Les gestes barrières féconds de l’après coronavirus

Les gestes barrières féconds de l’après coronavirus

Imaginer les gestes barrières contre le retour à la production de l’avant crise

Par Bruno Latour

Bruno Latour

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bruno_Latour

Un article d’Alain Bertho : Crise sanitaire, faillite politique

Autre anthropologue dans son blog Mediapart qui va pratiquement dans le même sens et avec les mêmes analyses que celles de Bruno Latour.

Mediapart : Crise sanitaire, faillite politique
https://blogs.mediapart.fr/alain-bertho/blog/250320/crise-sanitaire-faillite-politique

https://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Bertho

Réagir
2

antoine valabregue

Ancien jardinier de l'esprit à Education Nationale

Cet article a 6 commentaires

  1. Jean-Louis Tripon

    Quelques remarques :
    Dommage qu’il ne cite pas le terme d’empire néolibéral, responsable du désastre écologique pour augmenter ses profits, comme l’aurait fait Alain Bertho. Il cite à sa place “les globaliseurs”, qui ont encore le vent en poupe puisqu’ils ont décidé les puissances politiques à engager un ensemble de plans de relance et de sauvegarde de plus de dix mille milliards de dollars.
    Cette crise sanitaire sera plus longue et plus dure que prévue (6 à 9 mois minimum), certains annoncent déjà 200 000 victimes aux USA, 2 millions si les autorités manquent de pertinence, chute du PNB mondial de 30 % en 2020. Ce serait donc l’occasion de faire le tri et de remettre les pendules à l’heure en éliminant toutes les activités inutiles, toxiques ou nuisibles, simplement en ne leur octroyant pas une part des aides prévues pour les sauver d’un dépôt de bilan. Compte tenu de l’amplitude du cyclone, il ne sera pas possible de sauver tout le monde, mais les lobbys sont actifs pour sauver les pires des nuisibles. Ce n’est donc pas l’option prise par les politiques mais plutôt son inverse.
    Nous pourrions le suivre et organiser de grands cahiers de doléances pour cerner le nuisible à laisser mourir, mais si les citoyens sont lucides et leurs jugement globaux exploitables, la clé de cette grande recomposition économique en reviendra aux politiques, bien décidés à ce que rien ne change et à laisser les mêmes nous exploiter et nous détruire. Le peuple est à mon avis incapable de continuer à gérer frugalement ses dépenses et à organiser des boycotts à grandes échelle pour détruire les entreprises abusives du progrès sans fin.
    Donc ce sera probablement un occasion ratée de bien faire pour mettre en place une transformation paradigmatique des structures économiques, financières et politique de notre monde. Les grands prédateurs ont de grandes dents et feront tout pour conserver leurs positions dominantes par tous les moyens à leur disposition.
    Au delà, subsisterait la nécessité de changer des élites souvent corrompues et incapables, par des êtres sachant exploiter leurs fonctions mentales avec pertinence pour remplacer les cliques de l’ancien régime ploutocratique. Et là encore, cette nouvelle vague montante ne me semble pas encore prête à prendre naturellement le pouvoir pour renverser la table, et bouleverser les institutions politiques.

    Réagir
    1
    1. Emile Thyeff

      Il est évident qu’une grande partie de l’humanité ne prendra pas conscience de ce qui est en train de se passer et reviendra à son mode consumériste habituel et donc par voie de conséquence à sa servitude volontaire. À sa décharge, il faut lui pardonner car” ils ne savent pas ce qu’ils font “et tout est fait, via la publicité- propagande- menace pour qu’ils ne le sachent jamais.
      Néanmoins, ce que l’on peut espérer, c’est une augmentation significative du nombre de personnes qui auront pris conscience de l’inanité de ce système, et pourquoi pas s’approcher irrésistiblement de la masse critique … D’autant que le système sera fragilisé dans ses structures porteuses car l’argent de l’huile qui permettait de graisser les rouages de la machine et vérifier les fondations de l’édifice, sera employé à fournir leurs gardes chiourmes en armes et boucliers…
      Nous pourrions donc connaître le scénario du camion de 10 tonnes qui franchit un pont limité strictement à 10 tonnes… Tout se passe bien, le camion est au milieu du pont quand subitement un moineau de 10 grammes se pose sur le camion … qui vivra verra …

      Réagir
      2
  2. antoine valabregue

    Les gestes barrières que nous pourrions mettre en place sont de trois types : les gestes concrets, les gestes relationnels et les gestes de penser. Concrètement il faudrait réduire des 3/4 les achats de produits made in China ( on ne pourra pas se passer dans un premier temps des appareils technos) tout en lançant un appel aux européens pour se concerter et fabriquer des produits durables en moindre quantité. Donc se mettre à distance du pas cher non local. Puis sans doute diviser par deux ses déplacements en privilégiant les collectifs ou le vélo. Garder le réflexe de ne pas aller dans des foules ( ça va être carrément plus dur pour beaucoup et cela nécessite une désintoxication de l’énergie masse) sensiblement se mettre à distance des gens agacés en permanence, ne supportant pas un pet de variation / à leurs convictions, ne se donnant pas les moyens de respirer un peu, voulant à tout prix avoir raison sur tout, maniant l’ironie à tout bout de champ ( j’en passe et des meilleures) . enfin se mettre à penser sur des échelles de temps 5 à 10 fois plus larges que celles de d’habitude pour commencer.

