De l’ego à l’orgueil

De l’ego à l’orgueil

Souvent je vois ou j’entends des gens se faire remettre à leur place pour leur soi-disant “EGO” qui s’exprime et cela me dérange beaucoup parce qu’il y a une mauvaise compréhension d’une certaine approche orientale du soi. 

L’ego c’est la “conscience de soi” ce n’est rien de plus et rien de moins non plus, c’est une donnée nécessaire au bon équilibre psychologique, c’est également une donnée nécessaire à l’action et à l’accomplissement. Si vous n’aviez pas d’égo vous ne feriez rien, vous n’entreprendriez rien, vous resteriez spectateur et ne rempliriez pas votre rôle d’acteur de votre vie. 

L’ego c’est la “conscience de soi” mais la “conscience juste”, c’est savoir que vous ne savez pas tailler une mortaise mais c’est également savoir que vous êtes capable de faire la cuisine par exemple. Lorsque vous prenez un livre c’est votre égo qui vous dit que vous savez lire, lorsque vous posez vos mains sur un patient si vous êtes thérapeute c’est encore l’égo qui vous dit que vous êtes capable de le faire. 

Maintenant, vous annoncez que vous ouvrez une imprimerie par exemple, il est normal que vous donniez votre qualification, vous n’allez pas dire : “J’ouvre une imprimerie parce que je suis épicier”, et l’épicier ne va pas dire : “J’ouvre une épicerie parce que je suis plombier”, etc…

Mais voyons plus loin avec l’orgueil ou la vanité si vous préférez, là ce n’est plus l’égo qui s’exprime puisque vous allez au-delà de la connaissance que vous avez de vous même et vous le savez très bien. 

Si vous dites : “Je suis médecin” alors que vous êtes infirmier vous faites preuve de vanité quasiment maladive. De même si vous êtes magnétiseur et que vous dites : “Je suis le meilleur des magnétiseurs”, là vous n’êtes plus dans l’égo vous êtes dans l’orgueil ou la vanité. L’ego dirait “Je suis magnétiseur”. 

Il est important de bien comprendre cette différence, être fier de ce que l’on est un moteur, faire preuve de d’orgueil ou de vanité c’est avoir honte de ce que l’on est donc c’est un frein à ce que nous pourrions être vraiment. 

En conclusion nous pourrions dire :

L’ego dit : “Je suis”
L’orgueil dit : “Je veux paraître plus que je ne suis”. 

Réagir
1

Jean-Claude Thimoleon

Thérapeute depuis plus de trente ans et fondateur du Collège Francophone de Médecines Quantique et Alternatives, créateur de la technique du Toucher Quantique, j'enseigne la Médecine Vibratoire, la Phytothérapie et l'Aromathérapie, le Reiki et depuis peu le DMS après avoir reçu le master DMS.

Cet article a 7 commentaires

  1. Jean-Louis Tripon

    Ego, orgueil, des appréciations sémantiques, qui demandent une analyse poussée du sens car nous sommes ici en psychologie des comportements du commun stupide des hommes :
    Tout d’abord le sentiment du soi, que Freud appelle le moi conscient est un produit de notre fonction volontaire, qui n’est pas conscient et qui ne fait rien, ce sont nos fonctions mentales qui font. Vous n’êtes pas sans ignorer les pathologies de défense des aliénations à ce truc qui font la fortune des psychanalystes.
    Faute d’une sophistication mentale suffisante la plupart des gens souffrent de l’effet Dunning-Kruger, surévaluent des mérites qu’ils ne possèdent pas, émettent des affirmations subjectives sans argument, sur tout et n’importe quoi, veulent avoir raison face aux plus sages qui rient sous cape, et donc sont vides de sens et hors des interlocuteurs valables. C’est ce qu’on nomme généralement le comportement égotique.
    L’absence de ce sentiment du soi, chez les hommes réalisés des courants taoïstes et bouddhistes ne leur a jamais fait perdre leur savoir faire ignoré des mentalement inachevés, le faire spontané sans désir faire est d’une puissance sans égale pour “aller sous le ciel” sans entraves. Par contre, se dire médecin alors que l’on est que simple infirmier, c’est montrer que l’on est un menteur pathologique, un travers commun chez les pervers narcissiques, et cela se soigne difficilement.
    La sémantique est une science difficile et très précise. Alors qu’importe les termes, il faut savoir distinguer le jugement relatif de soi par rapport aux autres que certains désignent par fierté (à distinguer de la vantardise et de la prétention), du jugement absolu de soi que faute de meilleur terme nous pouvons désigner par orgueil. C’est une chose présente dans le poème “If” de Kipling et dans cette anecdote du Zohar :
    Un Rabbin dit : “Si j’avais été à la place d’Abraham et que j’avais constaté qu’il n’y avait pas dix justes dans Sodome, je me serais rendu dans Sodome avec mon fils, et là j’aurais dit à Dieu : < < regarde, je suis dans Sodome avec mon fils et nous sommes deux justes, donc tu ne peux pas détruire Sodome >>”.
    Chacun est libre des couleurs de police, le blanc ayant cependant un meilleur contraste que l’orangé.

    Réagir
    1
  2. Emile Thyeff

    Si l’on part du postulat que l’égo c’est la conscience de soi, cette dernière n’a rien à voir avec le fait que l’on entreprenne ou non telle ou telle action ou que l’on reste spectateur de sa vie.

    D’ailleurs être spectateur de sa vie est une formule qui ne veut rien dire car il suffit de vivre et de continuer à le faire instant après instant pour agir pour soi même en tant qu’être singulier intangible.

    Être spectateur ou acteur de sa vie n’a de sens que dans une optique sociétale, par rapport à la bijection constante établie par les codes du vivre ensemble entre “moi et les autres” et “les autres et moi.”

    En outre l’orgueil, dans son sens défini par Jean louis, que l’on pourrait comparer à un démarreur tandis que l’ego serait le véhicule inerte qui attend l’impulsion mais qui peut s’en passer, n’est pas si négatif que cela puisqu’il permet de devenir “l’acteur”, c’est à dire d’être dans le “faire”.
    Mais là où l’orgueil reste l’étincelle qui allume le tas de brindilles et qui permet chez les sages orientaux ou chamaniques le ” faire spontané sans désir, toujours accolé à son partenaire de caducée magique, le “non faire spontané et sans regrets” , il devient dans les sociétés humaines matérialistes inachevées et communes, l’accélérateur qui crée l’incendie sous l’athanor ou l’inondation comme dans l’ apprenti sorcier, car il s’est transformé en hubris.

    Réagir
    2
  3. Jean-Marie Quairel

    Bonjour ,
    Je ne suis pas certain que l’on puisse dire que l’EGO c’est la “Conscience de soi” …..La “Conscience de soi ” est “Conscience de l”autre et du Monde” elle est une des conditions de l’empathie ….Quand l’EGO devient le Maitre , il empêche toute empathie…..Calmer son EGO et son agitation mentale est une nécessité pour “Voir ce qui est” . L’EGO doit être au service de notre Esprit , synthèse du corps et du psychisme .

    Réagir
    2
    1. Jean-Louis Tripon

      Effectivement la conscience de soi que les psychologues nomment la théorie de l’esprit, qui joue un rôle primordial dans les interactions sociales, est distincte de la représentation de soi et de l’ego, qui est plutôt un ensemble de mécanismes pathologiques de défense du moi, c’est-à-dire des comportements maladifs qui constituent un blocage à toute évolution mentale saine.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_l%27esprit

      Réagir
  4. Jean-Marie Quairel

    Rapide présentation : J’ai travaillé pendant 41 ans dans le Service d’Orientation de l’Éducation Nationale ( Conseiller en Orientation pendant 27 ans puis Directeur de CIO ) à l’écoute des désirs d’avenirs des jeunes , en essayant de limiter les dégâts d’un système éducatif inique . Je me suis fait aidé , en pratiquant la bioénergie , les thérapies analytiques et corporelles et le Yoga pendant 25 ans . J’ai aussi utilisé les techniques “d’évocation mentale” d’Antoine de la Garanderie , ainsi que “l’auto supervision en entretien de Conseil’ ( Conrad Lecomte ) . J’ai développé une approche spécifique de la connaissance des enfants à travers la “compréhension ” ( et non pas l’interprétation) du D.10 de Jean Le Men ( Dessin de 10 éléments). Je suis retraité et m’investit beaucoup auprès de celles et ceux qui sont “aux marges” de notre société , en risque d’exclusion : Secours Populaire , Accueil des Familles de Détenus, Atelier de réinsertion par le Travail… J’ai développé un outil de préparation au “Questionnement Partenarial” destiné aux Parents , aux élèves et aux enseignants . J’essaie, à mon rythme, de ressentir et comprendre la DMS …..

    Réagir
    1
    1. Jean-Louis Tripon

      Je vous ai nommé auteur puis éditeur afin de pouvoir écrire en écriture collaborative au sein d’un article comme dans un Wiki, en particulier dans la catégorie Révolution éducative. Cette présentation devrait faire l’objet d’une page personnelle ou d’une messagerie de même que celle-ci : https://developpement-mental-semantique.com/qui-suis-je/
      Si vous avez des difficultés à utiliser les fonctions de ce WordPress, lire le digeste de l’Aide ou téléphoner au 04 68 53 33 72

      Réagir

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier