Messagerie d’Emile Thyeff

Messagerie d’Emile Thyeff

Cet article a 6 commentaires

  1. Jean-Louis Tripon

    Cher ami, je te mets ici les liens vers deux pages où tu trouveras ce que nous avons déjà fait :
    — Article Boycott = https://developpement-mental-semantique.com/boycott/
    — Messagerie Martine Samaras = https://developpement-mental-semantique.com/messagerie-de-marine-samaras/
    Dans cette messagerie, voir mes commentaires, il s’agit en général d’articles où de sites parlant du boycott.
    Dans un premier temps nous cherchons des infos, sans prendre contact avec les responsables, tu résumeras tes remarques et observations, principalement ce que tu penses des méthodes de travail de ces associations.
    Tu présenteras cela dans un article que tu pourras intituler (Boycott : Analyses) dans la catégorie (Economie). Mon téléphone = 04 68 53 33 72 Bon courage !

    Réagir
    1
  2. Jean-Louis Tripon

    Il est étonnant qu’aucun parti politique ne se soit lancé là dedans, ce qui tendrait à prouver qu’ils sont tous pro système. J’en ai discuté à l’instant avec une femme qui fulminait comme moi contre les bornes à essence automatiques (et bientôt tout le commerce risque d’être automatisé). Les gens (même les plus simples), qui ne veulent pas s’engager en politique, comprennent très bien la démarche du boycott. Ils seraient beaucoup plus facile à convaincre à nous rejoindre sur ce sujet, mais il faut :
    1. repenser le concept
    2. distinguer Boycott du Conseil sanitaire (On ne boycotte pas Nutella, on conseille de ne plus bouffer de cette merde)
    3. sélectionner les personnes morales à boycotter (Services publics, état, et entreprises) le boycott signifie obtenir quelque chose en échange de sa cessation.
    4. analyser pourquoi les associations spécialisées dans cette démarche savent pas faire.
    5. résoudre le problème de la désunion (les gens disent que ces associations ont des œillères et se tirent dans les pattes.
    6. convaincre tous ceux qui font des pétitions et des manifs inutiles à nous rejoindre pour faire du boycott au niveau national et même mondial.
    C’est un grand chantier plus simple a mettre en place que le chantier politique et qui peut servir de premier foyer au chantier politique.
    Réponds nous ici SVP, c’est plus agréable et plus efficace que dans la messagerie de Facebook.

    Réagir
    1
  3. antoine valabregue

    A l’aune de la question de la pandémie, je pense qu’il faille revoir les choses. il y a les choses que chacun s’engage à faire et essaye de faire partager aux autres. ex je ne me passe d’Amazon pour telle raison, je ne mange pas de Nutella pour telle raison etc les choses qu’il faut combattre : les éoliennes pour les ondes le nucléeaire pour les déchets, la voiture si c’est pas indispensable pour la pollution , la viande d’élevage et celles qu’il faudrait empêcher qu’elles existent. Pour la troisième catégorie pour y parvenir il y a besoin de stratégies collectives et non individuelles

    Réagir
    1. Jean-Louis Tripon

      Chacun a ses manières de penser et de faire qu’il protège jalousement, donc nos conseils n’ont de portée, et encore, que chez nos fans qui suivent nos enseignements.
      L’expérience montre que l’on ne peut se fier sur les engagements volontaires de personne, tous sont prompt à les oublier ou les renier (car nous ne sommes pas une espèce sociale). La seule méthode efficace pour vaincre la toxicité économique reste donc la réglementation des productions et des ventes par des décisions politiques. D’ailleurs une grande partie de cette toxicité ne résulte pas des personnes mais des techniques que le système emploie pour soumettre la société (lobbys, publicité, démarchage téléphonique, techniques abusives de vente, marketing, vente forcée, fausse gratuité, soldes, obligations, taxes spéciales pour subventionner des productions à perte, etc.). De fait, c’est tout le système libéral et ses perversions qu’il faudrait détruire pour sauver la biodiversité, l’homme et la planète.

      Réagir
      1
      1. Emile Thyeff

        À cet inventaire à la Prévert , tellement ces techniques pour nous faire consommer sont nombreuses et nichées dans les détails les plus intimes de nos vies privées, ensemble de techniques que nous dénommerons “la carotte”, il convient de rajouter son corollaire le bâton, tenu fermement par l’appareil judiciaire avec ses kyrielles d’interdits immanquablement couplés à des amendes réparatrices conséquentes s’ils sont bravés, couplage qui au passage est la marque flagrante des régimes démocratiques libres, égaux et fraternels, car dans une dictature, en cas de franchissement de l’interdit, l’agent de police ne sort pas son carnet de contraventions, il sort son flingue encore fumant.
        À cette forme figurative du bâton énoncée ci dessus, il convient d’adosser celle beaucoup plus prosaïque et littérale de la bonne vieille matraque de CRS et de ses extensions modernes que constituent les LBD et les grenades benoîtement appelées lacrymogènes, mais qui ne font pas que faire pleurer , si on voulait bien un jour faire l’analyse scrupuleuse des produits chimiques qu’elles diffusent dans les poumons des manifestants qui les respirent… nous sommes en démocratie nous est il martelé, on a donc encore le droit de rêver …

        Pour revenir à des propos plus sérieux, cela peut sembler paradoxal mais le salut planétaire pourrait venir d’un pays comme les États Unis, portant considéré comme le chantre de l’ultra libéralisme car ses dirigeants en temps de crise sont souvent capables de fulgurances démocratiques et solidaires alliées à une fermeté trempée dans l’acier le plus dur. Trump est en train de prendre le problème du Corona virus à bras le corps et se dévoile jour après jour comme un vrai Chef d’ État qui informe son peuple et le rassure par des propos de vérité et de responsabilité. Ce genre de personnage politique pourrait donc décider de la réglementation drastique des productions afin de sauver la planète.
        L’avenir, si nous en avons encore un, nous le dira.

        Il n’ y a bien sûr rien à attendre de l’équipe de courtisans mielleux et de nobliaux courbés de l’échine jusqu’aux boucles des bottes de leurs maîtres de la finance qui régentent actuellement notre doux royaume de France, ni des félons qui se dissimulent derrière la bannière écologiste pour élargir leurs prébendes et conserver leurs privilèges.
        Cela au moins a le mérite d’être clair désormais dans la majorité des esprits de nos concitoyens.

        Réagir
        1

Laisser un commentaire