France : Feu vert pour le soldat augmenté

France : Feu vert pour le soldat augmenté

Un comité d’éthique du ministère de la défense a rendu un rapport qui autorise les forces armées françaises à lancer des recherches sur le thème du soldat augmenté. Créé à la demande de la ministre des Armées à la fin de l’année 2019, le Comité d’éthique de la défense est chargé d’apporter des éclairages sur les questions éthiques soulevées par les innovations scientifiques, techniques et leurs éventuelles applications militaires.

Le rapport examine les traitements médicaux, les prothèses et les implants corporels qui améliorent les capacités physiques, cognitives, perceptives et psychologiques, et pourraient permettre le suivi de la géolocalisation ou la connectivité à un système d’armes où à d’autres soldats. Où encore qui permettent d’améliorer les capacités cérébrales par stimulation cérébrale profonde.

Parmi les autres interventions possibles envisagées par le comité d’éthique figurent des traitements médicaux visant à prévenir ou à diminuer la douleur, le stress et la fatigue, ainsi que des substances qui amélioreraient la résistance mentale si un soldat était fait prisonnier.

Le comité a déclaré que la France doit maintenir “la supériorité opérationnelle de ses forces armées dans un contexte stratégique difficile” tout en respectant les règles régissant le droit militaire, le droit humanitaire et les “valeurs fondamentales de notre société”.

En conséquence, on a interdit toute modification dont on estime qu’elle est de nature à diminuer la maîtrise de l’emploi de la force, ou à provoquer une perte d’humanité ou encore qu’elle serait contraire au principe de respect de la dignité de la personne humaine. D’autres exemples de modifications interdites sont les implants cognitifs qui porteraient atteinte au libre arbitre d’un soldat, ou les changements qui affecteraient sa réintégration dans la vie civile.

La ministre des Armées, Florence Parly, a déclaré que les augmentations “invasives” telles que les implants ne font actuellement pas partie des plans militaires.

« Mais il nous faut être lucide, tout le monde n’a pas nos scrupules et c’est un futur auquel il nous faut nous préparer », a déclaré la ministre dans un communiqué de presse. « C’est un avis qui n’est pas gravé dans le marbre et qui sera régulièrement reconsidéré à l’aune des prochaines évolutions. »

Lire la suite

Réagir
2

Jaesa De Lyncis

Fondatrice du blog Intelligence Artificielle et Transhumanisme

Cet article a 2 commentaires

  1. Emile Thyeff

    “En conséquence, on a interdit toute modification dont on estime qu’elle est de nature à diminuer la maîtrise de l’emploi de la force, ou à provoquer une perte d’humanité ou encore qu’elle serait contraire au principe de respect de la dignité de la personne humaine. D’autres exemples de modifications interdites sont les implants cognitifs qui porteraient atteinte au libre arbitre d’un soldat, ou les changements qui affecteraient sa réintégration dans la vie civile.”

    Ouf ! on est rassuré, notre armée va rester éthique, même augmentée.

    Vivement que l’on fasse le CRS ou le poulet de la BAC augmenté. Les éborgnés Gilets jaunes seront ravis de l’apprendre !! hihi !

    oh brave new world keskonsmar !!

    Réagir
    1
    1. Jean-Louis Tripon

      Hé hé hé ! hé hé, Emile ! Ben oui, le mensonge novlangue de la langue de bois est toujours de rigueur ! N’oublions pas que nos soldats et nous-mêmes sommes des administrés, et non pas des citoyens ou des êtres vivants singuliers ! Qui a parlé des droits universels des veaux à parquer ? C’étaient les droits de l’homme ? Ah, bon !… War is peace, ignorance is strenght and freedom is slavery ! Rien de changé à l’Est d’Eden for mices and men !

      Réagir
      1

Laisser un commentaire