La République, ses codes, ses valeurs, ses homards et ceux qui en profitent

La République, ses codes, ses valeurs, ses homards et ceux qui en profitent

La France, bien qu’elle soit considérée comme une république, tire cependant tous ses codes protocolaires de la monarchie, pourtant honnie et souvent conspuée dans ses manuels d’histoire, et n’hésite pas un seul instant à en user et à en abuser.

Chaque événement qui ponctue la vie de nos institutions est soumis à ces codes très précis, fêtes nationales, commémorations, inaugurations officielles, remises de décorations, réceptions d’hôtes étrangers, nominations, logements ou destitutions de ministres ou de hauts personnages de l’État … La liste est longue, très longue et très extensible.

À ces quadrilles officiels soigneusement cadencés se greffe bien sûr le protocole de la haute gastronomie qui fut et reste l’apanage de ce pays et contribue encore et toujours à sa réputation.

Ainsi donc, il est communément admis que la république monarchique française ne lésine pas à la dépense quand il s’agit des frais de bouche de ses représentants et de leurs invités.

Certains bien qu’en profitant allègrement puisqu’il en va de leurs fonctions d’en profiter, restent néanmoins discrets. D’autres le sont beaucoup moins et ont la prodigalité très ostentatoire.

Là où le bât blesse c’est qu’ils sont souvent les premiers à donner des leçons de frugalité et d’austérité aux citoyens lambda dont ils ont la charge ainsi qu’à édicter des lois sévères assorties de lourdes sanctions afin que leurs leçons soient bien comprises et scrupuleusement appliquées.


Si le simple quidam est certes influençable et pétri d’une forme de respect servile vis à vis de la classe qui le régente, il n’en possède pas moins une certaine notion de la justice la plus élémentaire, que les anciens monarques, même au sommet de leur despotisme respectaient peu ou prou.
Quand on demande au peuple des sacrifices plus qu’il n’est nécessaire, il est un devoir d’être irréprochable, du moins en façade. Pour ce qui se passe dans les arrière-cours, il suffira d’exercer un contrôle total sur les indiscrétions qui pourraient filtrer.


On n’empêchera pas l’hypocrisie et la fourberie, surtout chez les castes aisées dominantes, mais on peut toujours s’arranger pour que la populace, même si elle s’en doute, ne la voit pas étalée avec morgue et mépris devant ses yeux. C’est ce que la bourgeoisie arriviste française qui éjecta la classe aristocratique, reprenant se codes pour l’illusion de l’apparat, mais non pas le discernement pour les conséquences de cette dernière, n’a jamais bien compris, et qu’elle n’est pas prête de comprendre.


Pour le plus grand bonheur des fabricants d’armes et de cartouches diverses destinées à l’arsenal des forces du maintien de l’ordre dans ce royaume, rétorqueront certains esprits retors et ironiques.

Les bourgeois arrivistes et très dispendieux qui pérorent à qui mieux mieux sur les vertus de l’intransigeance appliquée à la plèbe, auraient ils donc des intérêts dans cette industrie de la balle en plastique dur et de la grenade explosive ?
Ce monde capitaliste bourgeois possède des arcanes décidément bien mystérieuses…

Réagir
2

Cet article a 10 commentaires

  1. Jean-Louis Tripon

    Classé en politique, et même image, mise en avant (paramétrer dans la colonne de droite)
    Du prince de Talleyrand Périgord, le bourgeois a retenu la bouffe mais a calé sur l’intelligence politique, lire cet excellent article de Wikipedia d’un homme détesté pour une image qui ne peut pas empêcher à un connard politique de ne pas prendre conscience de son incommensurable médiocrité. https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles-Maurice_de_Talleyrand-P%C3%A9rigord

    Réagir
    5
  2. Sylvain Chiron

    La République française est un pays bercé par la diversité, par l’ouverture, par les esprits, par les idées. C’est un important centre de décision, bourré de complexité. Ainsi, on trouve de tout au sein de la communauté française, notamment une bourgeoisie exaltée qui s’oppose à des travailleurs plus soucieux. Il y a des riches comme des pauvres, des constructeurs comme des destructeurs, des fêtards comme des travailleurs, des justiciers comme des criminels, des bienheureux comme des malheureux ; il y a Dieu comme il y a Satan. Cela se distingue des pays dits moins développés, qui sont davantage des ateliers fomentant diverses ressources pour le monde. Les pays moins développés comprennent moins de complexité, leurs citoyens sont davantage unis autour de certains objectifs concrets. La religion y est souvent beaucoup plus prégnante que chez nous en France, car elle rapproche utilement de ces objectifs concrets, alors qu’en France la religion est définitivement très abstraite. En conséquence, la vie en France peut être très jouissive mais elle peut également être au contraire extrêmement dure. La bourgeoisie est elle-même inapte à remettre en question ses propres codes, par contre elle sait les maintenir avec une force incroyable, ainsi lorsque l’on fait partie du camp des personnes soucieuses, il y a le potentiel que le ressenti de dictature soit plus important que n’importe où ailleurs.

    Au contraire de ce que tu dis, je pense que c’est très bien que la bourgeoisie exhibe ses festivals aux yeux de tout le monde ! Il vaut bien mieux ça que les crimes commis en arrière-cour ! Il m’est très clair que les politiques ne font rien avancer, ainsi s’ils pouvaient passer encore plus de temps à participer à des festivals, je m’inquièterais beaucoup moins. Mon cher Émile, il m’est justement très profitable de pouvoir te dire haut et fort que nos institutions ne font pas grand-chose, elles se prélassent et elles magouillent en douce ; et ce sont ces nombreux évènements qui me permettent de dire ça. Si la grande bourgeoisie était amenée à se cacher pour mener sa vie, il se passerait des choses bien plus graves, et tu serais peut-être à l’aise dans ta naïveté à croire qu’il ne se passe rien de mal, mais moi je m’inquièterais de tous les problèmes devenus encore plus difficiles à dénoncer. Je ne souhaite pas du tout que la grande bourgeoisie se cache, mais au contraire qu’elle sorte davantage, qu’elle soit en permanence sur scène. Ainsi j’aurai beaucoup moins peur. Je suis désolé pour toi si tu as cru qu’il y avait une quelconque authenticité dans les leçons de frugalité et d’austérité ; il est évident que ce n’est pas le cas. Deviens prodigue, mec. C’est ton droit. Personne ne peut y contrevenir. En tout cas, je trouve que l’idée que tu proposes ci-dessus est mauvaise et j’y suis profondément opposé. Si on veut influencer la caste haute, il ne faut pas les encourager à s’enfermer, mais au contraire les obliger à sortir.

    (Jean-Louis, je te conseille de supprimer tes commentaires de test ci-dessus. Si tu laissais ça sur un article que j’ai écrit, je ne serais pas content.)

    Réagir
    1
  3. Emile Thyeff

    Monsieur Chiron merci pour votre commentaire.

    en liminaire, premier point de réglage à rendre opérant sur le champ :
    Vous éviterez à l’avenir de me tutoyer tant que nous n’aurons pas été présentés et que des affinités entre nos deux personnalités aient été avérées, ainsi que de m’apostropher avec un “mec”, ou de toute autre formule du même acabit aussi dégradé, surtout pour vous et le sérieux de votre prose.

    Sinon sur le fond de votre réponse, vous faites la sempiternelle confusion de ceux qui ne poussent pas assez leur raisonnement entre la classe politique élue qui adopte aussitôt les dispendieux codes protocolaires monarcho-républicains qui sont mis à sa disposition pour exercer son mandat et la haute classe bourgeoise qui réellement possède le capital et le pouvoir.
    La première ne fera jamais partie de la seconde même en essayant de la copier en adoptant un train de vie fastueux et en consommant des produits de luxe, fabriqués, est il besoin de le rappeler par la haute classe bourgeoise.
    Ainsi donc la classe politique devrait s’occuper de politique et rester discrète sur son train de vie, vis à vis des classes populaires dont elle dépend pour obtenir ou renouveler son mandat, classes populaires qui, quoi que vous puissiez en penser, analysent tout d’une manière politique, aussi rudimentaire fût elle.
    Quant à la classe bourgeoise , elle reste au contraire d’une étonnante discrétion et c’est bien la raison pour laquelle, je vous donnerai quitus sur ce point, il se passe des choses très graves, avec des répercussions irréversibles sur l’environnement, sur le mépris envers les plus faibles, et sur l’implication par ricochet, qu’elle soit complice ou contrainte de la classe politique inféodée et corrompue.

