Intrigues à la Reggia di Monza

Intrigues à la Reggia di Monza

J’étais inquiète. Je ne comprenais pas ce qu’il m’arrivait, ni pourquoi. Et elle, qui était-elle ? Et quelle était la raison de cet effroi que j’avais lu sur son visage ?

Cette visite au Domaine Royal de Monza était décidément bien troublante… : Je ne cessais de voir une image d’un temps passé, dans laquelle une jeune fille de belle apparence, joliment coiffée, et vêtue d’une longue robe rose clair sertie de dentelles sophistiquée courait dans un couloir. L’ayant premièrement crue réelle, j’avais tenté de la suivre, mais elle n’avait pas tardé à me porter un regard inquiet avant de se volatiliser sous mes yeux.

Plus tard, tandis que je circulais dans l’immense parc entourant cette ancienne résidence royale, elle se montra de nouveau. La voyant me porter ce même regard anxieux, puis commencer à s’en aller, voire fuir, je décidais de ne pas la laisser filer. Cette fois, j’allais tenter de la faire parler, afin de comprendre un peu ce qu’il se passe.

Sauf qu’ensuite, elle me revenait à l’esprit. Et ce, tant que je me trouvais au sein de ce Domaine.

« Ces lettres…, j’ai dû les dissimuler afin que l’on ne les trouve pas.

-Quelles lettres ? » Parvins-je à lui répondre.

Pour seule réponse, elle me fixa un instant avant de se dérober à ma vue, déclarant seulement qu’une sombre histoire s’était déroulée entre ces murs.

Une fois partie, je crus que je ne parviendrai plus à me déplacer, tant je me sentais inquiète. Soudain, j’avais peur de ce lieu et désirais en sortir au plus vite. Je le fis donc sans attendre.

Mais en chemin, quelqu’un (ou plutôt quelque chose) m’en empêchait en me faisant perdre plusieurs fois l’équilibre.

Un moment, cet “élément” me maintint même au sol, réduisant à néant mes chances de m’échapper. Malheureusement, je me trouvais dans une pièce où il n’y avait que très peu de personnes qui y venaient.

Si, au début, je tentais de m’en sortir par moi-même, je finis par appeler à l’aide lorsque je sentis une main me serrer la gorge. Tant que je le pus, je criais, luttais pour respirer.

Ensuite, les lumières grésillèrent, et un bruit étrange se fit entendre. Ajouté à cet assaut contre moi, cela ne m’effraya qu’encore davantage.

Puis, quelque chose parut s’emparer de moi, avant de me provoquer diverses douleurs. Assaillie par celles-ci, je me repliais, le souffle à présent court, et commençant à perdre mes forces restantes.

« Quoi que tu sois, tu n’as pas bientôt fini ?! » S’exclama sévèrement une voix féminine, à ce moment-là, tandis que j’étais portée ailleurs.

Je la suivis à travers une partie de ces jardins, puis en entrant dans le Domaine par une porte dérobée. Lorsqu’elle vit que je l’avais suivie, elle cria, avant de commencer à se dissiper. Mais je parvins à l’en empêcher en lui assurant que je ne lui voulais rien de mal.

Je n’eus ensuite que le temps de voir une puissante lumière englober toute la pièce, et moi avec.

Lorsqu’elle se dissipa, je me trouvais dans une toute autre salle. Une salle non accessible au public, m’apprit-on ensuite.

« Qu’était-ce, ce qui me maintenait au sol… ? Demandais-je d’une intonation inquiète, et encore sous le coup de cet étrange incident.

-Je m’interroge également. C’est la première fois que cela survient.

Lorsque je suis arrivée là où vous vous trouviez, j’ai senti qu’il se passait quelque chose d’anormal. »

A ces paroles, j’eus un frisson. Ainsi c’était bien vrai… Je n’avais pas rêvé…

Cette personne… : Son regard empli d’inquiétude ne me quittait pas l’esprit. Aussi, je tentais de lui raconter ce qu’il s’était déroulé, notamment pour savoir si le Domaine de Monza avait vécu une tragédie entre ses murs.

« Pas à ma connaissance. » Me répondit-elle, prenant une mine pensive.

Cette réponse ne fit que m’inquiéter davantage. Je me mis ensuite à regarder un peu nerveusement autour de moi, craignant une nouvelle manifestation de cet élément.

« Le mieux serait peut-être de vous éloigner d’ici.

Venez, je vous accompagne par un chemin dérobé.

Tout en échangeant un peu, elle m’avait amenée à cette sortie dérobée. Là, elle me recommanda de retourner chez moi, ce que je fis, après l’avoir remerciée. Durant tout mon trajet, je restais troublée, craignant que cela ne se reproduise. Heureusement, ce ne fut pas le cas mais, lorsque je refermais la porte de chez moi, je me sentis soulagée.

-C’est normal : Vous voyant au sol, comme aux prises avec je ne sais quoi, je ne pouvais rester sans rien faire. »

-Je vous remercie. Pour cela, et pour votre intervention.

Tout en échangeant un peu, elle m’avait amenée à cette sortie dérobée. Là, elle me recommanda de retourner chez moi, ce que je fis, après l’avoir remerciée. Durant tout mon trajet, je restais troublée, craignant que cela ne se reproduise. Heureusement, ce ne fut pas le cas mais, lorsque je refermais la porte de chez moi, je me sentis soulagée.

A suivre…

Réagir
4

Vitae

Johanna, 26 ans, études dans le domaine du tourisme et le patrimoine culturel. J'aime aussi écrire...

Cet article a 1 commentaire

  1. Jean-Louis Tripon

    Bonjour Vitae ! Cela n’a donc pas été trop difficile de publier votre premier article ! J’ai ajouté l’image de couverture de votre groupe “L’écriture une passion” en fin de texte, et mis en catégorie littérature. C’est cette image qui apparaîtra comme image dans Facebook, si vous copiez collez le lien pour un partage. Tout est modifiable par (/Modifier L’article)
    Il faudrait peut-être présenter cette oeuvre et son auteur(e) et ajouter des liens vers un site où elle peut être disponible.

    Réagir
    1

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier