Construction d’un centre de formation multifonction à Savalou

Construction d’un centre de formation multifonction à Savalou

Domaine Ayidjaï-Domin
Association DMS-Bénin

NOTE : Ayidjaï-Domin signifie : lieu de paix et de Sérénité en langue Mahi, une variante du Fon, la langue de Savalou.

Sommaire

1 Qui sommes nous ?

2 Savalou, département des collines

2.1 Situation géographique
2.2 Climat
2.3 Géologie
2.4 Pédologie
2.5 Conclusion

3 Programme de construction envisagé

3.1 Historique
3.2 Etat des lieux du terrain retenu
Galerie de photos
3.3 Pourquoi Savalou ?
3.4 Les différentes fonctions du programme
3.5 La distribution des éléments du programme
Plans et vues en 3 D
3.6 Pourquoi la voute Nubienne ?
3.7 Les viabilités : voirie, eaux, assainissement, électricité, et second œuvre.

4 Estimation des travaux

5 Planning

6 Financement

1 Qui sommes nous ?

Nous sommes une Association béninoise de type 1901 créée en 2018 par un groupe de jeunes professeurs de Philosophie mené par Thibaut A. GBAGUIDI. Formalisée en 2019 par son enregistrement régulier au ministère de L’Intérieur et de la Sécurité publique du Bénin.

Une conférence de DMS Bénin lors du colloque annuel 2020

DMS-BENIN (Développement Mental Sémantique-Bénin) est en train de devenir au fil du temps un acteur majeur dans le développement mental humain au Bénin et en Afrique. Spécialisée dans la formation, la maitrise et l’exploitation de l’esprit humain, l’association n’a cessé de multiplier ses actions et activités centrées sur la révolution éducative. En collaboration avec l’AFDMS, l’association a participé à plusieurs études expérimentales propres à la méthode DMS.

L’association est né de la volonté des premiers masters DMS formé par l’ASFM de mettre la méthode DMS au service du bien-être de la population béninoise et Africaine en général.

À ce jour l’association a formé 34 masters et compte plus de 800 sympathisants répartis un peu partout sur toute l’étendue du territoire national du Bénin, en Afrique, et en Haïti aux caraïbes, ainsi qu’une vingtaine d’experts en science de la vie mentale, tous formés par les cours de l’ASFM, une méthode originale de développement personnel.

Les membres du Bureau Exécutif National sont :
Thibaut A. GBAGUIDI Le Président-Fondateur,
Camus H. KPOSSI Vice-Président et Co-fondateur,
Wilfried OBO Secrétaire Général,
Patricia AYEYI Trésorière Générale.

2 Savalou, département des collines

Les données géographiques et climatiques sont tirées d’un rapport de Weather Spark concernant le Bénin, les données pédologiques d’un rapport de H. A. AZONTONDE  du Centre National d’Agro-Pédologie de Cotonou, Bénin  

2.1 Situation géographique

Les coordonnées géographiques pour Savalou sont 7,928° de latitude, 1,976° de longitude et 181 m d’altitude.

La topographie dans les 16 kilomètres entourant Savalou présente des variations très importantes de l’altitude, avec une variation de l’altitude de 446 mètres et une altitude moyenne au-dessus du niveau de la mer de 189 mètres.

La région dans un rayon de 16 kilomètres de Savalou est couverte par des buissons (48 %), des terres cultivées (37 %) et des arbres (10 %).

2.2 Climat

À Savalou, la saison pluvieuse est très chaude, oppressante et couverte, et la saison sèche est caniculaire, lourd et partiellement nuageux. Au cours de l’année, la température varie généralement de 22 °C à 37 °C et est rarement inférieure à 19 °C ou supérieure à 39 °C
La saison très chaude dure 2,7 mois, du 18 janvier au 9 avril, avec une température quotidienne moyenne maximale supérieure à 35 °C. Le jour le plus chaud de l’année est le 19 février, avec une température moyenne maximale de 37 °C et minimale de 25 °C.
La saison fraîche dure 2,9 mois, du 29 juin au 27 septembre, avec une température quotidienne moyenne maximale inférieure à 30 °C. Le jour le plus froid de l’année est le 29 décembre, avec une température moyenne minimale de 22 °C et maximale de 34 °C.

