Michael Moore s’attaque aux énergies alternatives

Michael Moore s’attaque aux énergies alternatives

Par LINDSEY BAHR, THE ASSOCIATED PRESS, publié le 7 aout 2019

Cette photo d’archive du 25 mai 2019 montre Michael Moore lors de la cérémonie de remise des prix du 72e festival international du film à Cannes au sud de la France. Dans “Planet of the Humans”, qui a été présenté mercredi 31 juillet au Traverse City Film Festival. Lui et le réalisateur Jeff Gibbs tirent le rideau sur les fausses promesses des énergies alternatives, des voitures électriques aux éoliennes et à la biomasse, et ils expliquent pourquoi cela ne fonctionne pas. (Photo de Vianney Le Caer / Invision / AP)

Un nouveau documentaire promu par Michael Moore pose la question : Et si l’énergie alternative n’est pas efficace ? Le film, Planète des Hommes, a été présenté en première au Moore’s Traverse City Film Festival

LOS ANGELES – Et si les énergies alternatives n’étaient pas ce qu’elles devaient être ? C’est la question provocatrice explorée dans le documentaire «Planet of the Humans», soutenu et promu par le cinéaste Michael Moore et réalisé par l’un de ses collaborateurs de longue date. Il a été présenté la semaine dernière à son festival du film de Traverse City.
Le film, qui n’est pas encore distribué, est un examen à petit budget, mais percutant, de ce que les cinéastes disent être les fausses promesses du mouvement écologiste et pourquoi nous sommes toujours “accros” aux combustibles fossiles. Le directeur Jeff Gibbs s’attaque aux voitures électriques, aux panneaux solaires, aux éoliennes, à la biomasse, aux biocarburants, à des groupes écologistes de premier plan comme le Sierra Club, et même à des personnalités comme Al Gore et Van Jones, qui a été le conseiller spécial de Barack Obama pour les emplois verts, le leader Bill McKibben, un écologiste de premier plan et un défenseur des mouvements populaires du changement climatique.
Gibbs, qui a produit «Bowling for Columbine» et «Fahrenheit 9/11» de Moore, ne désirait pas s’attaquer au mouvement écologiste. Il a dit vouloir simplement savoir pourquoi les choses ne s’amélioraient pas. Mais quand il a commencé à tirer sur le fil, lui et Moore furent choqués de voir à quel point ces énergies alternatives sont inextricablement mêlées au charbon et au gaz naturel. Car ils ont vu comment tout ça, des éoliennes aux stations de recharge pour voitures électriques, était attaché ensemble.
“Il s’est avéré que cette prise de conscience nous concernait aussi”, a déclaré Gibbs lors d’une interview téléphonique. «Ce fut quelque peu écrasant de découvrir tout d’abord que des choses auxquelles je croyais vraiment n’étaient pas réelles, puis de découvrir non seulement que les panneaux solaires et les éoliennes ne vont pas nous sauver… mais aussi qu’il y a dans tout ceci le côté obscur de l’argent des entreprises… Je me suis rendu compte que ces technologies n’étaient qu’un autre centre de profit. »
Les deux hommes savent que le film sera une «pilule difficile à avaler» pour le public. Cela fut également pour eux une révélation difficile.
“Nous voulions tous nous sentir bien dans quelque chose comme la voiture électrique, mais à l’arrière de notre tête quelque part, avons-nous pensé : ” Oui, mais d’où vient l’électricité ? Et cela revient à : «Je ne veux pas y penser, parce que je suis content que nous ayons des voitures électriques», a déclaré Moore. «Je suis passé devant les parcs éoliens, et oh ! c’est tellement beau de les voir tourner, et ne me dites pas maintenant que nous sommes allés trop loin et que ça ne va pas nous sauver… Eh bien, mon sentiment c’est que je veux que nous nous occupions maintenant de ce problème. “
Cela fait partie de la raison pour laquelle ils ont dû faire ce documentaire de manière indépendante. Gibbs a déclaré qu’il avait essayé pendant des années de faire participer un groupe écologiste pour aider à réduire les coûts, mais qu’il avait échoué à toutes les portes. Il dit avoir été encore plus découragé quand, dans le film, il avait approché des gens comme Jones, McKibben et un leader local du Sierra Club, et leur avait demandé leur position sur le biocarburant et la biomasse. La biomasse, comme le bois et les déchets, peut être utilisée pour produire de la chaleur et est considérée comme une source d’énergie renouvelable. Il peut également être converti en biocarburants gazeux ou liquides qui peuvent être brûlés pour l’énergie.
Gibbs pense que personne n’était bien préparé à commenter sa position sur le processus de la biomasse, qui selon le documentaire nécessite d’abattre un nombre énorme d’arbres pour produire les copeaux de bois qui sont convertis en énergie. Ni Jones ni McKibben n’ont répondu à la demande de commentaires de l’Associated Press.
“J’aime tant ces personnes que nous voyons dans le film, et je fais partie de ceux qui ont voulu croire pendant toutes ces années que c’était la bonne voie”, a déclaré Moore. ». Mais je refuse de nous laisser mourir et avec nous mourir cette planète.”
Les deux hommes étaient assez nerveux de montrer le film à la foule du festival, et ils s’attendaient à un accueil plutôt mitigé. Au lieu de cela, ils ont obtenu une ovation debout, bien qu’il y avait des membres du Sierra Club dans le public.
«Il appartient aux personnes qui partagent les mêmes valeurs de se révéler parfois des vérités inconfortables», a déclaré Gibbs. “Ce n’est pas un film de négationnistes du changement climatique, c’est un film de gens qui se soucient vraiment de l’environnement.”
Bien que les résultats soient décourageants, Gibbs et Moore disent qu’ils espèrent que cela incitera les gens à penser différemment.
“Maintenant, nous pouvons commencer à chercher les bonnes solutions qui pourraient faire la différence … Ce film n’apporte pas de solution, mais cela nous amènera à poser de meilleures questions”, a déclaré Gibbs. «J’ai vraiment confiance que lorsque des millions de personnes discutent d’un problème, des réponses peuvent émerger… C’est ce que les êtres humains font pour résoudre leurs problèmes, en commençant par se poser les bonnes questions.»

Réagir
4

Cet article a 1 commentaire

  1. Jean-Louis Tripon

    Bienvenue à Sic Itur Jean-Claude,
    N’ayant pas pu vous localiser dans les réseaux sociaux nous vous avons attribué cette publication, afin de pouvoir rentrer en contact plus facilement avec vous.
    Vous pourrez modifier vos paramètres de profil distinctifs (image et description) en choisissant (modifier) sur la roue dentée à droite de votre nom.
    Voir notre aide pour vous familiariser avec toutes les fonctions du rôle Auteur.
    Vous pouvez nous répondre ici par un commentaire.

    Réagir
    1

Laisser un commentaire

Article suivantRead more articles