y a rien de commun entre la relaxation et l’état hypnotique. La profondeur de transe: On peut considérer qu’il existe différents niveaux de “profondeur” de la transe, qui peuvent être perçus comme ci-dessous:

•La transe légère:
Dans laquelle nous restons complètement conscient de tout ce qui se passe. C’est ce niveau de transe qui est le plus souvent utilisé en hypnothérapie. On considère que 100% des gens normaux peuvent entrer dans une transe légère. •La transe moyenne: Dans laquelle notre conscience oscille entre être présente et ne plus être là.

•La transe profonde:
Où nous avons l’impression de dormir, mais qui est différente du sommeil. On considère qu’environ 75% des gens peuvent entrer dans une transe profonde parfois après un long apprentissage. La profondeur de transe n’a aucune importance pour la thérapie. Contrairement à certaines idées reçues il n’est pas nécessaire d’aller en transe profonde pour faire un travail thérapeutique satisfaisant. Généralement la transe est vécue comme un moment agréable, un moment de détente et de repos, et en sortant de transe on se sent comme après une sieste, mais ce n’est pas une obligation et parfois les séances peuvent être éprouvantes et fatigantes. En général, en sortant de transe, il nous faut quelques minutes pour retourner totalement à l’état habituel de veille.
Sandra THOQUER.

Intérêt de l’hypnose

Quand nous sommes en transe, nous pouvons faire des choses difficiles, voire impossibles, à faire autrement, notamment :
•Accéder à des souvenirs oubliés
•Oublier des souvenirs obsédants
•Communiquer directement avec notre inconscient
•Vivre des rêves éveillés comme s’ils étaient réels
•Nous dissocier de nos émotions
•Supprimer des douleurs
•etc. .
Ces possibilités ouvrent des perspectives très importantes pour comprendre comment fonctionne notre inconscient et y introduire des changements durables, ce qui est le but de toute psychothérapie. Il est important de comprendre que l’état d’hypnose en lui-même n’est pas curatif. La valeur de l’hypnose repose entièrement dans son utilisation comme moyen de faciliter les processus de guérison en déclenchant des réponses qui amènent au bien-être de la personne tout entière. C’est un peu comme une anesthésie générale qui permet de réaliser une opération de chirurgie. Ce n’est pas l’anesthésie qui soigne, c’est la chirurgie, mais l’anesthésie est la condition nécessaire pour réaliser l’opération. De même, ce n’est pas l’hypnose qui soigne, c’est ce qui est fait par le patient pendant qu’il est dans cet état qui l’aide à guérir.

Questions à Erickson sur l’hypnose

Quel est l’intérêt de l’hypnose en psychothérapie ?
L’hypnose offre tant au patient qu’au thérapeute un accès aisé à l’esprit inconscient du patient. Elle permet de s’occuper directement de ces forces inconscientes qui sont sous-jacentes aux perturbations de la personnalité, et elle autorise l’identification de ces éléments de l’expérience de vie d’un individu qui ont de l’importance pour la personnalité et auxquels on doit accorder toute l’attention requise si l’on souhaite obtenir des résultats thérapeutiques. Seule l’hypnose peut donner un accès aisé, rapide et large à l’inconscient, inconscient que l’histoire de la psychothérapie a montré être d’une telle importance dans le traitement des désordres aigus de la personnalité.

Milton Erickson Est-ce que l’hypnose est dangereuse ?
En trente ans de travail clinique et expérimental avec l’hypnose, je n’ai pas été capable de découvrir le moindre effet nocif et aucun collègue ayant une expérience étendue de l’hypnose n’a pu m’en rapporter. Je sais bien que des gens n’ayant que peu d’expérience en hypnose, ou même pas du tout, vont prendre plaisir à raconter toutes sortes de légendes à propos de la nocivité de l’hypnose, parfois même en croyant eux-mêmes à ces légendes. Et je sais bien que des gens stupides ou sans formation utilisent parfois l’hypnose à tort, mais tout mal qui en résulte ne vient pas de l’hypnose, mais du comportement erroné et mal dirigé associé à l’hypnose.

Milton Erickson Peut-on être manipulé ?
La relation entre l’hypnotiste et le sujet repose uniquement sur la coopération volontaire, et nul ne peut être hypnotisé contre sa volonté ou sans sa coopération. La personne hypnotisée demeure la même personne.[…] L’hypnose ne change pas les gens pas plus qu’elle n’altère les expériences qu’ils ont vécues dans le passé.

