Modernité techno-scientifique

Modernité techno-scientifique

LA MODERNITÉ OCCIDENTALE MEURT D’UN EXCÈS DE RATIONALITÉ

Olivier Frérot

Publié le 17 juin 2019 par Solidarités Émergentes

Toute civilisation se ressource, tant qu’elle demeure vivante et féconde, en des énergies profondes. Celles-ci jaillissent du tréfonds des hommes qui l’habitent, la construisent et s’y déploient. Ces énergies s’expriment sous forme de valeurs, dont l’étymologie latine valorsignifie « forces de vie ». De fait toute communauté humaine, d’autant plus qu’elle est large et étendue, rassemble la multitude des tempéraments qui caractérisent la diversité des hommes. Mais chaque civilisation se différencie des autres par la mise en avant plus particulièrement de tels ou tels traits essentiels à la vie humaine. Les historiens des très longues périodes différencient ainsi les civilisations par une vue dite axiologique, en mettant l’accent sur leurs valeurs particulières. Á grandes enjambées, les civilisations durent de 400 à 500 ans avant de passer le relais à une autre, lors de circonstances délicates et souvent douloureuses pour les sociétés et les humains.

La caractéristique cardinale de la Modernité occidentale techno-scientifique est d’avoir magnifié jusqu’à l’extrême la rationalité, dont elle avait découvert l’expression parfaite dans la science mathématique et le nombre. Mais par contre-coup, elle a minoré les autres dimensions humaines tout autant essentielles, que sont la sensibilité, l’affect ou l’imaginaire. Et elle a nié la spiritualité, ce souffle qui relie tous les vivants par l’intériorité et dans l’invisible. Depuis l’affirmation de la toute mathématisation du monde par Galilée en 1623 dans l’ouvrage Il Saggiatore, « L’Essayeur », par l’axiome « la nature est un livre écrit en langage mathématique », l’élan extraordinaire de cette nouvelle vision du monde alors en pleine émergence, axée sur la puissance du rationnel, s’est tari. Ne pouvant rationaliser la dimension spirituelle des humains et de leurs communautés, elle s’est petit à petit coupée de leur source d’énergie la plus profonde et la plus intime, et s’est étiolée. Les civilisations meurent de l’excès qu’elles font des valeurs fondamentales qui les font éclore et les développent.

La Modernité techno-scientifique meurt d’un excès de rationalisation, de modélisation, d’informatisation, de numérisation, de financiarisation, … bref d’un excès de tout voir par le prisme du chiffre et de la data. Cet affadissement qui mène à l’effondrement se manifeste par une défiance grandissante des populations en la promesse, autrefois féconde, de la Modernité. Cette promesse avait porté et enthousiasmé nos aïeux : la toute-maîtrise de l’avenir par la toute-puissance de la technique et la toute-connaissance de la science. Le transhumanisme est l’expression contemporaine de cette ancienne promesse, et c’est pour cela que vers lui convergent aujourd’hui tant de forces des institutions et des organisations filles et porteuses de la techno-science. Il ne constitue donc nullement une rupture, une disruption civilisationnelle comme beaucoup le prétendent, mais au contraire une continuité dans l’excès. Il s’enfonce dans une impasse et y entraîne ses affiliés avec lui. Et nous également si nous n’y résistons pas, en entreprenant une bifurcation radicale.

Nous croyions de moins en moins en cette promesse de maîtrise. La conséquence de cette méfiance qui se généralise est que la puissance de la rationalité ne peut plus opérer positivement, mais qu’au contraire, de libératrice la Modernité devient enfermante, oppressive et autoritaire. Le cercle vertueux qui vit naître cette belle civilisation pendant trois siècles jusqu’au point d’inflexion de la première guerre mondiale se renverse désormais en un dramatique cercle vicieux.

Olivier Frérot

Extrait du livre « Vers une civilisation de la Vie – Entreprendre et coopérer », éditions Chronique sociale, 2019

Réagir
1

Ennéa Almeshin

Ennéa Almeshin est l'avatar féminin de Jean-Louis Tripon. Elle est Pei Jing, Première ministre de la RP de Chine dans le roman ATARAX. Elle prétend venir de la troisième planète invisible de l'étoile Aldébaran dans le Taurus, et que Jean-Louis Tripon est son avatar Frawen favori.

Cet article a 2 commentaires

  1. Emile Thyeff

    Bonsoir Monsieur Frerot
    Quelques questions sur votre texte très intéressant au demeurant.
    La promesse ” féconde” de la modernité a t’elle vraiment enthousiasmé tous nos aïeux ?
    Les aïeux de ceux qui nous gouvernent, certes, et qui convergent comme vous dîtes vers le transhumanisme ou vers toutes les nouvelles technologies, coûteuses en énergie bien qu’elles soient censées nous en faire économiser. Mais les autres, ceux qui depuis des millénaires ” civilisationnels” subissent plus qu’ils ne profitent ?
    Quant à la magnification extrême de la rationalité par le biais de la science mathématique, elle atteint assez vite ses limites, justement parce qu’elle ne prend pas en compte les autres paramètres humains, dont le principal, sans aller jusqu’à la spiritualité ou l’imaginaire, est le simple bon sens.
    Du reste on pourrait dire que la technologie moderne, quand elle est au service de l’imaginaire débridé et narcissique d’un être humain, se révèle souvent comme la pire chose qui puisse arriver , sinon à l’espèce entière, mais tout du moins à ceux qui sont sous la domination féroce de l’imagineur technologique.
    Par contre, il serait bon de vous expliquer sur ce que vous appelez le cercle vertueux qui vit naître cette ” belle civilisation” .

    merci à vous
    une bonne soirée

    Réagir
    1
  2. Jean-Louis Tripon

    Comme il y a des liens aller retour entre cette page et le mur d’Olivier https://www.facebook.com/olivier.frerot qui m’a autorisé à publier son article ici, en remontant et en redescendant les liens, j’ai collé ton commentaire en commentaire de sa publication sur son mur (lui-même un collage d’un texte de son site). On verra bien s’il te répond, ici ou la-bas, et si là-bas, je te promets de te redescendre sa réponse ici.

    Réagir
    1

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier