Notre système émotionnel

Notre système émotionnel

92. NOTRE SYSTÈME ÉMOTIONNEL
Le système émotionnel est un organe de contrôle automatique de notre fonction analytique 2 sur la liberté sans limite de notre fonction volontaire 7. Selon les circonstances, l’analytique envoie des signaux déclencheurs non conscients différents vers la pathologique 3, la fonction source des émotions, qui réagit en produisant ses p 3, qui inhibent la fonction volontaire et déstabilisent la concentration 6. Dans cet état notre direction volontaire perd une grande partie de la subtilité de ses moyens et a tendance à agir par des comportements instinctifs ou de la prostration. Le cube émotionnel montre que ces produits sont très structurés. De toutes nos fonctions mentales, la pathologique est celle qui mobilise le plus d’énergie p8. La puissance d’une émotion réside dans la quantité d’énergie mentale qui lui est associée. La pathologique peut les projeter en conscience et les associer aux émergences de nos fonctions mentales, son pouvoir opératif est donc à la fois intégratif des événements et associatif. Ces émotions traversent l’interface Physique/Mental comme des instructions prioritaires données au cerveau qui réagit en produisant des hormones et en générant du stress dans notre corps, que nous ressentons en retour dans notre image kinesthésique.
L’absence d’émotion de l’état ataraxique n’est pas la conséquence d’une discipline, mais la résultante d’une réforme des structures de ce système émotionnel par la fonction analytique, qui va de pair avec une nouvelle cohérence globale harmonique de nos synergies mentales, qui remplace et ne rend donc plus nécessaire ce contrôle de notre fonction volontaire. C’est un nouvel équilibre qui s’installe entre notre mental et notre cerveau, qui ne va plus réagir biologiquement de la même manière, et de ce fait la perception kinesthésique de notre corps en l’absence de stress change, nous avons l’impression d’être plus légers en toutes circonstances.

Réagir
1

Jean-Louis Tripon

Ingénieur géomètre INSA Strasbourg, Chercheur théoricien en sciences mentales, Créateur de la méthode DMS, Président fondateur de l'AFDMS. Directeur du social networking service Sic Itur

Cet article a 1 commentaire

  1. Jean-Louis Tripon

    Il existe des êtres ataraxiques qui ne souffrent d’aucune émotion, d’aucun trouble ni d’aucun stress, et qui vivent dans la félicité de leur harmonie permanente. Le système émotionnel est un organe de contrôle mental automatique de notre fonction volontaire (siège du sentiment égotique du soi). Le cœur n’est qu’une image poétique, ce n’est qu’un organe biologique. Cependant la poitrine est bien le siège du stress physique des émotions positives telles que l’amour, l’espoir et la joie, mais leur origine est ailleurs, pas non plus dans le cerveau comment l’affirment les neuro-scientifiques matérialistes cognitivistes, mais dans notre entité mentale non cérébrale, que certain nomment : notre âme, et d’autres notre esprit, notre conscience, ou encore notre mental.

    Réagir
    1

Laisser un commentaire

Article suivantRead more articles