Des croyances

Des croyances

125. DES CROYANCES

     Comme vous savez, il y a trois grandes écoles en philosophie : le dualisme de substance et les deux monismes, le physicalisme et l’idéalisme. Je suis dualiste de substance. Cependant je ne considère pas cela comme une croyance, ni une connaissance, mais le simple constat que toutes mes expériences sont indubitablement mentales par nature. Ces expériences me livrent en conscience des percepts de mon être mental, corporelles, et du monde extérieur à moi-même. Pour un idéaliste tout est mental ou conscience. Personnellement je ne peux pas concevoir le monde extérieur comme mental, les lois le gouvernant étant par trop différentes de celles qui gouvernent ma nature. Ses convictions sont pour moi aussi difficiles à comprendre que la trinité chrétienne. Aussi je considère qu’il existe une autre substance physique ou matérielle dans cet univers distinct de moi, même si je n’en perçois pas la nature. Ce n’est pas très important car je ne m’intéresse guère à ce monde, et je n’ai pas vraiment besoin d’y croire, mes savoir-faire suffisant à assurer ma sécurité ontologique. Cependant, je me tourne vers le physicaliste et lui demande : « Avons- nous raison de croire en la nature physique des choses ? ». Il me répond aussitôt : « Vous avez raison, la nature physique est la réalité du monde, c’est une connaissance, et  c’est la nôtre ».

Réagir
1

Jean-Louis Tripon

Ingénieur géomètre INSA Strasbourg, Chercheur théoricien en sciences mentales, Créateur de la méthode DMS, Président fondateur de l'AFDMS. Directeur du social networking service Sic Itur

Laisser un commentaire

Article suivantRead more articles