Ne cherchez plus à convaincre, enseignez à penser !
carte mentale en arborescence étoilée

Ne cherchez plus à convaincre, enseignez à penser !

136. NE CHERCHEZ PLUS A CONVAINCRE, ENSEIGNEZ A PENSER
Vouloir convaincre plus con que soi est une sottise car celui-ci ne pourra pas vous comprendre, vouloir convaincre moins con que soi est une sottise car celui-là rira de votre incompétence. Alors cessez de vouloir convaincre les autres pour rassurer vos convictions branlantes, et commencez à apprendre à penser comme il faut.
Presque toutes les cartes heuristiques ou mentales que vous rencontrez, comme celle qui sert d’image et d’exemple à cet article, sont en étoile, c’est à dire constituées de brins linéaires en arborescence rattachés à un centre. Elles démontrent que ceux et celles qui ont dessiné ces cartes pensent en linéaire verbal, et non en holistique global infralinguistique non verbal. Ces personnes ne savent pas penser comme il faut, et le caractère insoluble des problèmes qu’il rencontrent tient davantage à leur manières et à leurs structures de penser (infinitif car c’est un faire dont témoignent des résultats : les pensées), qu’au caractère paradoxal des problèmes à traiter. Un penseur holistique détecte immédiatement le caractère linéaire et contraint par la syntaxe, du langage vernaculaire, de la pensée d’autrui, et la classe en formes primitives impropres à un échange entre interlocuteurs valables.
Ne cherchez plus à convaincre, c’est inutile, enseignez à penser comme il faut. Cependant, penser n’est pas appliquer des méthodes de résolution comme en mathématiques. Penser en holistique non verbal, réclame de passer de la modalité de conceptualisation imaginaire à la modalité de perceptualisation sensible. La cohérence globale et l’harmonique des relations de tous les nombreux paramètres de la pensée holistique sont assurés par la modalité de gestion du sens de notre fonction analytique. La seule chose à faire pour mieux penser, n’est donc pas d’étudier la scolastique et la rhétorique, qui enferment l’esprit dans des formes inappropriées, mais d’évoluer mentalement des modalités de savoir conceptuel aux modalités de faire sensible.

carte mentale en arborescence étoilée
Réagir
3

Ennéa Almeshin

Ennéa Almeshin est l'avatar féminin de Jean-Louis Tripon. Elle est Pei Jing, Première ministre de la RP de Chine dans le roman ATARAX. Elle prétend venir de la troisième planète invisible de l'étoile Aldébaran dans le Taurus, et que Jean-Louis Tripon est son avatar Frawen favori.

Cet article a 2 commentaires

  1. Sylvain Chiron

    Convaincre, selon moi, c’est justement pousser à penser, c’est forcer l’autre à construire une opinion cohérente qui, si l’on s’est bien débrouillé, sera la même que la nôtre ! Parfois, on peut convaincre sans être convaincu·e soi-même, ou encore, on pouvait croire fermement en une idée et apprendre de la lucidité d’autrui que l’on avait omis un paramètre ! Je ne dirais pas qu’il faut renoncer à essayer de convaincre, mais il y a des bonnes et des mauvaises manières de le faire.

    Personnellement, je fais constamment attention à bien montrer aux gens que je leur laisse la liberté de me contredire, d’appréhender des arguments contraires à mes idées. J’ai souvent pu avoir l’impression que ça les dérange ! Souvent, les gens apprécient l’autorité, ils apprécient qu’une personne se sente sure d’elle et prenne ainsi la responsabilité de gérer certaines choses ; mais une fois qu’elle a échoué à répondre de ses engagements implicites, malheureusement, elle est généralement bien assez maligne pour s’en décharger. Ou parfois, ils voient ça comme le moyen de développer une relation, c’est un contrat : « Moi, je te crois là-dessus, et toi, tu me croiras là-dessus. » Il faudrait que chacun puisse imposer ses idées dans un certain domaine. C’est dramatique ! C’est impossible de discuter, il est impossible d’avoir le moindre débat sérieux dans notre société ! Les gens se vexent ! Ils s’en foutent ! Quelle est la conséquence de mon attitude montrant que je laisse aux gens leur libre arbitre malgré mes idées ? Ils me méprisent ! Ils se disent que j’ai forcément tort ! Mais non ! Une grande base de la raison, c’est de savoir douter de soi, c’est de comprendre qu’un nouveau paramètre peut toujours venir nous contredire ! Ceux qui imposent leurs idées sont des crétins, et ceux qui se laissent imposer des idées aussi ! Chacun·e a ses problèmes de famille ; c’est souvent là qu’on prend l’habitude d’accepter l’autorité à défaut de pouvoir la combattre… Eh bien c’est bon, vous êtes libres, maintenant ! Alors révoltez-vous !

    Ennéa/Jean-Louis, je trouve que tu as un vocabulaire qui est très classe, même s’il faut un certain effort pour l’appréhender. À ta place, j’illustrerais ces expressions avec des schémas ; ça leur donnerait un corps et les rendrait plus tangibles. À défaut, on a tendance à faire l’impasse sur la compréhension de ces expressions, en se disant : « Oh, ça y est, il est dans son délire, c’est trop bizarre, je saute ! » Du moins, moi, c’est mon réflexe.

    Réagir

Laisser un commentaire

Article suivantRead more articles