Phytothérapie – Les différentes parties de la plante

Phytothérapie – Les différentes parties de la plante

Les plantes sont composées de différentes parties : la racine, la tige, les feuilles, les fleurs et les fruits et graines. Chacune de ces composantes renferme un ou plusieurs principes actifs, qui selon l’emplacement dans la plante peut être différent; Il est donc utile de connaître ces différentes parties pour comprendre pourquoi nous allons utiliser par exemple la race, la graine ou la feuille d’une même plante pour des usages différents. Il est bon de noter que lorsque certaines parties de la plante contiennent un poison, il n’est pas rare qu’un autre organe de la même plante contienne le contrepoison.

La racine

C’est la partie souterraine de la plante, elle assure son emprise dans le sol et par là même sa stabilité. Elle participe également à la nourriture du végétal en puisant dans la terre l’eau et les nutriments nécessaires à la vie. Enfin, certaines racines servent également de lieu de stockage de cette nourriture.
Elle est suivant le cas, la partie active ou la plus toxique de la plante. Nous allons découvrir les différents types de racines.

Le système pivotant

Il s’agit d’une racine droite qui émet des racines secondaires, il existe deux sortes de racines de ce type.
1 – Racine pivotante, dont la racine droite est la plus importante et se distingue nettement des racines secondaires. Elle apparaît comme un pivot. Les racines secondaires pour leur part émettent des radicelles.
2 – Racine pivotante tubéreuse ou tuberculeuse qui présente des renflements remplis de substances nutritives : exemples : le radis ou la carotte.

Le système fasciculé ou fibreux

Nous sommes en présence d’un ensemble de racine partant du collet et réparties en faisceaux. Là encore, nous trouverons deux types :

1 – Celles des graminées qui forment un entonnoir retourné à partir du collet de la plante : Exemples : le millet et le blé
2 – De même type que les précédentes mais qui forment des tubercules stockant les réserves de nutriment : Exemples : la ficaire et l’orchis.

Les racines adventives

Ce sont des racines qui se développent directement sur une tige souterraine ou aérienne comme dans le cas d’une bouture au lieu de se développer dans le prolongement, ou sur une autre racine comme les systèmes précédents.

La tige

La tige se définira comme le support direct des feuilles. Elle renferme les vaisseaux de conduction, principalement représenté par un canal central à travers lequel circule la sève. Nous l’avons vu il en existe deux types bien distincts, l’aérienne et la souterraine.

La tige aérienne

Ce type de tige est en fait le prolongement de la racine au-dessus du collet. Il existe plusieurs modèles de tiges aériennes ; la tige des herbacées, souple, fragile et éphémère comme celle du blé ou du maïs, ou ligneuse, c’est à dire raide, solide et pérenne comme celle des arbres. Nous trouverons également des tiges grimpantes qui se rattacheront à leur support par des vrilles ou pampres (vignes) ou des crampons (lierre grimpant), ou enfin par les pétioles de la feuille comme la clématite des haies.

Nous aurons ensuite les tiges volubiles qui s’enroulent autour de leur support (chèvrefeuille) et la tige rampante, également appelée stolon, qui court sur le sol, et s’enracine régulièrement pour refaire des feuilles comme le fraisier, la violette ou la bugle rampante.

La tige souterraine

Les rhizomes sont horizontaux ou obliques et émettent chaque année une nouvelle tiges à une extrémité tandis qu’à l’autre la tige de l’année précédente se détruit. Ce sont des tubercules ou des bulbes. Elles possèdent les caractéristiques suivantes :
– Elle rampe sous le sol
– On peut voir sur le rhizome les cicatrices de l’année précédente ainsi que le bourgeon de l’année suivante.
– Les tubercules portent des écailles qui ne sont pas des racines mais des feuilles en formation (la pomme-de-terre).

La feuille

Nous sommes en présence d’un organe appendiculaire produit par une expansion latérale de la pousse. Intimement liée à la tige au niveau du noeud, c’est l’élément essentiel de toutes les plantes dites autonomes. Grâce au pigment vert de la chlorophylle elle capte les radiations rouges du spectre solaire. Elle accumule l’énergie pour réaliser la synthèse des hydrates de carbone ou glucide, puis des protides et des lipides. C’est ce que l’on appelle la photosynthèse.

Les principes actifs de nombreuses plantes médicinales sont fabriqués par les feuilles. Toutes les autres parties vertes de la plante : tige, graines, stipules, bractées, participent à cette fonction primordiale dites foliaire mais dans une moindre proportion.

La fleur merveilleuse architecture

Il existe plusieurs types de fleurs, régulière, irrégulière. Une fleur complète comprend : le périanthe formé du calice et de la corolle, l’androcée ou ensemble des étamines et le gynécée ou pistil composé du stigmate, du style et de l’ovaire.

Le calice

C’est l’enveloppe la plus externe de la fleur, il est formé d’un ou plusieurs sépales, le plus fréquemment de couleur verte et quelquefois doublé d’un calicule. Le lys blanc possède des sépales de la même couleur que les pétales, on parlera de sépales pétaloïdes.

La corolle

C’est l’enveloppe interne de la fleur, qui est composée de l’ensemble des pétales. Son rôle est important. En effet, la coloration des pétales, leur parfum ainsi que le sucre des nectaires situés à la base de chaque pétale attirent les insectes pollinisateurs qui facilitent la fécondation.

Le fruit

Le fruit est le résultat final d’un ovaire fécondé, il contient les ovules devenus graines et qui sont capables de germer. Il existe trois catégories de fruits : les fruits charnus, les fruits secs et les fruits multiples ou composés;

Les fruits charnus

Ce sont ceux que nous connaissons généralement le mieux. Les graines sont noyées dans une pulpe juteuse entourée d’une peau plus ou moins souple et plus ou moins épaisse. Nous trouverons dans cette catégorie les fruits à noyaux : pêche, abricot, liche, etc… et les fruits à pépins : pommes, poires et agrumes.

Les fruits secs

Cette catégorie comprend deux types de sujet :
– Les fruits secs indéhiscent : qui ne s’ouvrent pas pour libérer la ou les graines
– Les fruits secs déhiscent qui s’ouvrent spontanément pour libérer les graines.

Les fruits multiples ou composés

Il s’agit d’une catégorie un peu particulière. Pour les multiples ils proviennent de fleurs à carpelles libres devenant autant de fruits secs ou charnus portés par un réceptacle. C’est le cas pour la framboise mais également pour la fraise.

Les composés proviennent d’une inflorescence compacte, nous trouverons le mûrier noir, l’ananas qui sont en réalité un regroupement de plusieurs fruits soudés les uns aux autres et à leurs bractées, la figue dont le réceptacle charnu est tapissé de graines.

Réagir
3

Jean-Claude Thimoleon

Thérapeute depuis plus de trente ans et fondateur du Collège Francophone de Médecines Quantique et Alternatives, créateur de la technique du Toucher Quantique, j'enseigne la Médecine Vibratoire, la Phytothérapie et l'Aromathérapie, le Reiki et depuis peu le DMS après avoir reçu le master DMS.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier