Réponse aux spirites
Le pont infini au dessus du vide, symbole de l'évolution mentale

Réponse aux spirites

Les EMI ne nous apprennent rien d’un au delà, car ce sont des rêves programmés pour passer ce cap, sinon que le cerveau est dans un tel état de capilotade en hypoxie et dans une phase végétative, qu’il est incapable de les produire. Enfin une EMI peut durer des heures au delà de la mort clinique cérébrale EEG plat, en cas de crise cardiaque. Nous avons là un faisceau de preuves de l’indépendance de notre nature mentale (qui vous nommez Esprit) du corps physique. Cependant, nous sommes des être mentaux et non des êtres physiques, et nous nous détachons de lui sans souffrance (dissociation de la fonction motrice). Cela arrive lors des OBE (out of body experience), des EMI, des “voyages chamanique”, de sommeil de type “lucide”. La souffrance ne peut être que psychique, et la “rentrée” peut être douloureuse en cas de paralysie du sommeil
Donc le détachement mental/physique se produit avant la mort physique (pour nous éviter de souffrir physiquement). Les expériences collectives de J -J Charbonnier rejoignent celles d’Allan Kardec = c’est de l’hypnose plus ou moins profonde dirigée, c’est à dire des images suggérées par le praticien. Le chamanisme et le channeling évoquent également des esprits dans le cadre de doctrines théologiques qui ont largement démontrées leurs incohérences cognitives (fin du monde, missions angéliques et sataniques, un bel exemple de charlatanisme). Nous ne disposons donc d’aucun élément tangible de nature à présupposer ce qui pourrait advenir au delà de quelques heures après la mort physique du cerveau.
Les théories impliquant réincarnation, karma, maisons divines, sont très peu probables, d’autant plus que les divinités associées sont des mythes et non des réalités (notre univers étant le produit d’un système métaphysique sans volonté et sans intention, et non d’un dieu personnel). Le plus probable étant une source mentale impersonnelle de toutes ces entités mentales, aussi bien animales qu’humaines, car nous sommes des animaux comme les autres face à cette échéance mortelle, réintégrée peu de temps après la transition. Il y aurait donc alors une expérience de perte du sentiment du soi et une vacuité totale, que des expériences mystiques nous affirment comme un phénomène très éprouvant pour l’être qui les subit. Il est peu probable que cette source mère soit consciente, cette transition équivaudrait donc à une disparition mentale dans l’inconscience. Le survivalisme de la substance non physique de notre être, n’implique donc pas nécessairement la survie de notre entité psychique individuelle. 
Question en suspend sans réponse : Peut-il y avoir des exceptions ? C’est-à-dire des êtres suffisamment structurés mentalement pour que leur réintégration dans cette source collective ne soit plus possible, ce qui ouvre la voie aux œuvres de science-fiction.

Réagir
1

Jean-Louis Tripon

Ingénieur géomètre INSA Strasbourg, Chercheur théoricien en sciences mentales, Créateur de la méthode DMS, Président fondateur de l'AFDMS. Directeur du social networking service Sic Itur

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier