L’auberge

L’auberge

L’auberge
(Gialal ad-Din Rumi)

L’être humain est une auberge, quelqu’un de nouveau vient chaque matin.

Une joie, une dépression, une méchanceté, des moments de conscience viennent de temps en temps, comme un visiteur inattendu.

Bienvenue à tous, divertissez-les tous!

Même si c’est une foule de chagrins qui ravage violemment la maison en le dépouillant de tous les meubles, de même, traitez chaque invité avec honneur: il se peut que je te libère en vue de nouveaux plaisirs.

Aux pensées sombres, à la honte, à la méchanceté, va à la porte en riant, et les inviter.

Sois reconnaissant pour tout ce qui vient, parce que tout a été envoyé comme guide de l’au-delà.

Tiré de: Jalal al Din Rumi, Poèmes mystiques, BUR Biblioteca Univ Rizzoli, 1980

Merci Valentina Picco pour votre inspiration

Je ne suis rien…

L’humilité de comprendre que je ne suis rien, à contre-courant des rêves de réalisation, en dehors du cercle de la fourmilière qui pourtant me consume..

Le non choix au début de ma vie : nihilisme et autodestruction.. suivre des groupes qui alimentaient cette non soif..

Toujours le non choix lorsque ma 1ère femme jette son dévolu sur moi et m’ouvre à la vie.. période intense et féconde.. mais toujours autodestructrice..

Puis la rupture, la fuite hors de ce pays qui m’a vu naître et l’éloignement d’une famille que je rendais sans doute responsable de mon mal-être.. (toujours dans la peau de la victime)..

Orgueil du perdant : je me consacre à 200% à mon nouveau job et construit un truc matériel bancal mais se consolidant progressivement et qui m’évite de m’avouer mon échec personnel, en particulier affectif..

Une fuite.. constante.. éviter de se regarder.. se leurrer.. se divertir pour ne pas avoir à s’affronter.. à contempler sa propre petitesse et son faible épanouissement..

Ma nouvelle compagne à l’image de cette peur, de cette fuite, de cette crainte de ne pas être à la hauteur.. et ayant également de fortes limites de tous ordres.. et d’une générosité qui contrebalance mon aveuglement, ma sauvagerie, mon désamour, ma peur d’aimer, mon absence de confiance en moi et donc en les autres.. très immature aussi par certains côtés.. et avec de nombreuses peur et blocages..

Tout ceci est une interprétation, un ressenti du moment. Demain le ressenti aura changé, il ne reflète qu’une réalité du moment.

Ce que je sais c’est que mon sous-développement a été longtemps pour moi une manière de me diminuer.

Oui je suis ce que je suis et il n’y a rien de particulièrement enviable ou extraordinaire. Je me suis menti à moi-même pendant des années.

Aujourd’hui rien n’a changé… sauf ma manière de me voir, mon ressenti.. et finalement c’est cette lucidité, ce regard “froid” et tranquille sur soi qui lui a changé.. rien n’est définitif.. je retombe dans l’agitation.. mais je sens que j’ai fait un pas.. vers un mieux-être..

Voir petit, choisir petit, être petit

La victime qui choisit une victime.. un instant de lucidité.. ou d’égarement..

Voir petit, choisir petit, être petit.. pour être sûr de pas se casser la gueule, pour être sûr de pas se planter.. bien entendu cette petitesse supposée n’était qu’une projection/prétention de ma part.. et j’ai beaucoup appris dans la relation.. vu mon manque d’humilité aurais je pu être dans une autre dynamique ?

Reconstruire un truc sécurisant après une période instable.. j’avais besoin de sécurité..

Puis ce truc finit par s’imposer, par durer.. beaucoup d’erreurs, d’égarements, de clashs.. chacun évolue dans la relation..

Au départ beaucoup de méfiance de mon côté, comme un père qui “gère” sa fille.. pour finir des gros blocages sur le plan sexuel.. une paralysie de mon corps esprit.. une incapacité à faire l’acte.. la peur d’engendrer.. liée à un passé lourd sur ce plan..

Une relation difficile et non harmonieuse pendant des années.. incapacité réciproque à s’avouer que l’on était sortis d’une relation de couple conventionnelle.. et la relation qui demeure.. et qui se transforme en ce que j’avais vraisemblablement choisi inconsciemment au départ : une relation père fille..

Soulagement, apaisement, début d’une période dont la suite reste à écrire.. nous verrons bien mais j’ai le sentiment d’avoir évolué.. étant parti de très “bas” sur le plan relationnel en général..

Le blocage sexuel demeure.. il se dénouera peut être, peut etre pas.. quelle importance.. je me sens mieux.. je suis mieux.. plus apaisé.. j’ai l’impression que je deviens moins con.. tout ceci germera en moi.. ou pas.. rien ne sera jamais écrit.. je l’espère. .

Réagir
4

Jesse James

Vivons dans nos illusions, acceptons nos limites.

Laisser un commentaire