L’AFDMS a créé le réseau social Sic Itur, pour se doter des moyens d’élaborer des projets dans le cadre d’une contre culture civilisationnelle à la culture socio-économique, politique et académique dominante.

Préambule

En dépit d’un idéal légitime, les hommes ne sont pas égaux, certains disposent de facultés mentales extraordinaires, et d’autres pas. Nous naissons dans un état néoténique, c’est à dire mentalement inachevés, c’est à dire aussi que nous ne sommes pas fait à l’image d’un dieu mythique, mais que nous ne sommes qu’une espèce animale qui depuis peu de temps à l’échelle géologique a franchi un seuil structurel dans l’évolution des êtres vivants. Le franchissement de ce seuil explique toute la problématique de l’espèce humaine, car elle est le premier maillon d’une aventure évolutionnaire mentale sans limite qui succède à l’évolution biologique. 
Faute de l’aperception consciente de notre réalité mentale, comme dit le psychosociologue Luiji Zoja, les sciences sociales et humaines sont encore très immatures, à un niveau comparable à celui de la médecine au moyen âge en Europe. Or, j’ai personnellement découvert des techniques qui permettent de découvrir puis d’exploiter nos structures mentales les plus profondes. Ce sont ces techniques, que je propose au monde, qui fondent le Développement Mental Sémantique (DMS), dans une démarche scientifique prête à une validation dans les laboratoires de neurosciences qui voudront bien les tester.  

L'Association Française de diffusion du développement mental sémantique

L’Association Française de diffusion du Développement Mental Sémantique DMS a pour mission de propager une méthode de développement personnel originale qui, grâce à des techniques mentalistes, permet de découvrir puis de maîtriser nos neuf fonctions mentales non cérébrales, de développer une pensée holistique perceptuelle non verbale, d’acquérir l’omniscience de la réalité de nos structures mentales les plus profondes, et enfin d’accéder à l’état harmonique de pleine conscience, holistique ataraxique. Elle a pour objectif une révolution éducative, scientifique, culturelle, économique, sociétale et politique, respectant la nature, les valeurs, et les besoins des hommes, afin de relever les défis écologiques qui menacent la planète.

L’humanité nous semble dans une impasse que nous pouvons résumer dans la formule simple : << Nous regardons ailleurs alors que la maison brûle >>. Est-ce du déni ou de la folie ? Nous faisons l’hypothèse que ce regard fuyant résulte d’une relation inappropriée au monde, aux autres et à nous-mêmes. Le fait de mettre au pinacle la technologie, le matérialisme et le consumérisme, nous éloigne de notre perception sensible des choses. Restaurer cette perception sensible en l’articulant avec des solutions aisément évaluables est le but de notre association. Elle s’adresse à toutes celles et tous ceux qui portent la même vision, et qui estiment que cela n’avance pas assez vite. Notre étendard sera d’être opératif. 

HISTORIQUE

Ma vie n’a été qu’une quête qui a émergé dans ma toute petite enfance, à partir d’expériences structurelles intimes, que d’aucuns qualifieraient de mystiques, alors qu’elles n’ont jamais été plus pour moi que mentales. L’objet de cette quête qui se situe dans la démarche ontologique de l’être vers le faire est assez difficile à cerner, il peut même paraître étrange qu’un sens qui se révèle peu à peu comme l’essence créatrice du vivant puisse devenir l’obsession de toute une vie. J’ai très tôt abandonné toute connaissance humaine spirituelle ou scientifique, pour ne compter que sur ma propre rigueur, ma propre sensibilité, et ma détermination pour aboutir à partir d’une absence de moyens, de bases, de règles, et même d’un objectif clair.

En 1986 j’ai démissionné de mon poste d’ingénieur conseil pour me consacrer à cette unique recherche. En 2000, je change de modèle en passant de sept à neuf fonctions mentales et je les associe à la grille ennéanaire que j’avais conçue 25 ans plus tôt pour un autre usage. Il me faudra encore dix ans pour trouver la solution : associer mes ressentis mentaux à la grille et me servir d’elle pour les distinguer et parvenir aux sources mentales, puis ancrer leurs percepts en mémoire afin de finaliser leur structure d’accès permanente. Je constate alors avec bonheur que je parviens à explorer les structures mentales fondamentales des êtres vivants. J’y consacre encore cinq ans de ma vie, allant de découverte en découverte, et acquérant une pensée infra linguistique non verbale fluide, avant de me décider à écrire Sémantique et fonctions mentales en juillet 2015. C’est en écrivant les annexes analytiques de ce livre que je deviens brusquement ataraxique en septembre 2015, une sérénité permanente, absente de trouble, d’émotion et de stress. Ce qui valide mon modèle et mes techniques que je me donne pour mission de transmettre. J’ai alors réalisé le rêve de mon enfance.

J’achète mon premier PC en juillet 2016 pour réaliser le site de l’Académie Sémantique et Fonctions Mentales, que je fonde fin septembre 2016. Je m’inscris dans les principaux réseaux sociaux où j’y publie plus de 300 articles. En février 2017, je rencontre dans Facebook l’artiste Alexandre Beridze. Il devient l’illustrateur de mes livres et moi son agent conceptuel. J’écris plusieurs livres dont deux seront publiés en 2018, un ouvrage d’initiation : À la découverte de notre vie mentale, et un roman : Atarax. Mes autres ouvrages seront accessibles dans mes sites web qui diffusent ma méthode DMS et mes techniques. À la demande d’un étudiant béninois, je rédige début 2018 un cours annuel de 52 monographies, qui précise des règles d’études par groupes de six étudiants, et délivrera un diplôme de formateur DMS. Les premiers cercles commencent à se monter au Bénin parmi les étudiants en philosophie qui rêvent d’améliorer l’enseignement public dans leur pays. Dix cercles naissent cette année-là au Bénin, et ce cours commence à intéresser des personnes du monde entier. Les premiers diplômes de formateur DMS furent délivrés en mars 2019.

Au cours de l’été 2018 des besoins apparaissent au sein de ces cercles, le manque de matériel informatique, l’angoisse des enseignants face aux apprenants, l’ampleur des pathologies individuelles et sociales. La nécessité de mieux se connaitre et de se regrouper pour travailler à des projets communs, de collecter des fonds pour investir dans ces projets, m’amènent à fonder avec des amis l’Association Française de diffusion du Développement Mental Sémantique (AFDMS). Cette association s’ouvrira au public en septembre 2018 et lance plusieurs projets dans les domaines éducatif, thérapeutique et politique. Le site de cette association est progressivement mis sur WordPress pour disposer d’un annuaire mondial avec des pages de profils individuels et des dizaines d’espaces interactifs. C’est ce site gratuit, baptisé Sic Itur, ouvert le 1er mars 2019, que nous vous proposons de découvrir aujourd’hui.

Le mentalisme scientifique

Daniel Tammet
Temple Grandin
Josef Schovanec

À côté de ces illusionnistes qui font le ravissement des spectateurs avides de divertissement, les précurseurs du mentalisme scientifique sont indubitablement des Aspergers doués de facultés mentales déconcertantes que les neurosciences peinent à expliquer. Nous pouvons citer parmi beaucoup d’autres : Daniel Tammet le calculateur prodige en synesthésie et sa mémoire hors du commun, Temple Grandin qui pense en visuel non verbal pour réaliser des projets d’ingénierie d’équipements pour l’élevage du bétail, Josef Schovanec un hyperpolyglotte, d’autres encore qui dessinent de grands paysages urbains à l’échelle grâce à une mémoire visuelle absolue, et nous pouvons aussi penser aux grands empathes cognitifs.

Tous ces autistes diagnostiqués du syndrome du savant, ont en commun qu’ils opèrent ces facultés par des processus mentaux, ignorés des sciences académiques, qu’ils ont découvert solitairement, et qu’ils ont appris à développer et à exploiter peu à peu, jusqu’à atteindre une certaine maîtrise. Ces personnes ont également en commun qu’ils ne savent pas vraiment comment ils font, ni parler de ce qu’ils font, d’une part parce que ces techniques mentalistes sont intuitives, hors des méthodes de résolution rationnelle, et d’autre part qu’ils ne disposent pas d’un langage approprié pour décrire les qualia qu’ils éprouvent dans leurs expériences intimes. Ces Aspergers n’ont pas pu développer de construction théorique propre à l’étude de leurs facultés mentales, car ils continuent en général à penser dans le cadre conceptuel inapproprié dominant les sciences académiques. Par contre, ils peuvent parfaitement montrer et prouver sans ambiguïté les résultats qu’ils obtiennent. Enfin, ces facultés ne sont pas le propre des autistes mais peuvent être développées par des typologies plus ordinaires, qui ne souffrent pas de déficits relationnels, sociaux et linguistiques.

Il y a donc matière à la création d’une nouvelle discipline scientifique qui se logerait entre les neurosciences cognitives et la psychologie traditionnelle, qui se distinguerait par ses techniques d’introspection, par son modèle de l’esprit humain, ses concepts et son langage spécifique. Dans cette discipline, le chercheur théoricien et l’ingénieur mentaliste se mêlent, car l’ingénieur a besoin des cartes du chercheur pour explorer et exploiter au mieux ses structures mentales, et le chercheur a besoin des résultats de l’ingénieur pour valider ses théories. Il va sans dire que le chercheur rentre ici dans un processus évolutionnaire, et que cette recherche va le transformer à mesure qu’elle progresse. Cette discipline nouvelle devrait connaître un brillant avenir, car en conduisant l’ingénieur chercheur mentaliste à la perception de notre réalité mentale intime et non plus à l’imaginer comme le font les philosophes, les psychologues et les neurologues, elle nous offre non seulement des représentation plus pertinentes de l’être humain, mais aussi d’en remanier les structures, de traiter les pathologies, et de développer des moyens pour rendre nos fonctions mentales plus efficaces.

À propos

Il est infiniment plus facile de connaître notre nature que celle de la matière, car si nous vivons notre nature, nous ne vivons pas la nature de la matière. Nous disposons de deux modalités pour penser, la spéculative pour nous opposer aux opinions subjectives des autres, et l’opérative pour agir des gestes mentaux élaborant nos facultés mentales. 
 
L’état harmonique de pleine conscience détruit la thèse physicaliste, car seule une modification génétique serait capable de modifier les structures neuronales biologiques responsables des émotions, et cette ataraxie n’impliquerait pas d’état mental harmonique. Le cerveau est incapable d’opérer cette transformation de lui-même sur lui même, il faut donc que son origine vienne d’ailleurs, de notre nature mentale, ce que nous constatons en entreprenant la méthode DMS.

Notre finalité

Si notre association diffuse une méthode de développement personnel, le DMS, propre à libérer les hommes de toute aliénation et à les mener vers des niveaux supérieurs d’évolution mentale, elle a avant tout pour but de transformer notre monde, cette méthode n’étant qu’un des moyens pour y parvenir, donc elle s’adresse au large public de celles et ceux qui, sans désirer s’engager à entreprendre cette méthode et évoluant sur des chemins parallèles, veulent y concourir.
Fermer le menu
×
×

Panier