L’effet des ancrages

L’effet des ancrages

<< Les souffrances de l’homme ne viennent que de ses représentations et ancrages >>.

J’avais tenu une discussion avec mes camarades et mon maître de catéchisme. La discussion portait sur l’élément dont dépend la puissance de nuisance du sorcier. Mon point de était que l’homme n’est esclave que de ce qu’il se représente comme pouvant lui nuire sans échappatoire. La représentation que l’homme a de la sorcellerie est ce qui le rend esclave et vulnérable du sorcier. Car en croyant et en donnant sens au pouvoir du sorcier, il se fait son jouet. Une chose n’a de valeur que devant celui qui lui en donne. Nous ne sommes malades que de nos ancrages. Lorsque, en effet, nous nous faisons et formons de mauvais ancrages, nous devenons prisonniers de ces ancrages. Car la représentation que nous faisons n’est rien d’autre que les règles que nous suivons dans nos actes et qui déterminent nos états et nos agir. Et lorsque nous suivons des règles dictées par la peur, l’anxiété, l’angoisse, la superstition, nous sommes déjà limités et nous limitons aussi notre pensée. Or en réalité, la pensée n’a pas de limite ni de bord, elle est libre comme le soleil. Lorsque on nous dicte des interdits familiaux ou on nous dit que tel endroit est sacré, c’est la manière dont nous concevons ces dits qui détermine l’énergie que nous leur accordons ett nous orientons notre notre joker vers ces derniers. Les idoles, les représentantions que nous nommons de culture, de coutume et que nous respectons, par crainte des conséquences fictives de leur non-respect sont des réalités inexistantes. Ces réalités n’existent qu’à partir du moment où nous dirigeons notre conscience vers elles, en les appuyant par notre énergie mentale pour les faire perdurer et en les dirigeant vers notre Foi ou Joker.

Réagir
2

Wilfried OBO

Wilfried OBO, né le 12/10/1996. Professeur de philosophie en formation à l'Ecole Normale Supérieure de porto Novo, Secrétaire Général de DMS-Bénin, membre de appessa Bénin,Sécretaire Général de l'AssEPP ENS/Porto Novo.

Laisser un commentaire

Article suivantRead more articles