    Réagir
    1
  3. Emile Thyeff

    un petit commentaire si vous le permettez .

    Réduire de 3/4 les achats de produits fabriqués en Chine est une chose, encore faut il ne pas vouloir compenser par de la fabrication française car cela ne serait que du déplacement de pollution de fabrication industrielle à notre grand désavantage.
    La première chose primordiale à effectuer est de se demander: ce produit est il vraiment utile, qu’il vienne de Chine, de Laponie ou d’une vallée reculée des Cévennes …
    Les appareils techno, surtout les “grand public” n’échapperont pas à cette investigation, bien au contraire.
    Cette désintoxication technologique dont les produits sont fabriqués par une poignée d’industriels mondialistes, rappelons le, permettra à chaque pays de retrouver une forme de souveraineté qu’il pourra exercer efficacement dans des domaines vitaux tels que agriculture, santé, sécurité et justice, les deux dernières devant, comme dans toute bonne démocratie qui se respecte être indépendantes mais néanmoins collaboratrices pour l’intérêt commun national.

    N’étant plus soumis au diktat financier et politique de la technologie galopante, chaque pays pourra utiliser ses atouts géographiques et climatiques pour assurer les besoins vitaux de sa population.
    Bien sûr, nul ne fera l’impasse sur la technologie tant que cette dernière est utilisée pour le bien commun comme la défense, améliorations des logistiques, suppressions des pertes de productions alimentaires, médecine opératoire et analytique , à condition que la médecine générale traditionnelle retrouve la place qu’elle n’aurait jamais dû abandonner. Il faudra donc reformer des médecins qui reprennent le pouls, qui font tirer la langue et observent le blanc de l’œil du patient, et ne dédaignent pas la prescription de tisanes et de cataplasmes. Par contre pour une appendicite, on ne reviendra pas au suc de laitue vireuse ni au morceau de bois coincé entre les dents du malheureux opéré, cela va de soi …

    Il faut retrouver la mesure, et combattre l’hubris, généré par l’envie du gain, elle même générée par la compétition entre les humains, qui découle à son tour de la peur de manquer, à cause de l’inégalité criante face à la pauvreté et un système éducatif, surtout chez les enfants et adolescents (du CM1 à la Terminale) qui au lieu de donner des clés pour résoudre les tensions, accentue ces dernières en mimant grossièrement les pratiques sauvages et iniques au sein des entreprises de la société capitaliste ultra libérale. Quand deux milliardaires s’affrontent,pour des raisons purement égotiques parfois, ce sont des millions d’êtres humains qui se retrouvent impliqués dans une bataille mortelle qu’ils n’ont pas voulue.
    Cette crise du corona est là pour nous le prouver encore une fois si on réfléchit un instant aux énormes intérêts financiers et de pouvoir en jeu quand une société se chamboule radicalement.

    Merci de votre attention

    Réagir
    1
  4. Emile Thyeff

    Beaucoup de personnes ayant voulu voté en province, car les municipales dans le milieu rural ont une grande importance et chaque voix compte, s’y sont retrouvées coincées le 17 jour officiel du confinement. L’accomplissement de leur devoir de citoyen les a empêché de revenir à la ville, pour des raisons éthiques et sanitaires.
    À ces rumeurs négatives , il conviendra néanmoins d’apporter un autre son de cloche, celui des commerçants locaux des villages où se seraient sciemment réfugiés ces propriétaires, qui voient d’un très bon œil le fait que ces citadins, souvent aisés financièrement, viennent dépenser leur argent dans leurs commerces plutôt qu’à la ville, leur évitant soucis financiers , voire faillites.
    Comme quoi, chacun voit midi à sa porte …
    Pour l’utilisation massif de la petite reine en ruralité en général et où le relief est assez vallonné, il faudra trouver des solutions adaptées, sinon la théorie du retour au temps long, et de son corollaire pour le cas qui nous concerne du mollet musclé, s’imposera en effet, mais pas forcément dans la joie et la bonne humeur.
    Merci de votre attention
    une bonne soirée studieuse, porteuse de germes de projets salvateurs auquel nous apporterons sur ce groupe, toute notre attention, nos encouragements ainsi que nos annotations critiques et constructives.

    Réagir
    1

Laisser un commentaire