    Donc si vous voulez que la caste haute arrête d’être opaque, il faut que la classe politique qui sert de tampon choisisse son camp. Celui de la frugalité et surtout de la décence vis à vis des citoyens.
    Pour le moment, nous n’en sommes pas là, au bon royaume de France.

    Quant à votre classement, très arbitraire de la complexité d’une nation en fonction de son développement, vision purement économique et libérale, il n’est pas sans rappeler la “complexité de la pensée du président Macron à laquelle les esprits simples ne pourraient avoir accès ” , tant portée aux nues par ses soutiens marcheurs et idolâtres au début de son mandat. La suite des événements a bien sûr prouvé que ce genre de raisonnement dichotomique ne peut tenir face aux faits et qu’il ne peut que couvrir de ridicule celui qui ose le tenir.
    Comme quoi il est effectivement très difficile de remettre en cause les vieux codes ancrés par des siècles de suprématisme, ainsi que vous venez d’en faire l’éclatante mais malheureusement navrante démonstration.

    je vous en laisse donc l’entière responsabilité vis à vis de tous les lecteurs et abonnés de ce site qui heureusement, pour la plupart d’entre eux ont dépassé depuis longtemps ces considérations fallacieuses et surannées, preuve en est, la participation active à l’édification de ce site, et de ces articles.

    Merci de votre attention Monsieur Chiron, une bonne journée à vous.

    Réagir
    1
    1. Jean-Louis Tripon

      Cher Emile, Sylvain Chiron est un gentil jeune administrateur de Wikiversité, expert en informatique WordPress. Il est venu nous installer la fonctionnalité des Réagir ( J’adore, Ha ha, Ouah, Grrr) si utile à notre communauté, et il a eu la courtoisie de corriger des imperfections ici et là sans qu’on lui demande, comme arranger et traduire notre sondage. C’est un technicien informatique de 24 ans, physicaliste de son état, perfectionniste et amoureux du droit. Il n’est pas au courant de nos usages, ni de notre haut raffinement mental, et n’a pas encore l’âge de l’expérience et de la sagesse, mais on lui pardonne sa juvénile impudence vu les services qu’il est venu nous rendre et qu’il est disposé à nous rendre encore. Voilà pour les présentations. C’est donc un jeune, qui n’a pas débarqué chez nous attiré par l’odeur de nos esprits, mais comme un artisan étancheur venu réparer notre plafond et qui, ébloui par notre ramage, nous confie bien imprudemment son opinion inexpérimentée, nous nous épargnerons de le couvrir de coups car il est encore un peu fragile et que nous ne sommes pas des charretiers.
      Note que, si tu veux qu’il reçoive notification de ton commentaire, il faut le mettre en réponse au sien, donc en sous-fil et non en fil, en cliquant sur répondre, comme dans Facebook.

      Réagir
      1
      1. Emile Thyeff

        Bonsoir Jean Louis merci de ton commentaire et de tes conseils. J’ai donc cliqué sur ” répondre” et donc tu devrais être notifié de ma réponse à ton comm.
        Pour ce qui est de ma réponse à Sylvain Chiron, , nous laisserons les choses en l’état. S’il vient à naviguer de nouveau sur ce post il en prendra connaissance et jugera utile ou non de se fendre d’une contre réponse.
        Sois assuré qu’il n’y a aucune volonté d’agression de ma part, juste quelques petits réglages de bienséance, même si cette notion peut paraître très floue chez les jeunes générations impétueuses, qui doivent comprendre que les relations humaines, qu’elles soient épistolaires ou verbales, nécessitent un savoir faire, une expérience, au même titre que le codage informatique pour reprendre la spécialité de notre compagnon de site, auxquelles il est judicieux de rajouter la science du discernement dans ce qui peut être dit, ou non dit et surtout dans la façon de le faire.

        Tu le remercieras en outre chaleureusement du travail effectué pour que ce site soit d’un confort optimum quant à son utilisation.

        Bonne soirée , pas trop chaude j’espère …

        Réagir
        1
    2. Sylvain Chiron

      Désolé de vous avoir tutoyé… Effectivement, je ne connaissais pas les codes, et je suis habitué à tutoyer les gens sur la plupart des réseaux sociaux que j’utilise. Je ne ferai plus l’erreur.

      Je ne vois pas tant l’intérêt de faire la différence entre la classe politique élue et la haute classe bourgeoise, puisque la première est décidément très dépendante de la seconde. Vous dites qu’elle devrait faire le choix de la frugalité, je ne crois pas que ce soit si simple. Il est nécessaire qu’elle se montre constamment pourvue de moyens pour confirmer qu’elle est capable de rivaliser face à la haute bourgeoisie. De plus, si elle est davantage dehors, sous les yeux du public, ça limite les opportunités pour la haute bourgeoisie de faire pression sur elle. Mais à part ça, personnellement, je ne suis pas du genre à apprécier les grands festivals répétés, je préfère avoir une vie assez simple et dédier l’intégralité des ressources disponibles au peuple (après avoir pris le peu dont j’ai besoin pour vivre), conformément à ce que vous semblez demander.

      Je n’ai jamais trop apprécié les noms comme « pays en développement » ou « pays émergents ». Ainsi, ce classement ne vient pas de moi. Je ne l’utilise que pour faire référence à une autre caractéristique, qui est le degré de spiritualité des nations : ce qui est parfois appelé « pays développé » revient pour moi à être un pays à haut degré de spiritualité. Et là, il y a effectivement un classement qui relève de mon arbitraire. Je pense qu’il y a toujours des hiérarchies, et qu’une nation comme la nôtre se situe plutôt vers le haut, du côté de la racine. Je ne vois pas en quoi c’est économique ; mais c’est peut-être libéral, oui, puisque la base anarchique posée par le libéralisme est celle qui ouvre la voie au haut degré de spiritualité.

      « La complexité de la pensée du président Macron à laquelle les esprits simples ne pourraient avoir accès », c’est marrant, ça, je n’en avais pas entendu parler… Mais j’ai énormément souffert du même phénomène avec la psychiatrie. Vous dites que la haute bourgeoisie possède le capital et le pouvoir ; je pense qu’elle est plutôt soumise à un système, elle est coincée par sa logique insidieuse, par tous les crimes qu’elle a commis. C’est pourquoi elle ne peut même pas faire le choix d’aider le peuple. Mais l’État devrait assez vite disposer du capital. Par contre, le pouvoir, je le garde ! Il ne saurait être entre de meilleures mains.

      Réagir
      1
      1. Jean-Louis Tripon

        Sylvain, presque tous les membres de notre réseau se sont connus depuis longtemps dans Facebook, ou tout le monde a l’habitude de se tutoyer après un rituel d’invitation renforcé par les alliances dans les débats mené dans les groupes Fbk, et même dans la vie réelle comme Emile. Comme tu ne perds pas ton temps dans Facebook tu n’as pas pu rencontrer auparavant les auteurs de notre site. Mais maintenant, après une présentation, tu peux tutoyer je pense sans problème les membres.

        Réagir
        1. Sylvain Chiron

          Bah, apparemment, Émile ne veut pas que je le tutoie. Et je suis bien d’accord que cette coutume est contestable : en général, on aborde toujours les gens avec le vouvoiement, sauf peut-être les enfants. Il se trouve d’ailleurs que je n’ai conclu aucune « alliance » avec Émile, on est plutôt opposés, donc il semble plutôt adapté que je le vouvoie. La seule chose qui nous réunit est qu’on s’est retrouvés pour débattre d’une même chose sur le même réseau social !

          Réagir
          1

Laisser un commentaire

Article suivantRead more articles