Circé

Circé

Circé

Je t’accueille en ma grotte, en ma couche rubis,
J’ai convoqué Vénus et jeté tous mes sorts,
Les plus profonds et plus beaux comme pierreries,
Pour te serrer en mes bras, te faire Consort…

Un lierre sauvage caresse nos visages,
Par magique sortilège, tu m’appartiens,
Tes compagnons sont d’aveugles pourceaux, outrages,
Je t’ai fait sombrer en obscur, en brouillard vain…

Moi, Magicienne, fille d’Hélios, Perséïs,
De mon bras blanc jeté comme visqueux serpent,
Je t’enlace, te soumets à ma peau si lisse,
Qu’en un instant, tu deviens amoureux ardent…

Sorcière mais non moins femme emplie de désirs,
Mes voluptés sont des prisons, parfums violents,
Dont les tubéreuses se plient à mes soupirs
Et où toute la nuit se meurt devant le vent…

Circé, Magicienne fille d’Helios, mouvante,
Et d’une Nymphe, Océanide Perséïs,
Entre mes seins, tu rêvasses à ce qui te hante,
Mes verts yeux de corail, et ma taille de lys …

Circé, fille du Soleil, Lumière sublime,
D’un fol regard, je foudroie, martyrise ou aime,
Je devise, et devine, Pythie magnanime,
En mes tréfonds, remuent les vagues en anathème.

Car telle Perséïs, en Océan, je flotte,
En vie, trépas, toujours, en noirâtres abysses,
Tant ton sommeil n’est que de la mort, litote,
D’un regard jaunâtre, ornée d’algues à mes cuisses…

Faisant de toi, Ulysse, mon lit de langueur,
A ma merci, tu tends tes poignets à ma bouche,
Tes pieds prisonniers en mes poisons embaumeurs,
Heureux, captif, naufragé en moelleuse couche…

Noëlle Arnoult
8 mars 2020

Réagir
5

Noëlle Arnoult

Artiste, Poétesse/Ecrivain Rédactrice en Chef France/Expression Française et Monde pour Horizon Littéraire Contemporain,

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Article suivantRead more articles