Le ternaire fractal
Exemple de décomposition trinaire fractale avec la SCD

Le ternaire fractal

L’expression ternaire a été initié par Georges Dumézil, linguiste et anthropologue français.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Dum%C3%A9zil

1. Avant propos

Le SCD n’est ni un outil de décodage du réel, ni un outil vers la maîtrise de soi, ni un outil de construction dune entreprise, c’est un outil conceptuel d’analyse trinaire fractale, et rien de plus, même s’il peut contribuer au trois premiers points évoqués. La conscience ne naît pas par différence, c’est une fonction fondamentale de révélation de choses qu’elle ne crée pas ni ne distingue elle-même. Cette distinction est réalisée par une autre fonction : l’analytique. Il y a dans ce texte une multitude de confusions sémantiques, de poncifs mythologues éculés et de culture astrologique, qui n’ont rien à y faire, même si à l’inverse cet outil peut analyser conceptuellement des représentations mythologiques ou astrologique.

2. La structure du SCD

La grille ennéanaire

A l’époque où Elisabeth m’a présenté cette structure, je travaillais la cabale sémantique, version Carlo Suarez, variété votre serviteur, moi. il y a évidemment une similitude entre les deux structures conceptuelles, ici de 9 points et en cabale 3×9 unités, dizaines centaines. Et si cette grille est opérative c’est que notre fonction de distinction analytique est structuré par une base 9, comme pour tous les êtres vivants, nous comptons également en base 9 et non 10 (car O n’est pas un nombre mais une absence. Ce sont nos structures intimes, qui ne supposent rien de la réalité des structures universelles.
C’est un outil conceptuel cohérent avec ce que nous sommes qui produit du conceptuel, ce n’est donc pas un outil de maîtrise de soi, même s’il peut y contribuer, la suite du texte va dans ce sens : des représentations de l’homme et du monde et non pas des processus de maîtrise intuitives de nos fonctions mentales.
Nous pouvons ajouter qu’avec une grille 27 nous pouvons signaler nos neuf fonctions mentales dans le portail du sensible, et de là passer du conceptuel à l’évocation symbolique du perceptuel avec trois grilles ennéanaires = Le perceptuel de nos fonctions, c’est à dire leur S/S, leur conceptualisation P/S et leur manifestation tangible C/S, dans un grand cadre 81 où nous avons 27 pour la réalité physique de l’univers, et 27 pour les principes universaux gouvernant les trois mondes : notre monde mental, le physique et le métaphysique. Soit une sorte de grand mandala de représentation du tout.

3. Les neuf pôles

3.1. Introduction

3×3=9, 9×3=27, et 27×3=81, et ça n’a guère de sens d’aller au delà. Les trois portes du modèle heuristique s’ouvrent dans trois domaines = le sensible du vivant, le produit inerte, et les lois universelles. Cependant chaque domaine présente neuf pôles d’ou 27 en cabale sémantique (unités, dizaines et centaines). Donc pour en extraire neuf, il faut prendre trois de chaque catégorie (encore que ce n’est pas tout à fait exact puisque chaque pôle des 9 représente une section couvrant trois pôle du plan supérieur des 27 :
S/S, C/S, P/S = 5, 3, 7 : Des concepts du sensible = concevoir, ressentir, vouloir
S/C, C/C, P/C = 40, 80, 20 : Des concepts du concret = le corps, l’énergie, la forme
S/P, C/P, P/P = 600, 100, 900 : Des concept des universaux = cyclicité, temporalité, finalité
Cette grille est constitué de neuf signes ou pôles. En toute rigueur sémantique, chacun d’eux signale, et non désigne, un élément du sujet que vous vous apprêtez à analyser conceptuellement grâce à cette grille. Sans oublier que le concept d’un concept est identique au même concept, que la négation d’un concept est son absence, et que sa double négation n’est pas sa présence mais toujours son absence, comme toute négation d’une absence, c’est-à-dire de rien.

3.2. Le sensible du sensible S/S

Signale l’expérience sensible, intime, de la chose analysée. Ici, nous sommes au niveau du quale.

3.3. Le concret du sensible C/S

Sera une réaction, en général émotionnelle, à l’expérience sensible présente.

3.4. Le conceptuel du sensible P/S

Sera le produit de l’analyse conceptuelle d’une expérience vécue. Exemple : l’analyse des phases d’une expérience de mort imminente.

3.5. Le sensible du concret S/C

Sera le moyen matériel ou spirituel qui sera mis en oeuvre pour réaliser un projet.

3.6. Le concret du concret C/C

C’est l’énergie physique ou mentale sans laquelle la chose ne peut pas exister, car qu’elle que soit son plan d’existence, sans énergie, il n’y a rien, même si cette chose est virtuelle.

3.7. Le conceptuel du concret P/C

Ce sera l’objet conceptualisé ou le produit de l’opération qui a abouti à une concrétisation.

3.8. Le sensible du conceptuel S/P

C’est la valeur morale, technique ou fondamentale qui rattache le conceptuel au sensible et lui donne du sens. Exemple : la survie, la liberté et l’efficacité sont des S/P.

3.9. Le concret du conceptuel C/P

C’est son signe, le symbole matériel de ce concept.

3.10. Le conceptuel du conceptuel P/P

C’est le principe qui gouverne le conceptuel, selon les cas, sa finalité, son axiomatique, ou ce qui constitue sa cohérence formelle.

4. Quelques exemples

aaa

5. Conclusion

aaa

Réagir
2

antoine valabregue

Ancien jardinier de l'esprit à Education Nationale

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier