Économie de la Contribution  et Entrepreneuriat

Économie de la Contribution et Entrepreneuriat

Document fondateur de Lionel Lourdin du 16 -1 2019
Lionel Lourdin est un entrepreneur suisse né en 1980 à Genève. Électronicien de formation, passionné par l’innovation et l’entrepreneuriat, il s’est spécialisé dans l’étude des nouveaux modèles économiques, de leurs systémiques et de leurs modes de gouvernance, dont notamment ceux du logiciel libre, de l’open hardware et de l’open data. Il explore et met en pratique les principes de l’Économie de la Contribution au travers de ses activités quotidiennes. Il œuvre pour le développement contributif de communs technologiques, informationnels et culturels favorables à l’émergence de services novateurs à destination du secteur public et du secteur privé.

https://contribution.ch/EC1

Préambule

Lionel Lourdin

Face à l’évolution constante des technologies, à la croissance exponentielle des capacités d’innovation et aux transformations sociétales qu’elles engendrent, la Société et l’ensemble de ses activités humaines sont soumises à des risques de disruption de plus en plus importants. Les impacts culturels, sociaux et professionnels éprouvés cette dernière décennie par la prolifération de services numériques majeurs, ou encore le déploiement rapide sur le marché de technologies disruptives et privatives, démontrent les enjeux, les rythmes et les pouvoirs engendrés par de telles situations. De nombreux secteurs font face à des risques de disruption tant sociétaux que culturels dangereux pour la démocratie. La nature des transitions provoquées par ces situations impacte les écosystèmes économiques et les pratiques de nombreux métiers. Les dernières innovations menées dans le domaine de l’intelligence artificielle et des blockchains nous amènent dans un champ des possibles où les activités et les compétences humaines que l’on pensait jusqu’alors protégées sont touchées. Tous les métiers sont aujourd’hui concernés directement ou indirectement par les impacts pouvant être engendrés par l’arrivée de ces nouveaux services fascinants et leurs risques de disruption. Face aux enjeux encourus, il devient nécessaire de considérer les leviers permettant d’anticiper et de transformer de manière responsable ces risques en potentiel de progression pour la Société. Ces réflexions soulèvent alors la question suivante : Comment transformer les risques de disruption privative pour la Société en potentiel de progression démocratique ? Afin d’y répondre, il est nécessaire de comprendre les mécanismes et les leviers utilisés par ceux qui provoquent la disruption avec leurs innovations, la puissance de l’informatique et la gouvernance de leur propriété intellectuelle.

Introduction

L’Économie de la Contribution est intrinsèquement liée aux notions de biens communs numérisés, de patrimoines informationnels communs et de communs. Elle est fondamentalement orientée vers le service et sert de socle pour une économie de marché raisonnée. Elle est au bénéfice d’un cadre légal favorable au partage des connaissances et au développement contributif. L’Économie de la Contribution se présente comme une réponse au contexte d’expansion technologique et industriel issu de l’ère numérique. Elle favorise la concertation et les contributions mutualisées entre les acteurs de la Société. Elle permet de cultiver, grâce au terreau des patrimoines informationnels communs, de nouveaux leviers servant de socle sociétal pour propulser le développement raisonné des activités humaines. Elle est gouvernée par des standards juridiques qui impliquent une gestion de la propriété intellectuelle partagée selon les principes du copyleft et du copyright. Ce mode de gouvernance permet la co-création de biens communs numérisés et la constitution naturelle de communautés de contributeurs. L’Économie de la Contribution permet ainsi de concevoir des services, des savoirs, des systèmes d’information et des innovations dans une dimension sociétale inclusive, responsable et démocratique. Elle offre notamment un cadre propice aux synergies publiques-privées citoyennes. Les notions de « consommateurs » et de « concurrents » évoluent en notion de « contributeurs », où chacun participe naturellement à la création de valeurs informationnelles communes, utiles à la progression de la Société ainsi qu’à l’expansion des compétences humaines. Le terme « biens communs numérisés » utilisé ici, désigne les œuvres originales composées d’informations, de designs, de logiciels et de toutes sources de savoir pouvant être stockés sur un support numérique et pour lesquels leurs auteurs concèdent des droits d’utilisation, d’étude, de reproduction, de modification et de distribution compatibles avec les principes des licences libres (cf. chapitre 2.3).

