L’Etat prédateur contre la Sociale (I) : La Commune

L’Etat prédateur contre la Sociale (I) : La Commune

L’histoire de la protection sociale en France mérite une relecture à la lumière de l’opposition entre l’État prédateur et la Sociale ou citizen welfare (bien-être des citoyens).

D’une part, la protection sociale organisée par l’État naît à la veille de la première guerre mondiale, pour répondre à des besoins liés à la guerre totale, notamment le besoin démographique. D’autre part, la protection sociale est aussi l’héritière d’une tradition centrée sur l’auto-gouvernement de la population. A ce titre, l’origine de la Sociale remonte à la Commune de Paris (1871). Mais elle prend toute sa dimension avec la création du régime général de sécurité sociale, en 1946.

Depuis cette date, l’histoire de l’État prédateur concerne le mouvement d’appropriation du bien-être citoyen autogéré. Dans cette perspective, une succession de contre-réformes est engagée dès 1947. Ce processus d’étatisation de la Sociale, en plus de constituer un mouvement de dé-démocratisation et de désolidarisation s’accompagne de la marchandisation croissante des services et des prestations de protection sociale (privatisation des soins, des pensions de retraites, des assurances maladies…).

L’État obéit à une logique prédatrice, dans la mesure où il favorise les régressions sociales. L’État prédateur mène des politiques qui permettent aux intérêts privés de se renforcer, tout en délitant le pacte social.

-> lire la suite

Réagir
1

Gilles Sarter

Gilles Sarter Docteur en sociologie, fondateur du site SECESSION

Cet article a 6 commentaires

  1. Jean-Louis Tripon

    Bonsoir Gilles,
    Doit-on considérer que l’état, qui n’est qu’un moyen au service de politiques et non un être, est un prédateur social, ou que ce sont les hommes politiques qui se sont succédé au pouvoir depuis la Commune portés par différents partis, les véritables prédateurs et destructeurs de la Sociale ? La démocratie peut-elle être la cause de la prédation sociale ?

    Réagir
    1
    1. Emile Thyeff

      il est vrai que l’on confond un peu le contenant et le contenu.

      Ce n’est pas la bouteille qui saoule mais le vin à l’intérieur.

      Qui a créé le concept de l’ État, ou pour simplifier le concept d’une structure organisée de vivre ensemble entre êtres organiques d’une même espèce ? ( les fourmis, les abeilles, les loups en meute forment aussi un ” État” à leur niveau)

      Pourquoi ceux qui prennent successivement le pouvoir ne détruisent jamais la structure de l’ État qu’ils ont pourtant vertement critiquée quand ils étaient dans l’opposition ?

      la structure étatique est elle neutre et dépend- elle de celui ou celle qui en prend le contrôle, ou bien a t’elle en elle le germe de la tyrannie ( celle de la majorité ) ?

      Réagir
      1
      1. Jean-Louis Tripon

        Un état pour gouverner, un fusil pour tuer, une fourchette pour manger, un baume pour soulager ! Si le moyen n’implique pas l’acte, son absence évite l’acte, donc sa présence constitue un danger : celui de s’en servir à de mauvaises fins. Reste que l’absence de gouvernance est la porte ouverte à tous les excès, à toutes les sottises et à tous les crimes, donc l’état est nécessaire mais l’homme qui gouverne est une menace pour tous.

        Réagir
    2. Gilles Sarter

      Bonjour Jean-Louis,
      Un début de réflexion est possible à partir des concepts de pouvoir étatique et de pouvoir social. Le pouvoir étatique: c’est le pouvoir d’édicter des lois et de les faire appliquer à l’échelle d’une nation. Qui exerce ou tente d’exercer le pouvoir étatique? Le pouvoir social: c’est le pouvoir que peuvent exercer les gens quand ils s’assemblent librement et égalitairement. Si le pouvoir social englobe le pouvoir étatique, on est en situation démocratique. La Sociale (pendant la Commune ou en 1946) est conçue de sorte que s’exerce le pouvoir social. Mais pour instaurer le Régime général de la Sécu (1946), il a fallu récourir au pouvoir étatique (situation rendue possible par la présence de ministres communistes au Gouvernement, la mobilisation des militants de la cgt et du pc…). Après cette date, le pouvoir étatique a été mobilisé pour démanteler petit à petit la Sociale. Pourquoi? Une hypothèse forte : parce qu’il s’agissait d’une institution anti-capitaliste. Voir cet article : https://secession.fr/le-salariat-une-institution-anticapitaliste

      Réagir
      2
      1. Emile Thyeff

        Monsieur Sarter bonjour

        Si le régime sécu de 46 a été instauré c’est que ceux qui le voulaient détenaient le pouvoir étatique.Et il n’y a pas forcément que les communistes qui le désiraient. Le pouvoir étatique n’a pas été ” mobilisé ” pour casser ce régime social, il a simplement été perdu par ceux qui le détenaient.
        La question est : pourquoi et comment l’ont ils perdu ?
        Pour moi le dernier président social de gauche fut Chirac jusqu’en 2002.
        Après 2002 c’est la lente dérive, avec Raffarin en savonneur de planche et bien sûr Sarközy. Quoique ce dernier fut bien content de compter sur un régime social aux caisses bien garnies lors de la crise de 2008 …
        Il faudrait analyser l’énorme travail de sape du MEDEF de Gattaz père, de Gattaz fils et de son éminence grise Denis Kessler, le parangon du radicalisme libéral pur et dur dans la tradition des patrons esclavagistes du 19ème siècle qui avait pris les rênes depuis quelques années.Il semblerait que Roux de Bézieux soit moins extrême mais le mal est fait car la tête de l’éxécutif a été contaminé.

        Il convient de s’interroger sur cette obsession à casser un système social qui bon an mal an a fonctionné et permis à la pyramide sociale et hiérarchique de tenir.

        Le regretté Bernard Maris avait une réponse en mettant en avant ce qu’il appelait la pulsion de mort du capitalisme.

        Il semblerait que nous en soyons au stade final car désormais, et on rendra grâce à Macron, les masques de l’hypocrisie et des minauderies sont définitivement tombés. Le capitaliste bourgeois avance visage découvert montrant ses dents aiguisés et son rictus carnassier, ainsi qu’il le fait à chaque fois, selon Bégaudeau, que ses intérêts sont en jeu ..

        C’est peut être pour cela que le pouvoir démasqué veut imposer le masque sanitaire au peuple ??

        à suivre

        Réagir
        1

Laisser un commentaire

Article suivantRead more articles