Les rayons de lumière. Notre étoile.

Les rayons de lumière. Notre étoile.

Les étoiles sont des astres variables. Leurs structures et leurs luminosités changent avec leurs évolutions. Le Soleil est donc une étoile dite, variable. C’est un astre de gaz incandescent. Cette étoile est une naine jaune, un objet céleste de forte densité, issue de l’évolution d’une étoile de masse modérée et après la phase où se produisent des réactions thermonucléaires. Caractérisée par de gigantesques explosions, permanentes, qui renvoient dans l’espace de phénoménales quantités de matières, formées de photons, de protons et d’électrons. Extrêmement énergétiques, ces renvois constituent le vent solaire.

Son énergie provient des réactions de fusions nucléaires, transformant dans son noyau, l’hydrogène en hélium, cela à une température de 15 millions de degrés. Notre étoile est située approximativement à 27’000 années lumière du centre de notre Galaxie. La voie Lactée. Il s’agit d’une Galaxie spirale barrée, c’est-à-dire que les bras spiraux, n’émergent pas de son centre, mais d’une bande d’étoiles traversant son centre. Elle comprend 200 à 400 milliards d’étoiles et au minimum 100 milliards de planètes. Son diamètre est estimé environ entre 100’000 à 120’000 années lumière. Depuis la Terre, notre Galaxie ressemble à une traînée blanchâtre. Et comporte également un trou noir super massif, inactif, en son centre. A savoir qu’il n’absorbe que peu de matière environnante. Le Soleil est âgé de quelques 4,5 milliards d’années, notre belle étoile consomme quelques 4 millions de tonnes d’Hydrogène par seconde. Cela correspond donc à une perte de masse. Il produit ainsi une énorme source de chaleur et d’énergie, correspondant à quelques 380 milliards de milliards de mégawatts.

La pression et la température, obligent les électrons à se détacher des atomes et donc à se libérer des noyaux atomiques. La matière n’apparaît alors plus comme un gaz, mais comme un plasma. Les noyaux d’Hydrogène propulsés  les uns contre les autres, par l’énorme pression se transformeront en noyaux d’Hélium. Ce processus de fusion, génère des noyaux de masse légèrement plus petite et ce différentiel est libéré sous forme d’énergie.

L’énergie produite par la fusion nucléaire est ainsi transportée depuis le cœur du Soleil, par des particules de lumières et de chaleurs, appelées photons, vers les couches supérieurs, jusqu’ à la surface, puis libérées dans l’espace.  Chaque photons est déviés au hasard des collisions, dans les différentes couches de l’ astre lumineux. La progression des photons est donc, chaotique, c’est ce que les scientifiques appellent, le chemin aléatoire du photon.

Lorsque 2 protons fusionnent dans un noyau de Deutérium, pour créer un noyau d’ Hélium, les photons sont libérés. Cette particule, créée dans le noyau solaire, transporte le rayon de lumière vers la Terre. Pour nous atteindre, ces photons doivent traverser les différentes couches du Soleil.

Le temps ainsi employé pour que le photon parvienne, depuis le cœur du Soleil, jusqu’ à sa couche extérieur, soit à sa surface, est compris entre 10’000 et 170’000 ans, selon les collisions. Au début, le photon pénètre dans la zone radioactive dense de 300’000 Km. La densité est si élevée que le photon a du mal à avancer, il entre constamment en collision avec d’autres particules telles que l’ Hydrogène ionisé et les atomes d’ Hélium.
Les photons sont ainsi absorbés par les atomes et immédiatement réémis, ils vont et viennent, pour se reproduire ainsi des millions de fois. À mesure qu’ ils s’ élèvent vers la surface du Soleil, la densité de la matière diminue, il y a moins de collisions et d’ interactions, leurs mouvements vers l’ extérieur est du moins, plus fluide.

Lorsque ils ne sont plus qu’ à 200’000 Kms de la surface, les photons pénètrent dans la zone dite convective et leurs rythme s’accélère. Les photons sont poussés vers l’extérieur, aidés par le gargouillis de la matière. Engloutis par d’immenses colonnes de gaz, ils ne leurs faut plus qu’une dizaine de jours pour atteindre enfin la surface du Soleil. Les photons émergent alors des gaz de l’atmosphère solaire. Enfin, un dernier effort, ils parcourront en huit minutes la distance qui les séparent, de la surface du Soleil pour nous parvenir ici, sur notre belle planète, parcourant ainsi 150 millions de kilomètres. On peut donc dire que même la lumière a besoin de temps pour briller et réchauffer le cœur de tous ceux qui l’aime.

Réagir
3

Dizzy Blue

Cherche le bien, quitte le et recherche toi.

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire