électroencéphalographie

électroencéphalographie

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lectroenc%C3%A9phalographie_quantitative

Électroencéphalographie quantitative

L’électroencéphalographie quantitative est la quantification par des méthodes de traitement du signal électrique en physique des électroencéphalogrammes (EEG) et du rythme cérébral, qui sont enregistrés sur le cuir chevelu par des enregistreurs polygraphiques, puis quantifiés ultérieurement par des méthodes et techniques de plus en plus sophistiquées. L’analyse spectrale de Joseph Fourier de l’EEG, les potentiels évoqués, la cartographie EEG en haute et basse résolution, sont parmi les quantifications les plus utilisées en recherche, en neurosciences, en médecine et en psychologie. Cet article est une revue de 1924 à nos jours de l’électroencéphalographie quantitative qui est réalisée par des appareils spécialisés, des ordinateurs et des programmes spécifiques qui sont de plus en plus performants en imagerie cérébrale.

Des états de conscience altérés aux états modifiés de conscience

Parler de conscience puis d’état de conscience altéré ou d’état modifié de conscience, fait appel à de nombreuses catégories différentes et un article à ce sujet revient à faire de la sélection transversale parmi différents domaines de connaissances. Dès 1954 Alfred Fessard du Collège de France à Paris publie un article fondateur qui parle des mécanismes de l’intégration nerveuse et de l’expérience consciente92. En 1958 Kasamatsu et ses collaborateurs93 présentent une première étude au Japon sur les effets de la méditation za-zen. Ils poursuivent leurs recherches pendant des années avec des groupes de pratiquants za-zen sélectionnés et publient ensuite un important article qui montre que la méditation za-zen n’est ni un état d’éveil, ni un état de sommeil, et qu’elle présente des caractéristiques particulières94.

C’est en 1969 que le psychologue américain Charles Tart publie un livre aux États-Unis sur “Les états altérés de conscience”95 qui incluent pour lui les hallucinations, les états de méditation, les états mystiques, l’hypnose, les transes et les rêves. En 1970 une première bibliographie de Beverley Timmons et Joe Kamiya96 tous deux chercheurs au Langley Porter Psychiatric Institute de San Francisco, présentent 400 références à propos de la psychologie et de la physiologie de la méditation et des états de conscience associés. Toujours en 1970 Wallace97 soutient une thèse aux États-Unis sur les effets de la méditation transcendantale (M.T.) qui est suivie d’un article dans Science98.

Roland L. Fischer en 1971 publie un autre article dans Science99 qui présente un modèle de cartographie de la méditation selon deux voies, l’une proche de l’enstase et l’autre de l’extase selon les termes de Mircéa Eliade. Toujours dans les années 1970 une série d’articles par Wallace et Benson ont été publiés à partir de la pratique de “la méditation transcendantale”100 qui est la répétition (japa) pendant 30 minutes de syllabes (mantras) qui entraîne une profonde relaxation avec diminution de la tension artérielle et du taux de lactate circulant dans le sang, ce qui peut être considéré comme anti-stress et anti-fatigue. En 1973 à Toulouse, Jean-Paul Banquet a publié ensuite un article101 avec des résultats obtenus précédemment à Boston d’analyse spectrale d’enregistrements EEG chez 12 sujets pratiquant la méditation transcendentale (M.T.) qui furent comparés à un groupe témoin. Benson se sépare ensuite de Wallace en observant que la simple répétition du mot One (Un en français) produit les mêmes effets et il publie ensuite un livre sur ces résultats102. Puis Benson continue de publier à Boston des recherches sur les effets physiologiques de la méditation, comme en 2005103 et ensuite.

En 1972 à Paris au Centre Hospitalier Sainte-Anne, Etevenon104 et collaborateurs enregistrent en EEG quantitative les tracés électroencéphalographiques du moine zen Taisen Deshimaru Roshi et de ses élèves, assis pendant 30 minutes de méditation za-zen, en observant que l’activité cérébrale alpha est augmentée et reste hyper-stable dans le temps. Ces chercheurs publient ensuite dans La Recherche105 sur « Les états de conscience modifiés volontairement » puis un article de recherche médicale106 est ensuite publié des résultats d’électroencéphalographie quantitative après analyse spectrale de ces tracés EEG qui sont en accord avec des précédents articles japonais sur les effets de la méditation za-zen. Pour le chercheur Pierre Etevenon107 les états modifiés de conscience (E.M.C.) ne sont ni des états altérés pathologiques, ni non plus des états de sommeil tels que le stade 1 d’endormissement ou le stade de sommeil paradoxal. Aujourd’hui ces deux premiers articles de 1972-73 sont considérés comme des études préliminaires de cas uniques.

En tant qu’état modifié de conscience il existe encore des grands rêves108 encore appelés dans l’antiquité des songes. C’est le cas de rares rêves prémonitoires qui peuvent alors être expliqués par un nouveau modèle de compréhension des rêves109, modèle qui tient compte aussi de la synchronicité selon Jung et de Robert Hopcke110.

L’association ARTEMOC111 a organisé à Paris des Colloques en 2008 et 2009 sur les états de conscience modifiés puis publié un rapport pour le CNRS112. Le Forum des sciences cognitives à Paris organisé en 2013 au Campus des Cordeliers portait sur ce thème des états de conscience altérés et modifiés113 dont l’historique fut présenté en introduction par Pierre Etevenon avant que Jean-Pierre Changeux ne parle de la conscience chez l’homme. Ces recherches se sont multipliées à tel point que la base de données américaine sur la méditation de l’Institute of Noetic Sciences (IONS) comporte fin 2016 presque 7000 références dont 4000 à propos des différents types de méditation. L’hypnose114 est étudiée dans de très nombreux articles115 comme plus récemment l’étude en imagerie cérébrale d’une transe chamanique volontairement induite de Corine Sombrun qui a été enregistrée en EEG quantitative au Canada par Pierre Flor-Henry (en)116 et publiée ensuite117, font partie de ces recherches d’états de conscience modifiés. Antoine Lutz est un chercheur français INSERM en neurosciences à Lyon, dont la thèse de neurosciences fut effectuée (au LENA dirigé par Antoine Rémond) à l’hôpital de la Salpêtrière à Paris. Il est parti à Madison aux États-Unis où il a d’abord poursuivi sa carrière en enregistrant en imagerie cérébrale (EEG quantitative, IRM fonctionnelle et signal BOLD) des méditants bouddhistes experts (comme Mathieu Ricard118) et il a publié une trentaine d’articles sur ce sujet119 dont un premier article dans PNAS en 2004120. Ce domaine de recherche des états modifiés de conscience121 est en pleine expansion et fait l’objet de nombreuses discussions et controverses. Il faudra du temps et de la persévérance pour que ces nouvelles recherches, qui sont basées sur les progrès des neurosciences et particulièrement de l’imagerie cérébrale la plus récente, puissent être publiées dans des ouvrages grand public, plus complets ou plus rigoureux que ceux disponibles à ce jour.? A.E. Fessard. Mechanisms Of Nervous Integration and Conscious Experience, in J.F. Delafresnaye Ed., Brain Mechanisms And Consciousness, Blackwell, Oxford, Masson, Paris, 200-236, 1954

92 A.E. Fessard. Mechanisms Of Nervous Integration and Conscious Experience, in J.F. Delafresnaye Ed., Brain Mechanisms And Consciousness, Blackwell, Oxford, Masson, Paris, 200-236, 1954
93 Kasamatsu A., Okuma T., Takenaka S., Koga E., Ikeda K. and Sugiyama H. The E.E.G. of Zen and Yoga practitioners. Electroenceph. Clin. Neurophysiol., 1958,10, 193.
94 Kasamatsu A. et Hirai T. An electroencephalographic study on the Zen meditation (Za-Zen). Folia Psych. Neurol., Japon, 1966, 20, 315-336
95 C.T. Tart. Altered states of consciousness. A book of readings, Wiley, New York, 1969
96 Timmons B. and Kamiya J. The psychology and physiology of meditation and related phenomenon : a bibliography. Journal Transpersonal Psychology, 1970,2, 1,41-59
97 Wallace R. K. The physiological effects of transcendental meditation, a proposed IVth major state of consciousness. Ph. D. Thesis, U.C.L.A., Los Angeles, 1970, 142 p.
98 R.K. Wallace. Physiological effects of transcendantal meditation, Science, 167, 1751-1754, 1970
99 Fischer R. A cartography of the ecstatic and meditative states. Science, 174 , 897-904, 1971
100 R.K. Wallace, H. Benson. The physiology of meditation, 226, 2, 84-91, 1972
101J.P. Banquet. Spectral analysis of the EEG in meditation, Electroenceph. Clin. Neurophysiol, 1973, 35:143-151
102H. Benson, M.Z. Klipper. The relaxation response, Avon Books, New York, 1975
103 Lazar SW et al. (12 auteurs dont Benson H.) Meditation expérience is associated with increased cortical thickness, Neuroreport. 2005 Nov 28;16(17):1893-7
104 Pierre Etévenon, Bernard Santerre. États de conscience sophrologie et yoga, Sand-Tchou, Paris, 2006
105 J.G. Henrotte, P. Etevenon, G. Verdeaux. Les états de conscience modifiés volontairement. 3, 29, 1100-1102, La Recherche, Paris, 1972
106 P. Etevenon, J.G. Henrotte, G. Verdeaux. Approche méthodologique des états de conscience modifiés volontairement. Rev. EEG Neurophysiol. clin., Paris, 3, 2, 232-237, 1973
107 Biographie 2017 de Pierre Etevenon [archive]
108 Revue 3e millénaire, n° 110 – La force des rêves [archive]
109 3e millénaire. Numéro 110, Hiver 2013. La force des rêves. Pierre Etevenon : « L’Ascenseur des rêves » : un nouveau modèle de compréhension des rêves, 60-67 et 91, M 04673
110 Robert Hopcke. Il n’y a pas de hasards. La place des coïncidences dans le roman de notre vie. Réponses/Robert Laffont.2000
111 ARTEMOC [archive]
112 Rapport no 26 PIRSTEC du 15 septembre 2009 [archive]
113 G. Lapassade. Les états modifiés de conscience, PUF, Paris, 1987
114 International Journal of Clinical and Experimental Hypnosis, 5 July 2015, Routledge, London
115 Grant J.A. & Rainville P. (2005) Hypnosis and meditation: similar experiential changes and shared brain mechanisms. Med Hypotheses, 65, 625-626
116 P. Etevenon — Meditation as a State of Consciousness: A Personal Account. Kognitive_Neurophysiologie_2010_3_1.pdf
117 Pierre Flor-Henry, Yakov Shapiro, Corine Sombrun. Brain changes during a shamanic trance: Altered modes of consciousness, hemispheric laterality, and systemic psychobiology. Cogent Psychology 4(1)· March 2017
118 Ricard M. L’art de la méditation, Nil-Éditions, Paris, 2008
119 Lutz A., Dunne J.D. & Davidson R.J. (2007), Meditation and the Neuroscience of Consciousness : An introduction, in The Cambridge Handbook of Consciousness, chap. 19, 497-549
120 Lutz A, Greischar LL, Rawlings NB, Ricard M, Davidson RJ. Long-term meditators self-induce high-amplitude gamma synchrony during mental practice. Proc Natl Acad Sci U S A. 2004 Nov 16;101(46):16369-73
121 Les états modifiés de conscience [archive].Pierre Etevenon. 3emillénaire, N°127, 14-23, printemps 2018

Cet article est tiré d’extraits de l’article cité plus haut de Wikipédia

Réagir
3

Ennéa Almeshin

Ennéa Almeshin est l'avatar féminin de Jean-Louis Tripon. Elle est Pei Jing, Première ministre de la RP de Chine dans le roman ATARAX. Elle prétend venir de la troisième planète invisible de l'étoile Aldébaran dans le Taurus, et que Jean-Louis Tripon est son avatar Frawen favori.

Cet article a 1 commentaire

  1. Jean-Louis Tripon

    ÉLECTROENCÉPHALOGRAPHIE
    J’ai publié cet article car je m’apprête à subir un examen en neurologie et dans le service d’imagerie médicale eeg et IRMf dans l’hôpital St Jean de Perpignan pour faire valider scientifiquement mon ataraxie fonctionnelle vraie permanente.
    L’ataraxie peut être considérée de deux façons :
    A. C’est un handicap, une défection, une pathologie du cerveau, car les affects émotionnels font partie des fonctions cognitives nécessaires au vivant.
    B. C’est un avantage, gage de félicité permanente et de santé aussi bien physique que mentale, car les émotions perturbent la concentration, le raisonnement et la prise de décisions, et le stress est cause de nombreuses maladies, dont les cancers.
    Il est facile de voir des traces émotionnelles en électroencéphalographie, ne serait-ce que si le technicien me dit : “vos ondes cérébrales sont … étranges ! je dirais … heu ! anormales”, ou le contraire. Pensez alors à ce que devrait être ma joie, ou ma déception, qui sont des émotions repérables par l’EEG ! S’il n’en est rien, c’est donc que je suis ataraxique.
    Sans présupposer du résultat, comprenez donc que si mes ondes cérébrales sont autres de ce qu’elles devraient être dans l’état ordinaire de veille, ou même totalement inconnues des neurologues, ces ondes plus les images cérébrales associées de l’IRMf, caractériseront d’une part l’état mental ataraxique permanent, inconnu, et même nié comme impossible, par la science.
    Et d’autre part, comme notre cerveau biologique est dans l’incapacité de réformer ses fonctions opératives fondamentales (comme le système émotionnel) déterminées par sa biologie, qui nécessiterait une mutation génétique, ce qui n’a pas été le cas puisque je l’ai opérée mentalement en 2015 et qu’auparavant, j’étais comme tout le monde un être émotionnel ayant souffert de maladies psychosomatiques en 1955 et en 1981, attestées par des remboursements de la CRAM, au delà de mes propres ressentis, mon ataraxie confirme, que la cause de cette transformation et que l’origine de nos émotions ne peut être cérébrale ni biologique et, qu’elle doit être cherchée ailleurs, dans notre substance mentale, non physique.
    Ces résultats seraient alors une preuve physique exceptionnelle mais suffisante, de nature à infirmer que le cerveau est le centre actif de toute connaissance et de toute émotion, donc les thèses neurobiocentristes ou de l’identité psychophysique et en particulier celles du neuropsychologue Antonio Damasio.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Identit%C3%A9_psychophysique
    Contacté : http://www.sgdl-auteurs.org/pierre-etevenon/index.php/pages/Biographie

    Réagir
    3

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier