Vous pouvez suivre la discussion sur Petite réponse au paradoxe sémantique ou “Ouroboros, quand tu nous tiens !” sans avoir à laisser un commentaire. Chouette, pas vrai ? Entrez simplement votre adresse email dans le champ ci-dessous.