Et si on apprenait à écouter ?

Et si on apprenait à écouter ?

J’ai parcouru une distance considérable en cheminant avec une femme. Elle ne faisait que parler d’elle. De ses problèmes et difficultés qui sont restés insolubles. De ses manquements et peines. Bref d’elle même. Je me suis dit que cette marche est certainement pour elle, l’occasion de se décharger. De vider sa poche à préoccupation. Je me suis donc adonné au culte de l’écoute et d’attention. Pour finir, elle me faisait comprendre que j’étais un bon ami et que c’était une joie pour elle, d’échanger avec moi. Ce qu’il ne faudrait pas oublier, c’est le côté silencieux que j’ai eu à observer. Mais pour elle, j’étais le meilleur des amis.

Pourquoi donc ce qualificatif venant d’elle? Pourquoi suis je, en un temps record, un meilleur ami? hihihi. Suffit il d’écouter pour être plu?

Nous n’avions pas connaissance des frustrés que nous avions déjà occasionnés par notre état d’ignorance. Nous ne sommes peut être pas conscients de ces personnes qui veulent se sentir aimés et appréciés mais qui manquent de privilège pour y arriver. L’écoute, l’écoute, encore une fois l’écoute. Elle est un art. Elle doit être artistiquement bien orchestré pour servir le bon son.

*Le regard, joue un rôle dans le processus d’écoute. L’homme regardant sa femme, déclenche en elle l’enzyme d’amour et d’attention. Le père regardant son fils avec attention lorsqu’il parle, déclenche en son sein une forte dose de confiance.
La fonction pathologique qui est l’une des fonctions du mental, et qui est responsable de nos émotions, ramène nos fâcheuses expériences du passé, les conduits ensuite à développer des états d’âme envers l’autre. A cet effet, si l’on ne peut donner que ce que l’on a, Celui qui manque d’écoute ne peut que donner l’inattention. Celui qui manque d’attention, ne peut que servir la distraction.

  • Le Sourire. Je souris lorsque le sous rire. Une expression qui me fait souvent rire…hihihi. Le sourd-muet rire. Mais la grande question serait de savoir ce qui le pousse à rire. Il rit de l’acte certainement mais pas de la parole. Ceci parce qu’il est un sourd. Vous n’écoutez l’autre lorsqu’il parle. Mais, efforcez-vous vous de sourire. Souriez ! Ceci donne et galvanise le sens de considération. Rien à voir avec l’hypocrisie. Même si ce qualificatif reste à être étudié objectivement.
  • Nous parlerons des interjections. À titre illustratif, nous pourrons avoir : Ah bon? Hin ! Sérieux ? Quoi? Hummmm? Des interjections interrogatives ou de surprises, permettent de donner une valeur expressive aux dires de l’autre. Banale que cela puisse paraître, elles permettent de montrer à l’autre que ses propos ne tombent dans les oreilles de sourd et qu’ils sont d’une valeur inestimable.

*Nous pouvons faire et user de toutes ses techniques tout en essayant d’apporter une dose considérable de conseils et de suggestions aux propos de l’autre. Cela prouve le sens de partage et d’accompagnement dont vous faites montre. Bon ami, vous ne pouvez être.

Il n’y a pas de bon ami, il y a que de meilleur auditeur. Si être un bon auditeur permet d’être privilégié et considéré comme bon ami, c’est justement parce que l’humanité manque au commun des vivants. Partageons la dose considérable d’écoute pour que nos partages ne soient courts. Car l’autre, à beaucoup à nous apprendre. Ceci faisant, nous comprendrons plus nos manquements jusque là.
Merci.

Réagir
4

Hémoros Camus M. KPOSSI

KPOSSI Hémoros Camus M. née le 11 Avril 1994 à porto-novo, est professeur de philosophie dans les lycée et collège du Benin,Vice-président de DMS-BENIN; Président de l'Association des élèves professeurs en philosophie (AssEPP) à l'ENS/Porto-Novo / BÉNIN, Président de FICODAS - BENIN ; Poète Slameur national.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier