Contrôle du Micro et Macro cosmos.
Scarlett Johansson dans le rôle de Lucy

Contrôle du Micro et Macro cosmos.

Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lucy_(film,_2014)

Présentation d’un film de Luc Besson : Lucy

Jean-Louis Tripon

Luc sait comment donner envie de voir ses films !
Cette fois-ci, c’est une très jeune femme, victime d’un gang de stupéfiants qui, suite à la fuite d’un sac de drogues logé de force dans son estomac, découvre des facultés ignorées de son cerveau. Arrivée à destination en Chine à Taïwan, elle commence par butter les malabars qui l’attendent pour récupérer la drogue, puis apprend le chinois en deux heures.
On ne boudera pas son plaisir, malgré les incohérences du film qui insiste sur les pouvoirs physiques, le rôle du cerveau et ses fameux 10% utilisés (ce qui a été démenti par les neurosciences), et qui minimise le rôle de notre mental, alors que notre cerveau, qui n’est qu’un organe biologique, ne peut pas être responsable de ces pouvoirs extraordinaires, pour les besoins des effets spectaculaires du film pour attirer des clients et se vendre.
Morgan Freeman qui joue le rôle du docteur Norman dit de Lucy : ” Elle possède à présent 28% de la capacité de son cerveau, nous ne savons pas ce qui arrivera quand elle en possédera 100%”. Ben non, tu ne sais vraiment pas ce qui arrivera quand un humain atteindra les 100 % du potentiel de ses facultés mentales ! L’imaginaire de ce film est vraiment très loin du compte.

Deux dires cependant sont à relever : “L’humanité n’est pas prête à cela” et “C’est comme si tout ce qu’il y a d’humain en moi, disparaissait”.

Réagir
2

Michel Quinones

Micro cosmos/ Macro cosmos

Cet article a 8 commentaires

  1. Emile Thyeff

    Dommage que l’extrait choisi soit le plus stupidement commercial : la poursuite en bagnole, d’ailleurs très mal faite tant les effets spéciaux sont mal synchronisés…
    le problème de Besson dans ce film c’est de vouloir tenter de parler d’un sujet sérieux, qu’il ne maîtrise absolument pas mais parfois la candeur du novice apporte des éclairages originaux, et de vouloir faire du box office, c’est à dire faire venir dans les salles le samedi soir un max de gogos qui ne jurent que par les effets spéciaux, les explosions, les bagnoles qui sautent en l’air, des cadavres de méchants traficoteurs, bref une resucée de la saga Taxi, c’est dire le niveau et la compromission – soumission atteinte par Besson pour séduire les cerveaux décérébrés des péquins moyens qui sortent le week end et donc faire rentrer du cash.

    Si vous voulez voir un film de Besson qui traite grosso modo du même sujet mais sous un angle d’attaque différent c’est Angela … Film qui a eu beaucoup moins de succès ( pas de courses poursuite spectaculaires , enfin pour qu’elles le soient Besson ferait bien de revisionner French Connection 1 et celle de Gene Hackman sous le métro de New York .. ) Film en noir et blanc avec des images très soignées à l’esthétique envoûtant, tout ce qu’il ne faut pas faire pour remplir les salles à notre époque).

    Réagir
    3
  2. Dizzy Blue

    Bonjour,chais pas si c’est en rapport. Mais il y a un film, Limitless, réalisé par Neil Burger avec Bradley Cooper, Robert De Niro. En deux mots : Eddie découvre un produit pharmaceutique qui décuple les facultés du cerveau. Il devient un autre homme, supérieurement intelligent… Voilà, j’ aimerai bien cette pilule, histoire de faire le ménage… Un très chouette film

    Réagir
    1
    1. Michel Quinones

      La pilule est déjà en chacun de nous depuis notre existence, ils suffit de l’activer. C’est ce que nous enseignent Jean louis. Nous cherchons loins ce qui est plus proches que l’on croit. Immortalité, l’infini, l’aptitude de devoir savoir le contrôler avec sagesses. Nous sommes esclave de notre mental tout en étant créateur et acteur à la foi. Donc le choix ne dépend que de nous.ou nous contrôlons l’extérieur ou l’extérieur nous contrôle.

      Réagir
      1

Laisser un commentaire

Article suivantRead more articles