Le dualisme de substance

Le dualisme de substance

Le dualisme de substance
https://www.youtube.com/watch?v=X63oXJb420U

Le dualisme de substance

La philosophie de l’esprit, qui concerne la relation de notre esprit à notre corps biologique, recouvre un domaine de plus en plus important aujourd’hui et dépasse le cadre de la philosophie pour s’étendre aux sciences naturelles. Les interactions du cerveau à l’esprit font l’objet de nombreuses recherches de la part des sciences cognitives, de l’intelligence artificielle et des neurosciences, avec des enjeux économiques et politiques énormes. De vives controverses se sont élevées entre les partisans des sciences matérialistes dominant notre culture civilisationnelle et les philosophes « spiritualistes ». Les enjeux vont bien au-delà d’un simple problème de la vérité d’un savoir car la représentation de l’homme impacte toutes les activités humaines, de la linguistique à la politique, des sciences de l’éducation à l’économie.
Il existe trois grande écoles : Pour le physicalisme toutes les connaissances, y compris celles des sciences humaines et sociales sont réductibles à la physique, ses grandeurs et son langage. De ce fait, il ne peut pas exister de thèses philosophiques propres et indépendantes des thèses scientifiques matérialistes. Toute connaissance est fondée sur des mesures, il ne peut donc exister que ce qui est physiquement quantifiable. Il en résulte que l’homme est réduit à sa consistance biologique et à son cerveau.
Etant donné que nous ne vivons que des expériences mentales intimes, des qualia, et des combinaisons complexes de qualia, nous pouvons douter de la réalité physique des choses et affirmer avec les idéalistes que tout est conscience. Cependant affirmer que tout est esprit ou conscience, est un monisme qui revient à affirmer la même chose que le physicalisme avec un changement de terme pour désigner la substance unique de notre monde. Ce qui pose un problème métaphysique d’effondrement d’un tel univers dans le chaotique.
Le père du dualisme moderne est René Descartes qui l’a formulé en 1641 dans son ouvrage : “Les méditations métaphysiques”, en soutenant que l’esprit était une substance immatérielle pensante distincte et indépendante de la substance étendue, matérielle, et donc du cerveau. Il a été le premier a formuler le problème de la relation du corps et de l’esprit tel qu’il est encore débattu aujourd’hui, en affirmant qu’il existe deux substances dans l’univers : la substance mentale ou sémique (de la nature de la conscience et du sens) et la substance matérielle ou physique. Cette thèse s’oppose radicalement au physicalisme.
De nombreux arguments plaident en faveur du dualisme de substance contre le physicalisme. Nous pouvons citer :
— Affirmer que toute réalité est mesurable et nier la réalité du non mesurable bien que perceptible.
— Nier la réalité de ce que nous pouvons éprouver mentalement, nos qualia. C’est donc affirmer que nous sommes des zombies, vides d’expérience intime.
— Avoir créé une condition de non réfutabilité en exigeant une preuve physique de l’existence de ce qui n’est pas physique.
— Assumer le miracle de l’émergence du non physique à partir du physique, hard problem, rupture de la chaîne logique pour la conscience, l’intention et le sens.
— Confondre cérébral et mental. Information et sens, contenu conscient et conscience de contenu.
— Non conscience du cerveau de lui-même. Ce qui est logique si nous ne sommes pas notre cerveau, mais ce qui ne l’est pas si non étions notre cerveau et que nous disposions d’une conscience des choses. 
— Notre cerveau et notre corps ont déjà des propriétaires prioritaires : ces milliards de cellules biologiques qui le font vivre d’une façon dont nous n’avons aucune conscience naturelle. Or il ne peut y avoir deux propriétaires d’une même chose.  Si nous dirigeons notre corps par des instructions données à notre cerveau, nous ne sommes pas notre corps, de même que le conducteur d’un véhicule ou d’une machine n’est pas cette machine.

Réagir
2

Jean-Louis Tripon

Ingénieur géomètre INSA Strasbourg, Chercheur théoricien en sciences mentales, Créateur de la méthode DMS, Président fondateur de l'AFDMS. Directeur du social networking service Sic Itur

La publication a un commentaire

Laisser un commentaire