Milton Erickson Peut-on rester bloqué en transe ?
Aucun sujet ne peut être maintenu en état de transe pour un temps déraisonnable sans sa complète coopération, et lorsque l’hypnotiste, pour une raison ou pour une autre, quitte la situation hypnotique, cela interrompt la coopération interpersonnelle nécessaire à la poursuite de la transe. Ainsi, aucun sujet ne peut être laissé accidentellement ou délibérément en transe pour un temps indéfini.

Milton Erickson Qui peut être hypnotisé ?
La réponse est simplement que toute personne normale et certaines personnes anormales peuvent être hypnotisées, à condition qu’il y ait une motivation suffisante. Les meilleurs sujets sont des gens normaux, très intelligents; les faibles d’esprit et les psychotiques, comme beaucoup de psychonévrotiques, sont soit difficiles soit impossibles à hypnotiser.

Milton Erickson L’Inconscient Qu’est-ce que l’inconscient ?
Il est difficile de donner une définition précise de l’inconscient. Nous avons un esprit qui fait fonctionner notre personne et une partie de cet esprit nous est connu, c’est ce que l’on appelle le conscient. L’inconscient c’est tout le reste. C’est un peu comme un iceberg, toute la partie qui dépasse de l’eau c’est notre conscient, et ce qui est en dessous c’est notre inconscient. La limite entre les deux est plutôt floue. Si nous nous comparions à un ordinateur, nous pourrions dire que notre corps est le hardware et notre esprit le software. Et dans ce software, l’inconscient est le système d’exploitation (Windows, MacOS, Unix, Linux, VMS, MVS, etc.) tandis que notre conscient serait formé par tous les programmes applicatifs. Notre inconscient est en prise directe avec notre corps. La plupart de nos gestes sont inconscients. Quand vous marchez, avez-vous conscience d’actionner chaque muscle à tour de rôle ? Non bien sûr. C’est notre inconscient qui se charge de cela. C’est la même chose quand nous écrivons, nous n’avons pas conscience des ordres élémentaires envoyés à chaque muscle, bien que nous puissions le faire volontairement si nous le voulons. De même, les informations envoyées par notre corps vers notre esprit, sont d’abord interprétées par notre inconscient et par exemple une sensation, un bruit, une odeur, un contact, peut nous apparaître désagréable avant même que nous comprenions consciemment de quoi il s’agit. La plupart de nos actes sont inconscients. Il nous arrive tout le temps de faire des choses en pensant à autre chose. Et qui tient les commandes pendant ce temps ? C’est notre inconscient. C’est particulièrement évident avec les tâches routinières ou en conduisant une voiture, mais en fait c’est le cas pratiquement tout le temps. Quelques propriétés de l’inconscient Notre inconscient est toujours actif, même quand nous dormons. Par exemple, si un bruit se fait entendre, notre inconscient va le percevoir, l’analyser, le comparer à ce qui est censé être normal, et prendre la décision ou non de provoquer notre réveil, c’est à dire le retour de notre conscience. De même, dans une transe hypnotique profonde, même si notre conscience s’est “endormie”, notre inconscient est là qui écoute et nous protège. Il a été prouvé que même pendant une anesthésie générale, notre inconscient peut percevoir, enregister et comprendre ce qui est dit dans la salle d’opération ( 2). Certaines personnes ont ainsi été traumatisées par des paroles prononcées par le personnel médical lors d’opérations, comme par exemple: “il est foutu”, “il ne va pas s’en sortir”, “vous avez vu comme elle est laide ?”, etc., alors même qu’elles n’en avaient aucun souvenir conscient. Notre inconscient contient la mémoire de tout ce qui nous est arrivé dans notre vie, de tous nos apprentissages, même de ce que nous croyons avoir oublié. Il est possible dans l’état d’hypnose d’accéder à certaines parties de cette mémoire pour comprendre et résoudre nos problèmes. Nous pouvons communiquer avec notre inconscient. Quand nous sommes en transe hypnotique, nous pouvons accéder à des processus psychiques de notre inconscient, les comprendre et les modifier. C’est cette grande découverte, de la fin du 19e siècle, qui est à l’origine de la psychothérapie.

Rôle de l’inconscient
Le rôle de notre inconscient est de nous faire vivre au mieux de nos capacités, c’est-à-dire en fonction de ce que nous avons appris à travers nos expériences de vie. C’est une partie extrêmement bienveillante, contrairement aux croyances issues de la psychanalyse freudienne ou des croyances populaires archaïques. C’est une partie de nous même, et elle ne veut que notre bien, même si parfois nous pouvons avoir l’impression du contraire. Quand nous avons mal à l’estomac, par exemple, nous ne disons pas que notre estomac est mauvais ou qu’il nous veut du mal. Notre estomac, comme tous nos autres organes, sert à nous faire vivre, comme notre inconscient. Si nous ressentons une souffrance, c’est plutôt dû à un mauvais fonctionnement, ou à une cause extérieure. Les intentions de notre inconscient sont toujours bonnes, c’est parfois les moyens mis en oeuvre pour réaliser ces intentions qui peuvent poser problème par leurs effets secondaires.

Peur de l’inconscient
Certaines personnes ont peur de leur inconscient, et elles se coupent de cette partie importante d’eux-mêmes, ce qui aggrave d’autant plus leurs difficultés. Les causes de ces peurs sont variées, on peut citer notamment les suivantes : •Peur de l’inconnu. Des gens ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas, peur de leurs voisins, peur des étrangers, peur de sortir de leurs habitudes, etc. Ils s’imaginent des choses horribles sur ces inconnus et prennent cela pour argent comptant. Cela peut être dû aussi à certaines croyances sans fondement issues de superstitions d’un autre âge. Le mieux dans ce cas est de s’informer auprès d’une source sérieuse, scientifique, à qui on peut faire confiance.

•Peur de découvrir qu’on est “fou”
La folie est un fonctionnement anormal de notre cerveau. Cela peut être dû à une malformation, une dégénérescence, un dysfonctionnement physiologique, etc. Un certain nombre de ces problèmes peuvent être améliorés par des traitements médicamenteux, il faut dans ce cas aller consulter un psychiatre. Mais, la plupart du temps, les problèmes psychologiques n’ont pas de cause physiologique, les gens perturbés ne sont pas forcément fous. Dans le pire des cas, il vaut mieux savoir de quoi on souffre pour améliorer sa condition en connaissance de cause, plutôt que de laisser la situation pourrir toute seule.

•Peur de souffrir
Quand on a mal quelque part, on n’a pas envie qu’on y touche, c’est normal. Notre inconscient nous protège de cette souffrance et il peut tout à fait corriger un problème sans avoir besoin de faire ressortir la souffrance associée. L’hypnose permet de faire des anesthésies aussi bien physiques, on fait même des opérations de chirurgie avec l’hypnose pour seule anesthésie, que psychologiques. Sous hypnose, on peut travailler sur un problème sans rien ressentir. C’est une des grandes forces de l’hypnothérapie. Ces peurs proviennent de croyances erronées sur ce qu’est l’inconscient, dues pour l’essentiel à l’ignorance de ce qu’est vraiment l’esprit humain et ses extraordinaires possibilités.

Hypnotiser

Comment hypnotiser ?

•Avant de répondre à la question de comment hypnotiser, en apparence simple, voici quelques précisions importantes : – Il n’y a pas une, mais des centaines de façons d’hypnotiser quelqu’un. – On ne peut hypnotiser quelqu’un qui ne le veut pas et encore moins lui faire faire quelque chose qu’il/elle ne souhaite pas. – L’état hypnotique est un état naturel, comparable à l’état où l’on se trouve quand on lit un livre, regarde un film ou un paysage défiler qui capte notre attention et nous fait oublier l’environnement autour de nous. – L’hypnose s’apprend et ne demande aucun pouvoir magique, magnétisme, etc.

( I ) La qualité de la relation :
•Il est primordial de créer un bon rapport avec la personne que vous souhaitez hypnotiser. Pour cela vous devez être bienveillant, rassurant et à son écoute. Avant tout travail hypnotique, vous prendrez le temps de discuter, de définir ces attentes, de repérer ses craintes vis-à-vis de l’hypnose, etc.

( II ) La qualité de vos inductions de transe :
•Savoir comment hypnotiser implique de savoir comment mettre en transe hypnotique. Il y a plusieurs manières d’induire une transe. La plus efficace ? Celle qui correspond le mieux à la personne en face de vous ! D’où l’intérêt d’en connaître beaucoup et d’être bon pour passer de l’une à l’autre. L’idéal étant d’adapter votre langage différemment pour chaque personne afin qu’elle se sente accompagnée de façon UNIQUE.
Deux exemples d’adaptation :
(a) Si vous décidez d’utiliser mentalement un escalier imaginaire (présenté par exemple comme « l’escalier de l’hypnose », ou « l’escalier de la transe profonde ») celui-ci descendra si vous observez que la tête de votre client penche en avant, mais montera si vous percevez le contraire. Milton Erickson appelait cela l’hypnose utilisationelle : on utilise tout ce que le client fait ou dit.
( b) Devant une personne qui a besoin d’être guidée et qui nous fait manifestement confiance (cela se voit vite), on pourra tenter : « Pour aujourd’hui, êtes-vous d’accord pour me laisser vous guider là où je pense qu’il serait intéressant d’aller ? » Mais si elle n’est pas encore rassurée ou qu’elle aime décider par elle-même : « Que pensez-vous du fait de ne pas rentrer en transe avant que votre esprit profond ne l’ait décidé réellement ? Vous savez bien qu’il est inutile de tirer sur un brin d’herbe pour le faire pousser plus vite alors, si vous preniez tout le temps dont vous avez besoin, à la fois pour tester votre propre manière de rentrer en hypnose, mais, de plus, pour y aller à votre rythme ? »

( III ) Les fusibles :
•Pour rassurer votre sujet, vous avez tout intérêt à lui permettre (en le disant explicitement, avant ou au début de la mise en transe) : – d’arrêter la séance à tout moment si besoin, – de modifier dans sa tête un mot qui ne lui irait pas, – d’avoir des pensées pendant la séance, – de prendre la parole s’il le veut – de changer de position à tout moment s’il le veut, – de ne prendre que ce qui est intéressant (et/ou respectueux) et de laisser de côté ce qui ne l’est pas, etc.

( IV ) Susciter l’envie :
•Lors de l’entretien précédant une séance d’hypnose, il est souvent utile de donner envie d’aller plus loin dans l’expérience. En expliquant par exemple que l’état d’hypnose, même léger, permet souvent de voir autrement nos difficultés et de trouver des solutions originales, qu’en état d’hypnose on a une forme d’intelligence différente, imagée, sensible et plus créative… • Suggestion possible : En hypnose, on a remarqué que très souvent, le fait de régler un problème (symptôme, blocage…) entraîne des conséquences dans d’autres secteurs de la vie ? Le saviez-vous ? Non ? Et bien, si vous demandiez à votre inconscient de deviner dans quel autre secteur de vous-même il va y avoir des ricochets positifs, à quoi pense-t-il en premier ?…

( V ) Suivre et guider :
•Cette notion est importante pour tout hypnotiseur. L’hypnose étant une thérapie de la suggestion, apprendre à hypnotiser quelqu’un va consister à trouver le juste équilibre entre le fait de le « guider » (proposer des options nouvelles, raconter des métaphores, délivrer des messages incluant des solutions cachées…), et le fait de le suivre (rester le plus possible dans son cadre de référence en le suivant dans sa façon de penser, de percevoir la vie, etc.). Pour certains, on pourra faire des suggestions plus ou moins directes, pour d’autres, il faudra faire preuve de tact et de patience pour que, petit à petit, et parfois… vraiment… petit… à… petit… il vous suive. Tout un art !

Conclusion :

Pour savoir comment hypnotiser une personne, il faudra d’abord tenir compte des cinq points ci-dessus. Ensuite, place en salle de cours d’hypnose à la pratique de l’hypnose, car il est impossible de devenir hypnotiseur et encore moins de devenir hypnothérapeute sans une pratique solide, encadrée par des exercices eux-mêmes précédés de véritables démonstrations d’hypnose en direct. Apprendre à hypnotiser une personne deviendra un plaisir et, quand vous maîtriserez la partie technique et linguistique que vous allez apprendre en cours d’hypnose, vous pourrez hypnotiser quasiment tout le monde…

Réagir
2

sandra thoquer

Hypnothérapeute

Cet article a 12 commentaires

  1. Jean-Louis Tripon

    Hop là ! un nouvel article tout en H2, que j’ai copié à la suite de celui-ci, avant de le supprimer. Il faut simplement modifier l’article, ajouter un sous titre et continuer à écrire votre texte. Il vous faut encore un peu apprendre comment fonctionne un WordPress. Il semble que les premières lignes soient en doublon, Je corrigerai cela plus tard quand j’aurai tout lu. J’ai effectivement supprimé le doublon.
    Dans un grand article comme celui là, il est bon de couper des paragraphes et d’y insérer de petites images. J’ai restructuré tout votre texte en l’aérant, sans rien changer à votre texte, ni même faire de la correction orthographique, car ce n’est pas mon rôle et je n’ai pas le temps de le faire (et ça semble assez convenable). Je n’ai pas cherché à faire au mieux, mais rapide en séparant les sections et les idées. Donc vous pourrez améliorer votre présentation avec le bouton (modifier l’article), et y ajouter des images internes. je pourrais vous guider (nous ne sommes pas dans Facebook, mais dans un WordPress).

    Réagir
    2
  2. Jean-Louis Tripon

    Chère Sandra, vous présentez ici un bon article qui résume le principal de ce que Milton et les praticiens qui l’ont suivi disent et théorisent de l’hypnose, dans un cadre conceptuel qui leur a été donné par la psychanalyse, aussi nous ne pouvons pas leur reprocher un langage lacunaire et des présupposés inexacts dont ils ont hérité. Nous pouvons seulement regretter que Milton Erickson fut essentiellement un explorateur et un praticien, et non un théoricien. Ces pratiques donnent cependant de bons résultats thérapeutiques, mais elles pourraient être améliorés.
    Les ingénieurs mentalistes ont un autre modèle de l’esprit humain que les psychologues, et n’acceptent pas les concepts des substantifs : “Le conscient”, “Le subconscient”, “L’inconscient”, car l’expérience montre que tout peut être exploré consciemment avec d’autres techniques que l’hypnose. Nous pratiquons un tout autre langage, et nous regrettons par ailleurs que le caractère évolutionnaire du mental humain soit ignoré de la psychologie analytique.
    Enfin, les Harmoniques de Pleine Conscience, ne sont pas sujets à l’hypnose, et les Holistiques Ataraxiques n’éprouvent aucun trouble, ni stress, ni émotions, sans pour autant être psychotiques, et encore moins faibles d’esprit. Il est vrai que nous sommes très peu au monde et que la réalité de notre état n’a pas encore été prouvé scientifiquement. Mais ça ne saurait tarder car je m’en occupe.

    Réagir
    2
    1. sandra thoquer

      Merci Jean-Louis pour votre commentaire. Merci d’avoir partager l’idée ou plutôt le modèle que les ingénieurs mentalistes ont de l’esprit humain. Je serais très intéresser de comprendre et d’en avoir le savoir d’autres techniques utilisé par les ingénieurs mentalistes pour exploré l’esprit humain consciemment.

      Réagir
      2
      1. Jean-Louis Tripon

        Je te réponds ici, car c’est plus agréable que dans la messagerie Facebook.
        Tu t’es bien débrouillée en plaçant ces images. Tu vois que nous disposons ici d’excellents outils pour présenter nos textes que nous pouvons ensuite partager en copiant le lien de l’article dans la barre supérieure, pour le coller ailleurs.
        Dans la catégorie (Thérapie) tu trouvera d’autres articles, et dans le Blogger associé (Thérapies DMS) d’autres dossiers encore, où tu trouveras quelques unes de nos techniques appliquées en particulier au traitement de l’angoisse des enseignants face aux apprenants. J’ai écrit des cours et des livres, du plus théorique à la vulgarisation, une introduction dans la section DMS. Nous avons une filiale importante au Bénin (voir nos actions) avec laquelle nous sortirons dans une semaine ou deux le livre scolaire “L’extraordinaire voyage de Léa”, sous forme d’un conte didactique qui peut être lu par les adultes. Nous avons des amis dans l’Est et en Belgique. Il serait bien qu’un centre de formation s’ouvre dans ce territoire du Grand Est. Actuellement les choses vont très vite, mais je ne peux pas encore tout dire tant que ce n’est pas entièrement finalisé.
        Tu verras qu’il y a beaucoup à explorer dans ce site et ses annexes.

        Réagir
        2
        1. sandra thoquer

          Merci Jean Louis ! Belle prise de conscience sur le titre de l’article du dossier “traitement de l’angoisse des enseignants face aux apprenants”. Je suis impatiente de trouver le livre scolaire ” L’extraordinaire voyage de Léa”.
          Merci de m’avoir contacter sur ma page, grâce à ce contact , J’ai pu rejoindre ce site qui me parait assez intéressant . J’envisage de faire un nouvel article, mais, j’avoue que j’ ai du mal à trouver une créativité d’écriture .
          Je vous souhaite une douce et agréable journée.

          Réagir
          2
          1. Jean-Louis Tripon

            Pour t’encourager, J’ai publié ton article sous ton nom dans Wikiversité, ainsi que tu peux le voir avec ce lien https://fr.wikiversity.org/wiki/Hypnose_DMS. Il était préférable que je le fasse car ce logiciel n’est pas si simple que le nôtre. Par contre tu peux t’inscrire comme contributeur et comme référent prêt à aider pour cette leçon, pour cela il ne suffit que de s’inscrire à Wikiversité.

