Ingénieur mentaliste

Ingénieur mentaliste

5. QU’EST-CE QUE L’ATARAXIE ? www.sefome-academie.fr
L’ataraxie se définit comme l’absence de trouble, de passion et d’émotions, en particulier des principales qui sont la joie, la peur et la colère, l’amour et la haine, l’absence de tout stress. C’est un état permanent à distinguer de la sérénité qui n’est qu’un état émotionnel parmi d’autres.
Il faut savoir que si les émotions sont émises par la fonction pathologique 3, elles sont initialement déclenchées automatiquement par la fonction analytique 2 qui en détermine le type et la puissance, dans le cadre d’un système de contrôle de la liberté sans limite de la direction volontaire 7d.
L’ataraxie a été l’idéal de l’école épicurienne et devait faire l’objet d’une discipline de tous les instants, mais ce type d’ataraxie est très fragile et n’est pas la véritable ataraxie structurelle qui correspond à un niveau très élevé d’évolution ou de raffinement mental.
L’ataraxie ne peut être recherchée, elle se déclenche quand, par suite de restructurations successives, l’équilibre fonctionnel mental interne ne nécessite plus de système émotionnel de contrôle. Ce qui épargne une quantité importante d’énergie, mobilisée antérieurement par la pathologique, qui peut alors être investie dans de multiple activités créatrices.
Ceci suppose la mise en place d’un système de maîtrise mentale consciente de toutes les interactions fonctionnelles et une profonde restructuration de la fonction analytique qui en assure la coordination. Cela n’a donc rien à voir avec une quelconque discipline.

16. BLOCAGES
Notre entité mentale non physique fonctionne grâce à un ensemble de mécanismes complexes exercé par nos fonctions mentales. Cet ensemble peut se bloquer, fonctionner en sous régime ou d’une façon inefficace entraînant des désordres, des confusions et des souffrance. Ou, au contraire, d’une façon idéale, ataraxique. Ces blocages résultent principalement d’erreurs et de fautes de notre volition 7 en particulier dans la validation de convictions et de représentations erronées et l’emploi de procédures inappropriée pour la direction de notre vie mentale. Quelles en sont les principales ?
1) L’identification de notre entité non physique à ce qu’elle n’est pas : un corps biologique, un cerveau, une personne sociale, une citoyenneté légale. On ne dirige pas son être mental avec des idées politiques ni avec son corps.
2) Des représentations, des idées et des théories fausses, qui pullulent en philosophie et dans les sciences humaines en particulier en psychanalyse et en sociologie. Les cadres conceptuels erronés ne servent à rien, sinon à nous entraîner dans des directions vides.
3) La soumission de notre volition à un prophète, un dieu, un gourou, un chef, des anges, un texte sacré, un système politique, social, ou économique. Notre entité mentale est hors, ailleurs de tout cela. Elle doit donc se débarrasser de toute aliénation.
4) La confusion sémantique. Le concept de (mot) étant sans doute le pire de toute la panoplie pour notre santé mentale. Il entraîne une grave incohérence dans tout notre système sémantique (voir l’article 7)
5) La pensée conceptuelle est sans effet pour diriger nos fonctions mentales, elles ne réagissent qu’à des percepts, les leurs. Les signes et le langage sont vides de sens pour elles.
Vous allez me dire que tout cela est bien trop péremptoire pour être pris au sérieux. Je dis ce que je sais ou crois savoir, sinon je me tais. Je n’ai pas de temps à perdre à débattre du sexe des anges.

17. INGÉNIEUR MENTALISTE
Un ingénieur mentaliste est un être singulier qui maîtrise sa vie mentale, donc les fonctions de son entité mentale non physique grâce à un ensemble de techniques et de gestes mentaux. Son niveau dépend des techniques et des gestes qu’il maîtrise tout comme n’importe quel ingénieur en sciences appliquées. Cependant il n’existe pas d’INSA Mentaliste apte à délivrer ce diplôme et il n’en existera probablement jamais, car aucun professeur de mentalisme ne sera jamais capable de pénétrer dans l’anespace mental de l’élève ingénieur pour vérifier l’état de ses structures et ce qu’il sait faire. Tout au plus pourrait-il constater indirectement et de visu dans l’espace extérieur du monde un très bon niveau général d’aptitude aux sciences humaines, une cohérence logique, une lucidité sémantique, une excellence linguistique et une santé mentale à toute épreuve. Quant à l’ataraxie fonctionnelle, elle ne peut être atteinte qu’au niveau de l’expert mentaliste.
Comme en informatique, notre mental fonctionne avec des liens. A la grosse différence qu’ici ces liens sont constitués de sens et pas de signes. Si vous avez acquis des techniques mentales, vous disposez des liens sémantiques infralingues qui permettent d’y accéder dans votre mémoire afin de les exercer. Sinon il faut acquérir ces techniques. Ce qui caractérise un bon ingénieur mentaliste c’est qu’il dispose d’une base technique qui lui permet d’acquérir les techniques mentales dont il a besoin pour faire ce qu’il désire faire, quoi qu’il désire faire, même si certaines capacités moins ordinaires que d’autres demandent des études appropriées qui exigent du temps. Dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres il y a des choses faciles et d’autres qui le sont moins.

20. COURBE DE GAUSS DU RAFFINEMENT MENTAL
La courbe de gauss est un outil de travail très utilisé en sociologie. A partir de questionnaires tels que ceux permettant d’évaluer le Q.I. elle permet de donner une image d’un groupe de personnes. Plus le groupe est important, plus la courbe de gauss est vérifiée, c’est un outil statistique mesurant la répartition des erreurs qui peut s’appliquer aux comportements humains. Au centre les comportements les plus fréquents, ils se situent dans la moyenne. A gauche des comportements de plus en plus inadaptés et à droite de plus en plus performants. Cette courbe mesure également l’altérité relative des hommes, selon le point du graphe où vous vous situez.
Ce que nous enseigne cette courbe c’est qu’il n’y a pas de normalité comportementale, mais des comportements variés, et que les plus fréquents ne sont pas les meilleurs ni les pires. Que ce qui convient à Pierre ne convient pas à Paul et que l’on ne peut pas juger Pierre en fonction de Paul, car les hommes n’ont pas de moule commun. Ce que cette courbe de Gauss nous enseigne aussi c’est que la proposition : “Ils sont doués de raison et de conscience” de la Déclaration universelle des droits de l’homme n’a qu’une valeur légale, tout à fait justifié puisqu’elle soutient que les hommes sont égaux en dignité. Mais qu’en réalité il en est autrement et il faut en tenir compte ne serait-ce que pour aider les autres.

Réagir
1

Jean-Louis Tripon

Ingénieur géomètre INSA Strasbourg, Chercheur théoricien en sciences mentales, Créateur de la méthode DMS, Président fondateur de l'AFDMS. Directeur du social networking service Sic Itur

Laisser un commentaire