Initiation à l’auto-hypnose

Initiation à l’auto-hypnose

Évacuez les émotions négatives et améliorez votre bien-être

INTRODUCTION

L’hypnose se donne pour vocation de mieux comprendre le fonctionnement de notre esprit. Celui-ci nous échappe : il est difficile d’avoir une action sur ses processus. Aussi, l’un des buts de l’hypnose est de comprendre nos mécanismes mentaux et d’agir sur nos activités inconscientes.

A partir de leur origine inconsciente, nous sommes régulièrement submergés par nos émotions, impossibles à canaliser ou maîtriser. Au moment de s’endormir, par exemple, il n’est pas toujours aisé de se couper de ses pensées. L’hypnose joue un rôle intermédiaire entre nos comportements conscients (notre pensée consciente) et nos processus inconscients. Grâce à l’auto-hypnose, nous allons essayer d’agir sur nos activités inconscientes pour transformer nos réactions comportementales selon nos désirs. Les études des neurosciences ont montré que notre esprit possède trois modalités ou parties :

1. La partie rationnelle (celle de la pensée et de la logique)

2. La partie émotionnelle (inconsciente)

3. La partie instinctive (nos réflexes et conditionnements)

Souvent, la partie rationnelle prend le dessus sur les autres : nous nous situons dans le domaine de la pensée et avons des difficultés à contrôler nos deux autres parties. L’hypnose consiste donc simplement à gagner plus de contrôle sur nous-mêmes. Les exercices proposés par l’auto hypnose forment ainsi un mode d’emploi de notre mental.

I. DÉCOUVRIR L’ÉTAT D’AUTO-HYPNOSE

1. Introduction à l’état d’auto-hypnose

L’hypnose est un état modifié de conscience, auquel on accède naturellement dans nos moments de rêveries. Il est possible de provoquer ces moments et de se guider à travers différents exercices. Cette approche est ludique et progressive et s’effectue en toute sécurité. Il n’y a pas de contre-indications à la pratique de l’auto-hypnose. L’hypnose est une pratique proche de la méditation.  En fait, c’est une induction d’états mentaux résolutoires que d’autres ont pu découvrir par d’autres moyens en méditation profonde ou en rêve lucide. Par ailleurs on ne peut pas forcer une personne à entrer dans cet état mais on peut la guider (par l’hypnose) ou lui apprendre à le faire (par l’auto-hypnose). Enfin, il faut prendre conscience que l’hypnose n’a pas pour but de nous endormir mais, au contraire, de nous réveiller à nous-mêmes.

2. Expérimenter un premier état d’auto-hypnose

Notre esprit fonctionne en grande partie de manière automatique. Les rêveries, par exemple, nous amènent à la frontière de ce que nous appelons l’état hypnotique. Nous allons apprendre à entrer volontairement dans cet état, à l’amplifier quelque peu et à le maîtriser. Nous savons que c’est pendant le sommeil que notre esprit inscrit les informations de la journée dans notre mémoire inconsciente. Par l’hypnose, nous allons pouvoir transmettre directement à notre mental des informations choisies.

3. Se guider en auto-hypnose

Notre esprit réagit principalement à l’émotion. Paradoxalement, notre partie rationnelle ne suscite que peu d’émotions. Puisque nos activités mentales inconscientes sont grandement influencées par les sensations fortes, il nous faut trouver un langage adapté pour leur transmettre des informations bénéfiques et opportunes. Il est ainsi important d’éviter d’employer la négation, en particulier quand il s’agit d’utiliser des messages simples et courts.

4. Apprendre à jouer avec cet état d’autohypnose

Quand vous serez à l’aise avec l’état hypnotique, vous pourrez le retravailler en augmentant la précision du ressenti. Pour cela, guidez votre attention sur une partie du corps où vous pouvez vous permettre le maximum de laisser aller. Chacun d’entre nous a une dominante sensorielle : plutôt visuelle, auditive ou kinesthésique. Vous pourrez déplacer votre attention pour passer de l’une à l’autre de ces sensations afin de rentrer dans une introspection profonde.

II. LA GESTION DES ÉMOTIONS

Alors que nos sens se chargent de capter l’information, notre esprit la traite, mais d’une manière distordue. Ainsi, notre esprit nous donne l’impression d’une réalité continue, alors que la réalité n’est pas telle que nous le transmettent nos sens. Pour illustrer cela, prenons notre champ de vision, qui est percé de deux trous à chacune de ses extrémités. Ces « angles morts » sont perçus par les yeux puis corrigés par le cerveau afin de nous présenter une réalité continue. Un des exercice de l’auto-hypnose consiste à se focaliser sur nos émotions. En effet, nous savons que l’émotion est une interprétation d’une partie de la réalité perçue par notre esprit, et qu’en modulant notre façon de penser, nous pouvons modifier nos émotions. C’est ce qu’on appelle l’intelligence émotionnelle.

III. LA GESTION DU STRESS

Le stress est, à l’origine, une réaction d’adaptation dans un contexte de survie. Cependant, notre esprit n’est pas adapté à la vie moderne que notre société lui propose, qui génère beaucoup de stress. Et malheureusement, il arrive souvent quand l’on se force à se détendre pour lutter contre le stress, que cela ne fait que l’amplifier. L’objectif est donc de contrôler son stress par étapes : Pensez d’abord à des situations dans lesquelles vous avez besoin de contrôler votre stress. Soyez à l’écoute de votre réaction. Ressentez si quelque chose se serre dans votre for intérieur. C’est la première étape de l’exercice de reprogrammation émotionnelle.

IV. LA CONCENTRATION

Pour se concentrer et effectuer des connexions, notre esprit a besoin d’une direction à suivre. Si l’on souhaite un changement en nous, il est nécessaire de focaliser nos pouvoirs opératifs à l’endroit où l’on veut aller. Pour ce faire, nous devons nous demander:

? Quel est mon objectif précis ? Qu’est-ce qui va changer, chez moi, quand j’aurai atteint mon objectif ?

? Pourquoi je veux ce changement ?

? Y a-t-il un danger à atteindre cet objectif ?

? Comment est-ce que je me projette dans l’avenir ?

Plus vous touchez quelque chose d’important, plus vous allez générer d’émotions et plus votre fonction mentale analytique va réagir.

V. LA MÉMOIRE

1. Savoir évacuer les émotions et le stress

La mémoire stocke, tout au long de la journée, des informations et des émotions. Si l’on a vécu une situation difficile dans la journée, l’émotion générée reste en nous. Ainsi, on peut avoir du mal à évacuer cette émotion. Cela forme des pensées parasites qui nous empêchent de dormir convenablement. L’exercice du nettoyage intérieur à la fonction d’évacuer ce trop-plein émotionnel.

2. Notre dialogue intérieur

Notre voix intérieure est une hallucination, c’est une des manières qu’a notre esprit de s’exprimer, il en existe d’autres. Parfois, ce dialogue intérieur nous pose problème. Les insomniaques en souffrent, car ils valorisent trop leur pensée et n’arrivent pas à lâcher prise. Il est intéressant de se poser ces questions :

? Comment est votre dialogue intérieur et à quel endroit se situe-t-il ?

? Pensez-vous avec votre voix habituelle et normale, ou avec une voix différente ?

? Que se passe-t-il, si vous pensez avec une autre voix ou une intonation différente ?

On peut, techniquement, penser avec la voix que l’on souhaite. Essayez, par exemple, de prendre une voix rassurante, qui vous met en confiance.En maîtrisant les techniques de l’auto-hypnose, on peut ainsi s’endormir en quelques minutes et dans n’importe quelle situation.

VI. AMÉLIORER UN COMPORTEMENT

Pour changer un de vos comportements, formulez une demande à vos fonctions mentales inconscientes. Souvent, les changements se font naturellement, mais notre esprit se focalise sur les changements difficiles à effectuer. Il s’agit de recréer du mouvement là où une problématique s’est figé. Les comportements sont ancrés dans notre mémoire inconsciente par l’habitude et la répétition. On peut modifier un comportement en le défigeant. Pour ancrer les changements voulus dans notre mémoire, il nous faudra associer un mouvement à ce nouveau comportement pour le « valider ».

VII. LES RÉSISTANCES AU CHANGEMENT

1. Les peurs

Nos peurs forment des limites par rapport aux changements que nous souhaitons instaurer. Cela nous décourage. Il nous est alors utile de « chercher un désir derrière une peur » pour affronter nos peurs limitantes :

D’ abord, ressentez votre résistante, puis transformez-la en image.

Ensuite, imaginez que vous dépassez cette image.

Pour finir, laissez une autre image prendre sa place

2. Les croyances

Les croyances regroupent les idées toutes faites que l’on prend pour des certitudes qui deviennent limitantes. Celles-ci proviennent de notre histoire personnelle et de notre éducation. Une des croyances les plus limitantes est de penser que notre identité est fixe et que le passé détermine le présent. Pourtant, les études sur le mental révèlent que c’est le présent qui guide notre vision du passé, et non l’inverse. Finalement, comment repérer ces croyances ? Pour ce faire, il est utile d’écouter et d’identifier celles des autres. Il faut aussi se demander : « Quelles pensées semblent me figer ? Ai-je un blocage ancré, qui m’empêche de changer ? »

CONCLUSION

Vous serez en mesure d’entrer en état d’hypnose pour modifier vos comportements et dépasser vos résistances.Vous réaliserez, progressivement, que nous ne sommes pas figés mais constamment en mouvement, malgré une apparente stabilité. Notre personnalité dispose de différents masques que l’on peut mettre et retirer quand on le souhaite, elle est loin d’être immobile.

Imaginez un instant : enfant, on vous aurait enseigné que vous pouvez être ce que vous désirez. En CP, vous auriez eu un cours sur le mental où vous auriez appris, par exemple, comment nous mémorisons. Cela vous aurait rendu à l’aise avec l’apprentissage en particulier, et avec le fonctionnement de votre mental en général. C’est ce que nous faisons avec l’enseignement du DMS destiné à des classes expérimentales du primaire. Cependant, cet apprentissage ne va pas de soi, et demande à être entraîné progressivement. Réalisez des exercices, apprenez à comprendre votre fonctionnement interne pour dépasser tout ce qui vous limite.

L’hypnose est un ensemble de techniques d’induction d’états modifiés de conscience qui ne sont pas distincts de ceux que nous pouvons provoquer en méditation profonde, en technique intuitive sensible de résolution de problème, ou en rêve lucide, avec les mêmes objectifs de modifier vos comportements, de résoudre des problèmes psychiques, et de vous créer de nouvelles facultés mentales dont nos structures mentales profondes possèdent le potentiel.

Réagir
4

sandra thoquer

Hypnothérapeute

Cet article a 10 commentaires

  1. Jean-Louis Tripon

    J’ai ajouté à ton article après avoir ajouté au même dans Wikiversité.
    Si je ne suis pas sujet à l’hypnose, c’est que je suis en permanence dans un état mental distinct de l’état de veille ordinaire en présence de nos fonctions mentales, que les praticiens de l’hypnose qualifieraient d’hypnose. Dans cet état de surconscience harmonique, je suis imperméable à la suggestion comme aux tentatives confusionnelles d’induction hypnotique de Milton, mais je peux accomplir les mêmes choses que d’autres en hypnose, en veille, en méditation ou en rêve lucide, et en perceptuel mental sensible plutôt qu’en verbal.
    Ce qui est nouveau, c’est l’induction, c’est à dire de permettre à des personnes qui n’ont jamais appris à travailler sur eux-même dans ces états mentaux, de le faire sous la direction d’un hypnotiseur. Sinon, ce que tu décris à été pratiqué depuis fort longtemps pas les yogis, les mystiques, les mentalistes et les grands méditants.
    Sandra, quand tu maîtriseras le modèle de l’esprit humain et les concepts du DMS, tu disposeras d’un outil plus performant que le système défaillant que l’hypnose a hérité de la psychanalyse (le conscient, l’inconscient, etc.), qui ne permet pas de vraiment comprendre ce qui se passe dans ces états mentaux, et qui devrait permettre d’étendre les applications de l’hypnose.

    Réagir
    2
  2. Jean-Louis Tripon

    je te remercie vivement, Sandra, de m’avoir fait comprendre, ce qu’était l’hypnose, et ainsi de me permettre d’en parler.
    J’ai dû corriger un peu ton texte pour le rendre plus lisible, pour supprimer le langage creux du freudisme et aussi pour gommer des référence à une formation qui faisait l’objet d’un cours que tu as dû suivre.
    Il n’y a pas d’état mental spécifique d’hypnose, mais des inductions hypnotiques (qui provoquent le sommeil) dont la pratique est relativement récente, qui mènent à une grande variété d’états mentaux dits de conscience modifiée, exploitables pour le traitement de troubles physiques et psychiques ainsi que dans une démarche évolutionnaire de dépassement de soi.

    Réagir
    2

Laisser un commentaire