lire la suite :
https://contribution.ch/EC1/EC1_Economie-de-la-Contribution_Base-de-connaissances_v0-9.pdf

d’autres liens : 
Une Intervention en français de Lionel Lourdin sur le thème de : The power of Open Source to boost open innovation – Free IT Foundation : https://www.youtube.com/watch?v=Beg6RoQRovs
#Technologies libres et open innovation http://free-it-foundation.org
#Intelligence collective http://cintcom.org
#Générateur de contributions http://ideavox.org
#Écosystème juridique https://kalix.ch
Ici une video  en introduction à l’Economie de la Contribution  ( édité par Simon Sarrazin de Lille – Assemblée des Communs ) 
https://movilab.org/index.php?title=La_co-cr%C3%A9ation#L.27.C3.A9conomie_contributive

Ressources externes :

Etude de la configuration en Tiers-Lieu: la repolitisation par le service | Dr Antoine Burret
https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01587759/document
Économie de la contribution et innovation sociétale | Philippe Beraud et Franck Cormerais
https://www.cairn.info/revue-innovations-2011-1-page-163.htm
Economie de la Contribution | Bernard Steigler, Ars Industrialis
http://arsindustrialis.org/economie-de-la-contribution
https://www.youtube.com/embed/RXyPPd29KvE?vq=hd720
Philosophie GNU | Richard Stallman, Free Software Foundation
https://www.gnu.org/philosophy/philosophy.html
 
 
Bernard Stiegler
Réagir
4

Lorenzo Favia

nouveau membre

Cet article a 2 commentaires

  1. antoine valabregue

    voici quelques adresses utiles à contacter dans l’esprit de notre réseau
    Adresses utiles

    – Ecole changer de cap
    Collectif de travail sur l’éducation crée en 2001 au sein du réseau “Interactions : transformation personnelle, transformation sociale”. Il regroupait des enseignants et personnels de l’éducation nationale issus d’écoles alternativess de l’école maternelle à l’université et met l’accent sur les nécessaires transformations psychiques psycho sociales, éthiques pour changer en profondeur un système éducatif en crise profonde. Il a produit des textes multiple Son livre fondateur publié par Chronique sociale : “ECOLE : Changer de cap, pour une éducation humanisante”. Ses membres interviennent dans des établissements scolaires ou dans des séminaires, colloques.
    http://www.ecolechangerdecap.net

    – Ars Industrialis. Association internationale pour une politique industrielle des technologies de l’esprit. Le site contiient les comptes rendus de leurs travaux.
    http://arsindustrialis.org/appel-a-candidatures caroline.stiegler@gmail.com

    – Association Unipaz
    Unipaz France offre des formations inspirées et nourries par la pédagogie de Pierre Weil et s’inscrit dans le vaste courant de la nouvelle culture émergente qui intègre le développement personnel, l’éveil de la conscience, la solidarité sociale et la protection de l’environnement.
    http://www.unipazfrance.org

    – Association Co-Libri
    Un espace de formation réciproque et de recherche où chacun se forme à agir et interagir plus librement, et où les compétences et les idées de chacun trouvent leur place.
    http://www.co-libri.fr/topic/index.html?

    – CEDIAS Musée Social
    Mêne depuis 6 ans avec un Comité de Pilotage de 25 membres un Séminaire Pour l’Intervention sociale Communautaire (SPIsC )
    http://cediasbibli.org/opac/index.php?lvl=author_see&id=3966

    – Forum ouvert Recit Juillet 2011 :
    Recueil des rapports de discussion et des plans d’action autour du thème : « Quelle transformation individuelle, quelles transformations collectives pour reconstruire un monde solidaire ? »
    http://fr.scribd.com/doc/87136753/Recueil-des-rapports-de-discussion-et-des-rapports-d-action-du-forum-ouvert-Recit-Juillet-2011

    – UNADEL
    Union Nationale des Acteurs et Structures du Développement Local.
    http://www.unadel.asso.fr

    – Groupe Julhiet Sterwen
    Il s’est bâti sur une idée simple : la transformation, pour être rapide et durable… doit se réaliser par l’action conjointe de l’énergie individuelle et collective et de la performance des organisations.
    http://www.julhiet-sterwen.com

    – Portail des initiatives en développement social local
    http://www.apriles.net/
    Voir notamment l’article « Ensemble à la Lisière ». Interview de José Dhers suite au Colloque d’Aubervilliers «Faire Société Autrement».

    – Comité National de Liaison des acteurs de la prévention spécialisée :
    http://www.cnlaps.fr

    – Mouvement pour la tri-articulation sociale
    À travers ce site et ce Mouvement, nous sommes invités à découvrir et à approfondir les recherches et multiples applications pratiques qui prennent peu à peu la relève des structures sociales anciennes.
    http://www.tri-articulation.info

    – Société Anthroposophique
    Initiée par Rudolf Steiner, cette conception du monde voudrait offrir librement des pistes de réflexion et de travail qui s’appuient sur le dynamisme de la raison humaine contemporaine et s’ouvrent à la connaissance du monde spirituel.
    http://www.anthroposophie.fr (en France)
    http://www.anthromedia.net/fr

    – Groupe de recherche spiritualité et Education (SPED)
    Le but de ce groupe est de donner un apport transversal vers l’ouverture des Sciences de l’Éducation à la valorisation du potentiel humain dans tous ses aspects, y compris la dimension spirituelle.
    http://spiritualiteducation.blogspot.fr

    Groupes Facebook :
    – ADREHS (Association de Développement des REssources Humaines et Sociales)
    https://www.facebook.com/groups/plateforme.adrehs/
    Plateforme Territoriale Citoyenne et Solidaire : «Rendre concrète et interactive la “théorie de la lisière” partagée par un grand nombre des membres de la plateforme» Une cinquantaine de visiteurs/mois, env. 400 membres.

    – Spiritualité · Bien-être · Développement personnel
    https://www.facebook.com/groups/bedps/ Plus de 5000 membres.

    Réagir
    3
  2. Jean-Louis Tripon

    J’ai réalisé ma promesse en lisant consciencieusement les 31 pages de ce document de Lionel Lourdin, car je suis un C + des big fives de l’OCEAN, un être hyper fiable. Mais je dois avouer que je ne me sens pas le moins du monde concerné par les élucubrations d’un système néolibéral en fin de cycle, dans la société toxique d’une civilisation technique en déroute face aux menaces qui s’annoncent et qui pèseront de plus en plus sur l’espèce humaine.
    J’utilise les moyens de l’informatique comme j’utilisais autrefois le livre et la parole, tout en étant conscient que tout support numérique est vide de sens mental, sinon le sens propre que chacun lui prête, que quel que soit le génie de mon niveau, les productions de mon esprit sont ineffables, formellement techniquement non partageables, la richesse de l’immatériel un leurre, la propriété intellectuelle de signes vides de sens une sottise, et que leur donner une valeur et vouloir les vendre relève de l’escroquerie pure et simple. Autrefois on vendait du papier et aujourd’hui on tente de vendre du temps. Cela reste de la matière, mais il est impossible de vendre ou de donner des produits de notre esprit, de conférer à autrui notre richesse ou notre sagesse immatérielle. Il y aura toujours un fossé entre matérialisme et spiritualisme, entre libéralisme dont ces licences open-source font partie et anticonsumérisme frugal, entre croissance et décroissance. Du fait de l’effondrement civilisationnel et par manque d’énergie, internet n’a peut être plus que 30 ans à vivre.
    Comprenons nous bien, dans ce monde nous sommes seuls, la plus grande des valeurs, la valeur spirituelle est incommunicable, inéchangeable, sinon dans un marché de dupes. La plus haute des sciences pour ce qu’elle peut apporter à l’homme, la science mentale, est une science intime du soi pour soi.
    Alors que fais-je dans ce monde ou presque tous cherchent à séduire pour dominer ou profiter de l’autre ? Je fais comme tous : je cherche à séduire par tous les moyens possibles pour tenter de mettre les autres face à leurs dissonances, leurs incohérences et leurs contradictions. Je peux même les accabler de leurs erreurs et appuyer de toutes mes forces là où ça fait le plus mal. C’est ce que j’ai choisi de faire sans autre justification que mon libre arbitre, mais conscient que mes dires et mes écrits ne sont que signes dont je ne peux maîtriser le sens chez l’autre, je suis en conséquence gratuit par principe et cohérence. Je suis donc un fumiste mais un imposteur honnête, un bateleur maniant les illusions d’autrui mais pas un gourou à tendance sectaire.
    Donc peu me chaut qu’on me copie, qu’on me vole, qu’on me plagie. Si on peut y parvenir c’est déjà bien, car ce serait déjà transmettre l’ombre de moi-même, et j’aurais atteint mon but de répandre à tous vents, sophismes et contresens, qui ne sont plus vaines paroles dès qu’elles portent le monde entier à réfléchir et à le faire basculer en tremblant de stupeur, vers un nouveau paradigme où les préoccupations que l’article ci-dessus souligne, auront définitivement et à jamais, disparues.

    Réagir

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier