Cours de mentalisme

Cours de mentalisme

102. COURS DE MENTALISME (1)
Je suis ingénieur topographe INSA Strasbourg. La topographie est la science de la mesure et des représentations, plus particulièrement de la terre. Cette science se fonde sur les mathématiques, la géométrie, la trigonométrie, les calculs de probabilité, d’erreurs et de compensation. Elle utilise des instruments d’une très grande précision et de méthodes très rigoureuses. C’est une formation de l’esprit à l’acuité de l’observation et à la rigueur rationnelle, raison pour laquelle les Grecs avaient fait de la géométrie l’étude préalable à la philosophie. J’en ai retiré une perception topologique intuitive des choses et un goût pour la précision que vous avez pu remarquer dans mes écrits.
Si les mathématiques sont bien utiles pour analyser l’univers physique, elles sont inopérantes pour l’analyse de notre monde mental, c’est là où intervient le mentalisme. Le mentalisme est un ensemble d’outils, de techniques et de méthodes précises pour l’exploration, l’analyse et l’exploitation de notre monde mental non physique. C’est pour moi l’équivalent de la topographie dans ce monde sémantique intime. Les cours que je dispense ne sont donc pas des cours de maths. spé. mais des cours de mental spé.
Le mentalisme n’est pas encore reconnu comme une science, et ceci tient à plusieurs raisons. Tout d’abord les sciences dominantes sont monistes physicalistes, et même si après les échecs du béhaviorisme et du matérialisme réductionniste, le terme de conscience commence à être admis dans les milieux scientifiques, les techniques d’introspection mentale sont toujours considérées comme des voies non pertinentes et sans issues. Ensuite parce qu’avec le développement de nombreuses thérapies et méthodes de développement personnel douteuses, mêlées de mysticisme, apparues lors de l’explosion du New Age, dans la confusion totale qui règne dans ce domaine où fleurissent les sectes et sévissent les gourous, les imposteurs, les illusionnistes et les menteurs pathologiques comme Ron Hubbard et son église de scientologie, il est tout à fait légitime de considérer l’ensemble de ce secteur comme de la pseudoscience teinté de charlatanisme. Enfin parce que la preuve scientifique est difficile à faire et que nous manquons d’un langage approprié pour en parler.

103. COURS DE MENTALISME (2)
Le Cours de l’Académie Sémantique et Fonctions Mentales est un cours de mentalisme destiné aux personnes qui veulent découvrir puis exploiter toutes les possibilités et les outils que leur offrent leurs fonctions mentales, ce n’est donc pas un cours de mysticisme. Le mysticisme est une quête qui vise à entrer en contact direct avec une entité transcendantale, en général religieuse, au travers d’une expérience mentale, c’est une recherche de la grâce dans une communion avec son dieu, son transcendant cosmique, son âme, ou des entités subalternes. Le mysticisme à toujours existé comme une démarche initiatique parallèle à la pratique religieuse. Lors de la vague New Age, le mysticisme a été détourné par des sectes prétendument spirituelles et leurs gourous pour exploiter la crédulité des personnes. Il en reste encore des traces dans les mouvances channeling, chamanistes, satanistes, et des écoles de développement personnel douteuses. Regarder un ciel étoilé en y considérant la présence d’une entité cosmique, est une attitude mystique.
Ces expériences mystiques sont des rêves éveillés provoqués par le couple analytique 2 et joker 9 dans des synergies mentales particulières, improprement appelées états modifiés de conscience, qui montrent une fonction volontaire 7 effacée, voire inversée, provoquant ce que Mircea Eliade appelle une enstase. Ces rêves sont structurés par les rituels qui les induisent, de ce fait on constate la grande variété de leur imaginaire qui ne témoigne d’aucune réalité.
Le mentalisme étant areligieux, n’accorde pas de valeur particulière à ces expériences, et je me range du coté des paroles de Confucius rapportées par son disciple Tseu Seu dans le Tchoung Ioung, L’invariable Milieu, paragraphe 11 : “Scruter les secrets les plus impénétrables, faire des choses extraordinaires, c’est ce que je ne veux pas (car cela détourne les hommes de l’étude de la sagesse). Aussi on ne trouvera pas non plus dans mes cours, d’études des perceptions extrasensorielles ni de parapsychologie, que je considère de la pseudo-science.

106. LES 5 ÉTAPES DE LA MÉTHODE DMS
La méthode de Développement Mental Sémantique DMS est fondée sur la base théorique d’un cadre conceptuel et d’un modèle de l’esprit humain précis validé par l’expérimentation. Et non sur de vagues présupposés dont on nie ensuite se servir, sur des représentations lacunaires douteuses non avérées, comme conscient/inconscient, moi/surmoi/ça, parent/enfant/adulte, une typologie de personnalités, etc. dont se servent la psychanalyse, la PNL, l’hypnose Erickson, l’analyse transactionnelle, l’ennéagramme et leur dérivés. Elle n’utilise le langage que pour décrire et suggérer ses techniques et des gestes mentaux. Elle n’associe pas d’images émotionnelles aliénantes à ses techniques qui ne sont pas des techniques de manipulation dans le cadre d’une pensée magique ou pseudo-scientifique. Elle travaille uniquement au sein de la réalité mentale de nos qualia et vise à la transformation de l’homme conceptuel en un surhomme conscient, exploitant les structures mentales de son être. Son application comprend 5 étapes :
a) L’intégration d’un cadre conceptuel mental non physique (et donc l’abandon des identifications à son corps, son cerveau, et des modèles comportementalistes unipolaires égotiques).
b) La réalisation d’ancrages opératifs de nos neuf fonctions mentales au sein de notre mémoire sémantique.
c) l’apprentissage de la pensée infralingue ou sublinguistique hors de la pensée verbale, fondée sur des percepts mentaux et non des idées imaginaires illusoires, ce qui suppose une conscience sémantique.
d) L’acquisition de la pensée holistique globale non linéaire se nourrissant de la multitude des interactions conscientes de nos fonctions mentales.
e) L’ataraxie structurelle vraie dont l’absence de trouble, d’émotion et de stress psychosomatique n’est que la partie la plus visible dune cohérence harmonique de tous nos états et synergies mentales.
Ces étapes et les résultats des diverses techniques proposées par la méthode DMS peuvent être validés scientifiquement par des tests, des questionnaires et l’imagerie médicale IRM. Je cherche donc des laboratoires du CNRS et des équipes de chercheurs sérieuses (donc non scientistes monistes) pour ce faire, et sortir ainsi cette méthode unique au monde de sa phase expérimentale.

108. COACHING
Comme vous le savez déjà, un cours annuel de 52 monographies est disponible dans ce site. Ce cours est destiné à former des Masters habilités, après un examen, à délivrer eux-mêmes ces cours de Développement Mental Sémantique DMS, et exploiter tous les documents de L’Académie Sémantique et Fonctions Mentales ASFM pour former d’autres cercles de six étudiants, faire des conférences, du coaching de groupe, organiser des stages dans la vie réelle, afin de répandre cette méthode unique au monde.
Le coaching de groupe devra se limiter à des groupes de 12 participants au plus, afin de permettre l’interaction de toutes les personnes dans de bonnes conditions, sinon ce n’est plus du coaching mais une activité de vulgarisation et d’initiation parascolaire. Des fiches de coaching seront rédigées dans cette intention. Ces fiches seront réunies dans un livret ajouté aux ouvrages du même site à l’attention des coaches. Elles seront définitivement mises au point avec le premier groupe de Masters formés. Ces fiches serviront également pour l’élaboration d’un programme d’enseignement destiné aux enfants des écoles.

111. OMNICOFONTALES (OMNIscience des COmmandes de nos FONctions menTALES)
On apprend aux enfants à marcher, à parler, à lire, à écrire, à compter, et on essaie de leur apprendre à penser comme il faut. Mais il y a une chose beaucoup plus importante que tout cela, que l’on ne leur apprend pas, et qui pourtant est essentielle : à se servir de leurs fonctions mentales.
Notre être mental sémantique est une vaste structure hiérarchisée, à chaque étage il y a des commandes de nos fonctions mentales : les cofontales, des plus superficielles aux plus profondes. L’homo conceptuel n’a accès qu’à la couche la plus superficielle de celles-ci : aux commandes de son imaginaire, ce qui lui permet de diriger son corps et de penser grâce à des idées sorties de son imagination. Dans la situation d’un aveugle au poste de pilotage d’un avion, sa fonction volontaire, organe de commande de notre vie mentale, n’a pas alors accès aux outils qui lui permettraient de régler ses nombreux problèmes, elle est même inconsciente de leur existence. Dans son bocal d’ignorance, elle est confronté à un de ses propres produits inertes : le sentiment du soi et aux mécanismes de défense du moi, causes de troubles mentaux dont l’égotisme. D’où l’importance de délivrer au enfants une formation de découverte et de maîtrise progressive de ces cofontales, afin de dépasser ce stade de confusion et de savoir mieux gérer leur vie mentale.
A un niveau plus élevé, l’ataraxie, l’absence de trouble, qui n’en est que la manifestation immédiate la plus évidente, est un seuil qui ouvre à un nouveau potentiel d’omniscience de ces moyens mentaux. L’homme qui y accède se retrouve alors dans la situation d’un bébé qui a encore tout à apprendre des possibilités de ses trésors, et de les maîtriser semaines après semaines. Ce potentiel n’est cependant pas ultime, car l’évolution de notre nature mentale sémantique est sans limite, ce n’est donc qu’un seuil parmi la multitude des autres seuils qui l’attendent.

Réagir
1

Jean-Louis Tripon

Ingénieur géomètre INSA Strasbourg, Chercheur théoricien en sciences mentales, Créateur de la méthode DMS, Président fondateur de l'AFDMS. Directeur du social networking service Sic Itur

Cet article a 2 commentaires

Laisser un commentaire

Article suivantRead more articles