La période pluvieuse de La période pluvieuse de l’année dure 9,0 mois, du 15 février au 14 novembre, avec une chute de pluie d’au moins 13 millimètres sur une période glissante de 31 jours. La plus grande accumulation de pluie a lieu au cours des 31 jours centrés aux alentours du 6 septembre, avec une accumulation totale moyenne de 201 millimètres.
La période sèche de l’année dure 3,0 mois, du 14 novembre au 15 février. La plus petite accumulation de pluie a lieu aux alentours du 15 décembre, avec une accumulation totale moyenne de 3 millimètres.

La période la plus ensoleillée de l’année à Savalou commence aux alentours du 3 novembre et dure 3,4 mois, se terminant aux alentours du 13 février.
La période plus nuageuse de l’année commence aux alentours du 13 février et dure 8,7 mois, se terminant aux alentours du 3 novembre.
Le 12 mai, le jour le plus nuageux de l’année, le ciel est couvert ou nuageux dans l’ensemble 80 % du temps, et dégagé dans l’ensemble ou partiellement nuageux 20 % du temps.

Il est aussi à noter que du fait des changements climatiques les précipitations diminuent années après années et que les productions agricoles, comme celle de l’igname, sont menacées à Savalou.

A titre de comparaison le même graphique illustrant le climat de Djougou, situé à environ 200 Km plus au nord dans le département du Donga. La période sèche de l’année dure 3,8 mois, du 9 novembre au 2 mars. La période pluvieuse de l’année dure 8,2 mois, du 2 mars au 9 novembre, avec une chute de pluie d’au moins 13 millimètres sur une période glissante de 31 jours. La période la plus ensoleillée de l’année à Djougou commence aux alentours du 31 octobre et dure 3,8 mois

Climat de Djougou

2.3 Géologie

Savalou est situé sur la faille de Kandi, extension méridionale de la faille du Hoggar, avec des ramifications au Bénin, au Togo et au sud-est du Ghana. Elle se situe à l’extrémité sud de la ceinture transsaharienne, un linéament qui s’étend de l’Algérie au Bénin. Et qui correspond à la faille de Sobral au Brésil, laquelle est considérée comme étant la partie nord du linéament brésilien.

Elle est constituée d’une bande d’environ 400 m d’épaisseur d’ultramylonite, de paragneiss et de migmatites avec des prolongements plongeants peu profonds. La nature des dépôts dans le bassin de Kandi indique qu’ils se sont formés à l’occasion de la fonte de la calotte glaciaire qui recouvrait le bouclier afro-arabe durant l’Ordovicien.

2.4 Pédologie

Les sols béninois, ils peuvent être répartis  en deux grandes catégories :  

1 Les sols développés sous un climat à deux saisons sèches et deux saisons  de pluie et sous une végétation de bush arbustif dense du sud.  
2 Les sols développés sous un climat à une saison sèche et une saison de  pluie et sous une végétation de savane.  

Les sols de la première catégorie ont de bonnes propriétés physiques à  savoir: grande perméabilité, grande profondeur, forte résistance à l’érosion,  et indice d’instabilité structurale bon à moyen. Mais leur réserve hydrique est  faible.  
Les propriétés physiques de la deuxième catégorie de sols sont moins  bonnes : perméabilité moyenne, profondeur parfois assez réduite, résistance  moyenne à l’érosion, indice d’instabilité structurale moyen à élevé, et faible réserve hydrique.  
Ces  deux catégories de sols se caractérisent par leur faible réserve hydrique. Cette  déficience grave des sols au Bénin est l’une des principales causes  des mauvais rendements des cultures dès que la régularité pluviométrique  n’est plus assurée. Le sol se dessèche rapidement et les plantes flétrissent. 

Les sols de la partie centrale du Bénin  

Les sols ferrugineux tropicaux lessivés propres à la région de Savalou nous montrent une altération forte avec  une géochimie caractérisée par l’accumulation d’hydrates ferriques associés à  très peu d’oxydes aluminiques.  
Ce sont les sols les mieux représentés au Bénin où ils couvrent 60 à  70% de la surface totale du pays. Ils se répartissent au nord des formations  sédimentaires côtières, sous divers climats : climat de transition à deux saisons  entre le 7° et le 9° parallèle, climat soudano-guinéen du 9° au 12° parallèle,  climat soudanien à l’extrême nord.  
D’une façon générale ce sont des sols dont les caractéristiques physiques  et hydrauliques sont mauvaises. Ces  caractéristiques varient suivant le drainage et le matériau originel. A ce titre  nous distinguons trois grands groupes de sols ferrugineux tropicaux lessivés :  
— les sols ferrugineux tropicaux lessivés bien drainés évoluant sur granite  leucocrate,  
— les sols ferrugineux tropicaux lessivés à engorgement de profondeur, 
— les sols ferrugineux tropicaux lessivés mal drainés.  

Les sols ferrugineux tropicaux lessives à engorgement de profondeur qui sont ceux de la région de Savalou, couvrent tout le centre Bénin à pluviométrie moyenne de 1100, 1200 mm  d’eau répartis en une ou deux saisons des pluies avec une grande saison sèche  bien marquée. Ils possèdent à partir de 100-150 cm, un horizon bariolé; les  taches d’abord diffuses deviennent de plus en plus nettes. Ces sols évoluent  sous un manteau d’altération d’épaisseur moyenne ; ce manteau correspond à  une zone d’hydromorphie temporaire où se poursuivent les actions de ségrégation des hydroxydes de fer.  
Ces sols sont caractérisés par une texture limono-sableuse en surface et  argilo-sableuse en profondeur. Le taux d’argile passe de 6 ou 10% à 35 ou  40% de la surface en profondeur; les teneurs en sable au contraire passent de  75% à 40%.  
Leur structure d’ensemble est polyédrique subangulaire moyennement  développée. L’indice d’instabilité structurale varie de 0.8 en surface à 2  en profondeur. Leur indice d’érodibilité varie autour de 0.2.  Ils sont assez perméables en surface avec une conductivité hydraulique  de 4-6 cm h”1, mais en profondeur elle baisse sensiblement pour  atteindre 2 ou 3 cm h”1.  Leur réserve hydrique est faible, elle est de 40 mm dans les 30 premiers  centimètres et 120 mm en profondeur.  

2.5 Conclusion

La période sèche de Savalou dure 3 mois contre 3,8 mois à Djougou ou se situe le siège de l’antenne nationale de l’association AVN du Bénin. Cette différence de 24 jours ne nous semble pas devoir remettre en cause la possibilité de construction en voute bioclimatique dans la région de Savalou. Elle réduit la capacité annuelle d’une équipe de six paysans maçons dirigée par un maître maçon en VN à environ 150 m2 au sol contre 190 m2, capacité qui peut être augmenté à 300 m2 par l’addition d’une seconde équipe de six maçons. Par ailleurs, la surface de proximité mise à disposition pour ce chantier atteint 4 ha, et les sols fournissent une terre de bonne qualité, ce qui réduira les transports de matériaux, donc constitue un atout supplémentaire pour la rapidité d’exécution des travaux.

3 Programme de construction envisagé

3.1 Historique

Quoi de plus naturel qu’une association de jeunes professeurs du Bénin, engagés dans une démarche de révolution éducative dans leur pays, ne cherche pas à construire sa propre école expérimentale privée. En fait, c’est dès la création du premier cercle d’études, qui donnera naissance à DMS-Bénin, un an plus tard, à la fin du mois d’aout 2019, que l’idée de cette école privée hors des grandes métropoles, a germé ! Un an plus tard encore, lors de l’élaboration du plan annuel de septembre 2020, l’association devenue plus mature, cette idée est devenue plus insistante, et les premières études de faisabilité furent engagées.

3.2 Etat des lieux du terrain retenu

Le terrain retenu de 4 hectares B1 B2 B14 B15 B16 B17 B1, se situe à environ dix km au sud du centre de la ville de Savalou. il a été acquis par notre Association DMS Bénin le 7 Novembre 2020 grâce à une subvention spéciale de l’AFDMS. C’est un espace assez buissonneux et quelques gros arbres avec à 2 km à l’est, les rives de la rivière Agbado. Au Nord un Bas-Fond humide révèle une présence d’eau à proximité, appartenant au bassin hydrologique de cette rivière.

Plan de situation

En rouge la piste Savalou à Dassa-Gledji, en bleu un bas fond asséché qui se gonfle d’eau en cas de pluie et se jette dans l’Agbado à l’est. La parcelle achetée est en noir

Plan cadastral, la parcelle est bornée de B1 à B2B14 et de B15 à B17

A gauche la piste Savalou-Djidja vers Dassa (erreur du plan, Savalou est au Nord)

Galerie de photos

3.3 Pourquoi Savalou ?

Plusieurs considérations ont prévalu pour le choix de Savalou comme lieu d’implantation de ce complexe scolaire : tout d’abord la position centrale du département des collines, ensuite les relations affectives, sociales et politiques qu’entretiennent encore plusieurs membres de l’association DMS-Bénin avec l’ancien royaume de Savalou, puis les atouts touristiques de la ville : – Le palais Akpagnonité à Tchogodo ; – Le palais royal de Hônnoukon à Savalou construit par le 1er roi de Savalou au 14ème siècle ; – Le palais de Ahossou Soha, Gbaguidi 1er à Zounzonkanmè ; – La divinité Dankoli à Doïssa (qui attire les gens de par le monde à cause des bienfaits qu’il accorderait à ceux qui l’invoquent ) ; – Les temples des divinités Hêbiosso (dieu de la foudre), Ninssouhoué (divinité de l’eau et de l’esprit des morts), Dâa, symbolisée par une panthère qui réside dans une forêt sacrée dénommée Dâa Zounmè, Gou (dieu du fer et de la guerre) ; – Le Mausolée du Roi Ahossou Soha érigé en son honneur et en sa mémoire à l’entrée de Savalou ; – Les Panthéons (autels des défunts) ; – Le Dénou Lègba, dieu protecteur de la ville installé à l’entrée sud de la ville sous le règne du roi SOHA pour barrer la route à tout malfaiteur ou tout ennemi qui s’aventurerait dans la région ; – Le Massé Hônou, (le Massé est une divinité vénérée par certaines familles ainsi que les « ayato », la caste des forgerons ; Etc….. Ce patrimoine culturel d’une valeur exceptionnelle fait de Savalou une destination touristique de choix. Mais il convient cependant de faire remarquer que faute d’aménagements conséquents, les éléments de ce riche patrimoine sont encore très insuffisamment exploités. Chaque année â la date du 15 Août la ville célèbre la fête de l’igname. Une denrée sacrée pour le royaume et l’une de ses principales cultures. Et enfin nous cherchions un lieu d’une grande tranquillité comme Savalou, pour y étudier ou se reposer loin des bruits des grandes métropoles du nord (Kandi, Parakou) comme du sud (Cotonou, Porto-Novo).

3.4 Les différentes fonctions du programme

Initialement, il s’agissait de construire une école privée pour accueillir des enfants du primaire au secondaire à laquelle il faudrait ajouter un réfectoire, des cuisines, un dortoir et des logements pour les enseignants.
Puis est apparu la nécessité de produire sur place la nourriture pour tout ce beau monde, d’où une ferme avec potager et verger, élevage de volailles, lapins et poissons, tout ce que la nature pouvait nous offrir sur place. Enfin, un petit hôtel destiné à recevoir les familles qui le souhaiteraient et les visiteurs de passage nous est apparu indispensable.

Le plan organique du domaine AYIDJAÏ DOMIN délimite six zones desservies par une voie circulaire en boucle de 7 mètres de largeur, à partir de l’entrée principale du domaine.
— 1 La zone hôtelière : comprend un petit hôtel initialement limité à dix chambres qui pourra s’agrandir par la suite.
— 2 La zone résidentielle : regroupe 5 unités de 4 logements de 24 m2 pour les enseignants et le personnel du centre. Les logements vacants seront gérés par l’hôtel, et pourront servir de chambres d’hôtes.
— 3 La zone scolaire, prévue pour 120 élèves, quatre classes d’une capacité de 42 élèves, quatre dortoirs de 30 places, une bibliothèque et un réfectoire qui partagera sa cuisine avec le restaurant de l’hôtel qui sera une annexe de la cantine des élèves. Mais les enseignants seront tenus de déjeuner dans la même salle que les élèves.
— 4 La zone sportive qui sera équipée d’un terrain de basket et de deux cours de tennis. Nous pensons réaliser un plan d’eau de 60 m2 dans une étape ultérieure.
— 5 La zone agricole qui regroupera tous les terrains non occupés par les activités précédentes.
— 6 La zone d’extension mixte, initialement agricole, réservée aux extensions futures du projet.
Les rayons de courbure de la voie seront de 10 mètres, le rond point aura un diamètre de 20 mètres mesuré sur l’axe de la voie.

3.5 La distribution des éléments du programme

Les calculs d’urbanisme ont largement fait appel aux mesures des plans des dossiers d’exécution proposés par l’AVN dans son corpus technique, standardisées à 3,00 m pour les voutes simples, 6,00 m pour les doubles, et 9,00 m pour les triples.
Toutes ces données pourront être modifiées après discussion par la suite. Dans une première approche les axes des voutes sont tous orienté Nord-Sud ou Est-Ouest. La place ne manque pas pour insérer des extensions à l’intérieur des zones.

1 Zone hôtelière
— Un hôtel de 10 chambres 10 x (3x5m) + accueil et logement des gérants 5x6m = Voute double de 30ml = 60 ml soit 190 m2 au sol.
2 Zone résidentielle
— 5 blocs de 4 logements de 24 m2 pour enseignants, soit 8mx3m utiles,
Soit un total de 480 m2
3 Zone scolaire
— Quatre classes de 6,5x9m utiles voute triple, soit 4×58,5 m2 = 234 m2
— Quatre dortoirs de 30 élèves pour une largeur de 2,40 m par élève, double voute de 2,4 x15 = 36 ml x(2×3) = 216 m2 par dortoir, soit 864 m2
— Un réfectoire +restaurant de 3×20 m utiles = 60 m2 pour 3 services, plus un restaurant de 20 m2, total 80 m2
— Bibliothèque et administratif + boutique 2×40 ml, soit 80 m2
4 Zone sportive
Deux tennis (2x17X34m), un terrain de basket (15x30m), un plan d’eau de 60 m2
5 Zone agricole
Une ferme de 30 m2, une boutique et stockage de 30m2, un étang de 80 m2, total 60 m2 bâti

Soit au total = 190 + 480 + 234 + 864 +160 +60 = 1978 arrondi à 2000 m2
Ce programme n’est pas définitif, ce n’est qu’un avant projet destiné à cerner l’ensemble du complexe scolaire, il fera l’objet d’un projet détaillé à réaliser en plusieurs tranches (voir 5 Planning des travaux).

Plan masse

L’occupation des sols est faible : 0,05 pour 4 ha, aussi nous pourrons adapter les constructions et la voirie intérieure au relief et à la végétation. Pour cela nous réaliserons un plan altimétrique qui montrera la situation des gros arbres à préserver pour chaque tranche des travaux.

3.6 Pourquoi la Voute Nubienne ?

couleur retenue pour les façades

Nous devons avouer que cette proposition a d’abord soulevé un franc refus la part de nos cadres, que nous pouvons résumer par : “Nous ne voulons pas de cette construction paysanne sommaire de Voute Nubienne, car nous estimons mériter mieux !” (sous entendu une technique classique occidentale à base de ciment, de bois et de ferrailles). L’atmosphère a commencé à s’amollir quand les coûts des deux techniques furent comparés, mais c’est en voyant le résultat de certaines réalisations remarquables comme celle de Kanel au Sénégal, que la Voute Nubienne c’est imposée : “Nous voulons cela, c’est magnifique !”
La ligne esthétique retenue est le rose orange fauve pour les enduits extérieurs et le blanc pour la partie apparente externe des portes et des volets des fenêtres. Enfin des artistes choisis pourront donner libre cours à leur art sur certaines façades exposées au regards des visiteurs.

3.7 les viabilités : voirie, eaux, assainissement, électricité, et second œuvre.

Ces viabilités seront principalement à charge de la main d’œuvre gratuite fournie par les membres de l’association DMS-Bénin. Les techniques utilisées pour les terrassements, le traitement de la voirie, les plantations, la fourniture d’eau potable ou non, l’assainissement, feront largement appel aux moyens trouvés sur place. Le second œuvre et les finitions, principalement les enduits intérieurs, les peintures, les menuiseries, la plomberie, l’aménagement des locaux, pourront être réalisés au cours de la saison humide. Quant à la fourniture d’électricité, construction d’éoliennes ou raccordement au réseau électrique de la ville de Savalou, elle n’a pas encore été décidée.

4 Estimation des travaux

L’ensemble des constructions en Voute Nubienne évoquées au chapitre 3.4 représente 2 000 m2 de voute au sol, que vous avons grossièrement évalués à 50 € le m2 comprenant la réalisation du gros œuvre, enduits extérieurs et étanchéité des terrasses, préparation des matériaux et rémunération d’un maître maçon étranger et d’une équipe de 6 paysans maçons recrutée sur place. Ils seront aidés par des volontaires de l’association dans la mesure de leurs moyens, ce qui sera de nature à minorer les coûts. Soit un total de 100 000 €, auxquels il faut ajouter un autre 100 000 € pour les finitions intérieures et les ouvrages ne réclamant pas de construction en voute, comme les voiries et réseaux divers, l’électricité et les équipements sportifs, soit une enveloppe globale de 200 000 € qui pourra être affinée et révisée à l’issue de la première tranche de construction pendant la saison sèche de l’hiver 2020/21.

L’équipement et l’aménagement des locaux tels que le mobilier, les ordinateurs, le matériel agricole, et les œuvres artistiques resteront à charge des différentes activités du centre et feront l’objet de devis séparés.

5 Planning des travaux

Le planning des travaux devra obéir à trois contraintes : D’une part le fait que la construction en Voute Nubienne ne peut se réaliser qu’en période sèche, du 15 novembre au 15 février pour Savalou, d’autre part qu’une équipe de 6 paysans maçons dirigé par un maître maçon ne peut construire plus que 150 m2 de Voute Nubienne au cours de ces trois mois, et enfin que la mise en charge du centre limitée à 120 élèves ne pourra se faire que progressivement, année après année. D’où la décision de procéder par étapes, en dix tranches annuelles pour le gros œuvre en Voute Nubienne, les six premières de 150 m2, et les quatre suivantes de 275 m2 par l’addition d’une seconde équipe de maçons, soit 6×150 + 4×275 = 2 000 m2.
Les autres travaux, extérieurs et finitions, n’étant pas soumis aux contraintes climatiques pouvant se dérouler au cours des 12 mois de l’année. Aussi chaque année verra de janvier à juin, l’élaboration du projet détaillé des travaux de l’année suivante.

6 Financement

L’association française AFDMS dont DMS-Bénin diffuse les cours, les livres et le programme de développement personnel DMS dans toute l’Afrique, qui subventionne nos activités à raison de 5 à 10 mille euros par an, nous a assuré de pouvoir maintenir ce financement au cours des dix prochaines années et de le recentrer sur l’exécution des travaux de ce centre scolaire multifonction à Savalou.
Deuxièmement : nos fonds propres issus de la vente de livres, de cotisations, de ventes de formations et de dons privés, assureront une seconde partie de ce financement.
Troisièmement : Les bénéfices attendus des inscription des élèves, des bénéfices de l’hôtel, du restaurant et des activités agricoles sur place participeront également progressivement au financement de cette opération.
Enfin, les aides et subventions, autant publiques que privées, autant Internationales que non gouvernementales, qui participent à ce genre de programme exemplaire dans le cadre du programme de l’Ecosoc : Transformons notre monde à l’horizon 2030, seront les bienvenues.

Nous attendons un volume annuel de financement de l’ordre de 20 000 euros (sans présumer du gain d’un TED en cours), soit un total de 200 000 euros sur 10 ans, permettant l’achèvement de ce programme de travaux.

Coordinateur : Thibaut A. Gbaguidi, président de l’association DMS-Bénin

Réagir
3

Thibaut A. GBAGUIDI

Nationalité : Béninoise Né le 08 Juillet 1995 Professeur Certifié de Philosophie, Expert mentaliste, Président de DMS-BENIN, Écrivain.

Cet article a 4 commentaires

  1. Thibaut A. GBAGUIDI

    Pour le dessin voici quelques précisions :

    1- ÉCOLE PRIMAIRE
    6 salles de classes ( capacité minimum 30 élèves par salle) + Direction. Magasin et deux toilettes.
    – le CI (Cours d’initiation),
    – le CP (Classe Préparatoire),
    – le CE1 (Cours Élémentaire 1),
    – le Cours Élémentaire 2 (CE2),
    – le CM1 (Cours Moyen 1)
    – le Cours Moyen 2 (Cours Moyen 2).

    2- ECOLE SECONDAIRE

    7 classes + Direction, Censorat, Secrétariat. Surveillance, Salle des profs. Magasin et deux toilettes.

    – La 6è
    – La 5è
    – La 4è
    – La 3è
    – La Seconde Séries ( A D )
    – La Première Séries ( A. D )
    – La terminale Séries (A D )

    3- Bibliothèque

    4- REFECTOIRE

    Quelle capacité d’accueil viser ?

    5- FERME
    – Un magasin et quelques cages pour élevage.
    Clôture….
    Détails à préciser par vous ( Jean-Louis TRIPON)

    – Combien de chambres pour le dortoir ?

    Réagir
    3
    1. Jean-Louis Tripon

      13 classes de 30 élèves = 390 gamins !
      Il faut prendre le problème a l’envers et sortir d’un modèle occidental qui ne fonctionne pas (lire texte de JM QUAIRIEL https://developpement-mental-semantique.com/temoignage-dun-pedagogue-en-milieu-scolaire/). Vendre ça à de riches parents qui placent leur rejetons en Suisse puis aux USA. Apprendre à lire, écrire, et penser comme il faut, dans les sciences sociales, humaines et politiques ! le reste on s’en fout car ces parents aussi !
      30 gamins dans 4 classes de niveau inférieur et supérieur du primaire et du secondaire soit 120 gamins, inscription 500 €/mois (60 000 €/mois, reste 30 000 après impôts, frais généraux et pots de vins) pour personnel de 20 personnes payés 500 €/ mois = 10 000 €/mois. Compter 12 000 €/mois pour matériel d’enseignement de qualité (ordi, etc, voiture de fonction , car scolaire) et 4000 € pour frais d’entretien et consommables (électricité).
      Reste au total = 30 000 – 10 000 -12 000 – 4 000 = 4 000 soit 48 000 annuel pour autofinancer les fonds propres de DMS Bénin et investir dans la tranche de travaux de l’année suivante (si vous dégagez 15 000 € pour ce dernier poste, ça sera bien )

      Réagir
      2
  2. Jean-Louis Tripon

    PROBLEME POSE A FRANCOIS BOUQUIN
    Bonjour François,
    Nous aurions besoin de tes lumières pour bricoler un groupe électrogène ou une petite éolienne d’une puissance de 3 Kw, pour alimenter en électricité ce projet de 150 personnes (dont 120 jeunes) au Benin, à partir d’un moteur diesel ou électrique d’occasion.
    Réponse de François Bouquin
    Il faut commencer par évaluer les besoins détaillés par type de consommateurs, nombre d’heure par jour, nombre jours par semaine. Bref des jolies feuilles de tableur stp.
    A priori c’est plutôt panneaux solaires, plus groupe électrogène. Eolienne, c’est trop lourd, d’entretien et intermittent.
    Un groupe 3 KW ça ne vaut presque rien, à partir de 500€
    Mais ensuite il faut lui donner à boire et l’entretenir.
    En fonction du prix du carburant, de l’huile c’est une option principale, ou pas.
    Un onduleur 5KVA, régulateur, panneaux solaires. Pour dimensionner il faut des ratios d’ensoleillement pour estimer la production réelle. Si les panneaux peuvent flotter sur de l’eau, ils seront plus frais, le rendement augmentera.
    Les batteries peuvent être d’occasion en partenariat avec un transporteur local qui les change en préventif, achetées au prix du plomb. Ce peut aussi être du lithium de batteries d’ordinateur ou vélo recyclées. Voir avec les recycleurs locaux qui collectent les déchets électroniques
    Et sinon :
    – Commencer par réduire les besoins, en particulier avec des ordinateurs économes et de préférence en 12V
    – Faire un lobbying politique pour obtenir une franchise de taxes d’importation pour les équipements.
    – Au niveau agricole, il faut remettre du carbone et de la vie micro organique dans les sols. Réduire l’arrosage au maximum, ne prélever de l’eau que pour des usages nobles, économes. La place de l’eau est dans les sols. Quand il pleut, il faut ralentir son accès aux fleuves
    https://horizon.documentation.ird.fr/…/010064982.pdf
    http://www.inter-reseaux.org/…/le-zai-qu-est-ce-que-c-est
    http://www.iedafrique.org/Le-Biochar-un-charbon

    Réagir
    1

Laisser un commentaire

Article suivantRead more articles