            Réagir
            2
  3. Emile Thyeff

    Bonjour article très intéressant et riche en enseignements de tous genres.

    Il se décompose en deux parties clairement définies.
    Qu’est ce que l’hypnose et son corollaire, qu’est ce que l’état hypnotique ?
    et sans transition
    Comment hypnotiser ?

    Certes nous comprenons que cette deuxième partie s’adressera par principe déontologique à de futurs ou déjà confirmés ” hypnothérapeutes “, cependant elle pourrait être aussi très utile à tous les autres vulgaires hypnotiseurs propagandistes publicitaires, politiciens et autres marchands de soupes ou d’éoliennes industrielles qui rôdent dans nos vies quotidiennes.
    D’ailleurs dans le texte même , bien que je ne conteste pas que ce soit à votre corps défendant , il y a des allusions qui trahissent la tentation d’user de ce pouvoir que l’on peut acquérir sur les autres grâce à cette technique correctement maîtrisée. Le paragraphe ” suivre et guider” est assez riche en enseignement puisqu’il commence par ” suivre le patient” et qu’il se termine par ” petit à petit qu’il vous suive” … (tout un art !! est il rajouté) !! ce qui est très différent de guider , si l’on s’attache à une symbolique sémantique.

    Le but de ce site étant justement de créer des esprits libres et le moins possibles malléables, il serait donc judicieux de rajouter à cet article deux paragraphes.
    Comment s’auto hypnotiser ? ce qui en but final revient à une prise de conscience très élaborée et subtile de soi même.
    Comment se déjouer des hypnotiseurs malfaisants ?

    Sinon petite remarque, il serait aussi très interessant de savoir ce qui se passe non pas dans le cerveau quand on est sous hypnose mais dans l’intestin par exemple, cher aux vieux Chinois, jonché de milliards de neurones lui aussi , mais aussi à l’intérieur d’une cellule, ou des centrioles par exemple ?

    merci de votre attention

    une belle journée

    Réagir
    2
    1. Jean-Louis Tripon

      Je pense que Sandra Thoquer pourra répondre à comment s’auto hypnotiser car elle le pratique.
      Sinon pour : comment se déjouer des malfaisants hypno, comme des mentalistes ? car il y a des PN partout et cette profession les attire, il faut aiguiser votre perception de la manipulation mentale. En principe vous consultez ces praticiens pour une aide psycho, se sont des thérapeutes qui observent une déontologie, mais ça peut déraper dans des pratiques à tendances sectaires de gens plus ou moins compétents et plutôt moins que plus. Dans ce cas, il vous revient de gérer ce risque, et de les quitter s’il vont trop loin dans leur délire obsessionnel de dominance.

      Réagir
      2
  4. Jean-Louis Tripon

    La connaissance de nos fonctions et états mentaux nous permet de dire que :
    a) L’état hypnotique se caractérise par l’absence de dominance de la fonction volontaire 7, induite par la suggestion du praticien sur le patient, ce que nous appelons le “lâcher prise”, et à partir de là recouvrir un grand nombre d’états dits “modifié de conscience’ (EMC), qui vont du songe en somnolence légère au sommeil profond, avec un phénomène de réponse résolutoire provoquée de l’analytique 2, et la présence attestée de l’activité d’autres fonctions mentales, principalement la conscience 5 et le joker 9.
    b) Le terme d’hypnose qualifie une relation précise, plus ou moins dirigée et invasive, entre un praticien et son patient pendant ce que nous appelons la transe hypnotique, mais ne peut pas à mon avis être étendu à l’ensemble des états mentaux oniriques manifestant une situation de servitude de fable vigilance ou d’absence de la fonction volontaire 7.
    c) Les personnes, qui pour diverses raisons, ne sont pas manipulables, sont imperméables à la suggestion et aux tentatives confusionnelles d’autrui, ne sont pas sujettes à l’hypnose, ce qui ne veut pas dire qu’elles ne connaissent pas d’état mentaux comparables à ceux rencontrées dans l’hypnose.
    d) Les praticiens ont tendance à qualifier d’hypnose, un peu n’importe quoi, toute perte de vigilance de la fonction volontaire 7, en particulier l’hypnose conversationnelle, qui n’est autre qu’une manipulation mentaliste.

    Réagir
    2

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier