La fonction conscience

La fonction conscience

La fonction Conscience
https://www.youtube.com/watch?v=n26Vk5XFIIY

La fonction conscience

Ce terme de “conscience” est très polysémique impliquant une multitude de confusions entre perception et éthique, intention et jugement, intuition et imagination, soi et âme, etc. On y trouve tout et n’importe quoi, ce qui crée un amalgame ontologique flou de toutes les capacités mentales de l’être, donc en définitive une représentation conceptuelle non seulement fausse mais confusionnelle dès que l’on aborde ce sujet. Enfin, les neurosciences ne nous parlent pas de la conscience des choses mais des choses conscientes, en ignorant sa véritable propriété.
La conscience est un contenant révélateur de sens, présent dans nos trois grands métacontextes mentaux, de veille, de rêve et l’intermédiaire propre au rêve lucide dirigé. Le flux de sens qu’elle révèle glisse rapidement dans notre mémoire. Elle se réfléchit, c’est-à-dire devient consciente d’elle-même, par un bref geste mental de notre concentration. Une concentration plus appuyée la charge d’énergie mentale. Elle n’est clairement pas le siège du moi comme certains le prétendent.
La conscience est une fonction révélatrice des activités de nos fonctions mentales, mais pas de toutes leurs activités, car elle est protégée par des filtres, ce qui lui évite une surcharge de contenu qui lui empêcherait de remplir son rôle en la submergeant des milliards d’informations présentes à chaque instant dans notre mental. Son rôle consiste à partager les informations utiles pour un bon fonctionnement de toutes nos fonctions mentales. Elle est seule à remplir cette tâche pour éviter les incohérences, conflits et confusions de plusieurs opérateurs de révélation.
Il nous faut insister sur le fait que si notre conscience nous révèle un contenu, elle n’est pas la source du contenu qu’elle révèle, sauf dans le cas où elle se révèle à elle-même. Elle n’est qu’un contenant, et cette source de contenus est la production de la synergie de nos fonctions mentales. Nous ne pouvons pas expliquer ce quelle est à l’aide du langage, il nous faut pour cela éprouver le ressenti de son quale. La conscience est une fonction mentale, elle possède un pouvoir opératif et celui-ci est de révéler, et nulle autre chose.
Nous remarquons deux choses essentielles : Tout d’abord, si notre conscience révèle des activités mentales, réciproquement nos activités mentales ne peuvent être révélées que par cette fonction car leurs activités ne sont pas conscientes par elles-même, et qu’en conséquence en son absence, il n’y a rien, même pas l’ombre ni l’odeur du vide ou du néant. Ensuite, que c’est une fonction et non une entité, et qu’il n’existe pas d’entité “le conscient” et encore moins “d’inconscient”, comme le prétendent certaines théories hasardeuses non avérées, pour la simple raison qu’il y aurait alors deux entités engagées dans une guerre à mort pour la gouvernance de notre être. Ceci est vrai pour toutes nos fonctions mentales dont les activités ne s’empiètent pas et ne peuvent donc pas rentrer en conflit.

Réagir
3

Jean-Louis Tripon

Ingénieur géomètre INSA Strasbourg, Chercheur théoricien en sciences mentales, Créateur de la méthode DMS, Président fondateur de l'AFDMS. Directeur du social networking service Sic Itur

Cet article a 2 commentaires

  1. Mhamed Aid

    le flux des sens, le contenu, le filtre, la mémoire, le quale. toutes ces données agissent en interactivité pour assurer ce qu’est la conscience, sauf pour ce qui est de : notre conscience nous révèle un contenu mais elle n’est pas la source du contenu quelle révèle, sauf dans le cas ou elle se révèle à elle-même. Est-ce la conscience de la conscience ? et merçi à l’avance Jean Louis Tripon.

    Réagir
    2
    1. Jean-Louis Tripon

      En général, nous sommes absorbés dans une action, donc par le contenu de notre conscience et non par son émergence révélatrice, le pouvoir opératif de révélation de notre conscience. Il nous faut exercer notre concentration sur ce même pouvoir pour en ressentir la propriété opérative, dans une expérience mentale que nous appelons : la conscience d’être conscient.

      Réagir
      1

Laisser un commentaire