Fleurs et huiles, le mariage parfait

Fleurs et huiles, le mariage parfait

Le printemps arrive et avec lui les premières fleurs avec lesquelles nous allons faire des mécérats solaire huileux. 
Pour commencer la pâquerette ou bélis, puis la violette et le pissenlit qui seront nos premiers macérats de l’année. 

Mais à quoi cela va-t-il nous servir ?

Le macérat solaire de pâquerettes ou bélis

Ce premier macérat est essentiellement destiné aux dames, nous allons obtenir une huile aux propriétés de tenseur de la peau et raffermissante. Elle sera utilisée pour le décolleté, les seins, la peau du cou et des bras. Le résultat est parfois surprenant d’efficacité.
Nous prendrons 100 à 150 grammes de fleurs (uniquement la fleur) pour un litre d’huile bio de préférence du tournesol qui est une huile très équilibrée.

Contrairement à ce que l’on peut lire ici ou là nous ne ferons pas sécher les fleurs mais n’utiliserons pas non plus des fleurs humides. Nous ne les sécherons pas pour éviter de perdre les éléments volatiles de l’huile essentielle que contient toute fleur.
Les fleurs une fois recouvertes d’huile, nous placerons le bocal étanche au soleil et à cette saison le mettrons à l’abris dans une pièce tempérée dès que la température chute de manière à éviter les chocs thermiques qui abîmeraient votre macérat.

Jean-Claude Thimoleon

Thérapeute depuis plus de 30 ans et président fondateur du Collège Francophone de Médecines Quantique et Alternative.

Cet article a 1 commentaire

  1. Jean-Louis Tripon

    Bonsoir. Voilà, c’est fait, en respectant ta présentation. Dans ce cas là, comme l’image a été rajoutée au sein du texte et non mise en avant, son icône n’apparaît pas dans les articles récents.
    Pour continuer et rajouter du contenu, cliquer simplement sur modifier l’article.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier