Sottise de la foi et avidité du profit

Sottise de la foi et avidité du profit

Madame Agnès Langevine est une prédicatrice de la religion éolique

La foi religieuse n’exclue pas la sottise, l’inconscience, les sophismes et l’avidité du gain

Tout d’abord, c’est promouvoir les éoliennes qui est irresponsable, Madame Agnès Languevine. Ces machines produisant moins d’énergie qu’elles ont coûté à construire, transporter, mettre en place et entretenir. Dire que cette énergie est renouvelable est une vue de l’esprit, puisqu’il faut de l’énergie fossile (souvent du charbon chinois) pour les produire, et que leur rendement est trop mauvais pour que nous puissions envisager de les produire à partir de la seule énergie éolienne.
Vous semblez ignorer que la ressource du vent est intermittente, qu’il faut des centrales à charbon ou à gaz de même puissance installée pour y palier, que par sécurité ces machines doivent être mises en berne à partir d’un vent de 90 km/h, et que dans notre beau pays catalan, la tramontane souffle le plus souvent au delà et jusqu’à 130 km/h, donc qu’elles sont inappropriées à nos vents.
Comme tous les zélotes, vous faites preuve d’inconscience des nuisances de ces machines pour l’environnement, l’économie locale, l’agriculture et le tourisme, la santé du bétail et enfin la santé humaine.
En accusant les anti-éoliens d’être des pro-nucléaires et en jouant sur la peur des armes atomiques pour enfoncer le clou, vous faites preuve de sophisme, de mauvaise foi assumée pour la propagande de votre parti EELV, et de malhonnêteté intellectuelle.
Et enfin, vous faites le jeu des financiers internationaux qui se gavent de profits, grâce à l’aubaine des subventions et du différentiel des coûts entre l’énergie produite, l’énergie racheté par EDF grâce à la taxe CSPE, et l’énergie revendue à ses clients.

Raison financière contre raison énergétique

Tous les ingénieurs énergéticiens, comme Jean-Marc Jancovici vous le diront, pour comparer les productions d’énergies alternatives, il faut raisonner en énergie et non en coût financier, car à la base de toute production, il y a de l’énergie fossile. C’est à dire comparer la quantité d’énergie nécessaire à les installer et les entretenir en France, à la quantité d’électricité qu’elles peuvent produire au cours des vingt années de leur service utile (Comme toutes les turbines aérauliques ou hydrauliques, elles ont une une durée de vie relativement courte). Et non pas comparer les coûts d’établissement de leur construction en Chine (avec des problèmes de pollution à cause de terres rares nécessaires d’une grande toxicité, la Chine est devenue le principal constructeur de ces machines) avec des bas salaires et des centrales thermiques à charbon hors des normes européennes, au prix de revient de l’énergie qu’elles produisent, et plus encore de son rachat subventionné par EDF. La pollution en Chine, on s’en moque, ce n’est pas chez nous, bien que ce soit globalement notre même terre qui la supporte.

De plus, il faut savoir que du fait de l’intermittence du vent, leur facteur de charge (rendement moyen annuel de la puissance installée) ne dépasse guère 20% pour l’éolien terrestre. Donc que leur mise en service nécessite de construire des centrales thermiques de même puissance installée pour pallier à leur inactivité faute de vent, dont le coût n’est pas pris en compte dans le calcul de leur rentabilité financière. Ce sont des centrales à charbon ou à gaz, qui font que l’Allemagne est devenue le plus grand pollueur et émetteur de CO2 d’Europe, et qu’elle fait depuis 2019 marche arrière après avoir dépensé 500 milliard d’euros dans cette énergie en définitive polluante. L’éolien fait l’objet de grands débats en Allemagne et de nombreux recours devant les tribunaux. D’ailleurs, Markus Söder, le chancelier de Bavière, vient de demander la suspension des surtaxes sur l’électricité le 19 mars 2020.

Enfin, que si le prix du Mégawatt/heure thermique varie entre 40€ et 45€, Edf est obligé de racheter 83€ le Mw/h éolien terrestre et 175€ le Mw/h éolien en mer (pour l’année 2017). Soit 100 milliards d’euros de subventions en 20 ans en France, couverts par la taxe de contribution CSPE prélevée sur les consommateurs.
Cette industrie ne peut pas survivre sans une masse de subventions exorbitantes, ce qui la condamne à disparaître à terme.

Inconscience et minoration des nuisances écologiques et économiques

Les prédicateurs éoliens oublient de mentionner des évidences fâcheuses :

Une éolienne est un engin de mort pour les oiseaux, des espèces protégées de grande et de petite taille, et pour les chauves-souris en voie de disparition. Le mouvement rotatif de ces engins crée dans l’espace de sa proximité une dépression d’air qui étourdit la sensibilité de ces volatiles avant que leurs pales ne les hachent, les empêchant de les éviter, en dépit de ce que prétendent les promoteurs de ces machines, ainsi que le montrent de nombreuses photos et vidéos, et les ramassages à terre des cadavres.

Une éolienne va réduire la valeur des biens immobiliers qui pâtissent de ses nuisances visuelles, sonores et infrasonores, jusqu’à 30% et plus, tout dépendant de sa proximité. Au delà des nuisances visuelles qu’elles entraînent sur les paysages, elles affectent évidemment l’attrait touristique des régions où elles sont implantées, avec des conséquence économiques fâcheuses que chacun peut aisément comprendre.

L’installation d’un aérogénérateur de 200 mètres nécessite une fondation de 1500 tonnes de béton armé sur 200 m2 de surface. Les pales en matériaux composites de fibres de verre, de carbone et de résines, ainsi que les terres rares contenues dans leur équipement électroniques sont difficiles à recycler. Ce qui fait que leur démantèlement est très coûteux, qu’il s’élève à plusieurs centaines de milliers d’euros, et que cela incite les promoteurs à les abandonner sur place en fin de vie aux propriétaires des terrains loués pour les exploiter.

Compte tenu des facteurs de nuisance et de leur rendement énergétique global négatif, les éoliennes ne peuvent devenir à terme qu’un symbole de structure anti écologique, ainsi que le dit Fabien Bouglé dans son livre : Éoliennes, la face noire de la transition écologique.

Sophismes de la religion éolique contre les sophismes de la religion nucléaire

Deux religions sont face à face, deux impostures, et comme toutes les religions, il y a beaucoup d’argent en jeu et on vous dit pas tout. Et pour nous pauvre athées en cette matière, dindons de cette farce sinistre, il ne nous reste que les yeux pour pleurer.
Soyons clair : Les anti-éoliens ne sont pas nécessairement des pro-nucléaires, comme l’affirme Madame Agnès Languevine pour les diaboliser. Personnellement, je ne suis pas Jean-Marc Jancivici dans son soutien à la filière nucléaire malgré des prix de revient du Mw/h de l’ordre de 55€ après mise aux normes post Fukushima et les investissements nécessaires à faire passer la durée moyenne de vie des centrales de 40 à 60 ans. Je préconise davantage des économies d’énergie et le passage à un modèle d’économie “en décroissance” du fait du problème quasi insoluble des déchets et du démantèlement des centrales (estimé à un milliard d’euros pour un réacteur de 900 MW), qui ne sont pas plus pris en compte que le démantèlement d’une éolienne de 200 m (estimé à cinq cent mille euros).

La thèse des éoliennes est non seulement une pseudo science au service des profits de financiers internationaux, mais par son caractère irrationnel, s”appuyant sur des méthodes émotionnelles et la peur du nucléaire militaire, elle est clairement devenue une religion messianique éolique affirmant péremptoirement : “Nous vous sauverons tous chers frères et sœurs”, en dépit de toute raison. Et comme toutes les religions, elle suscite des réactions de colère et de haine chez ceux dont les convictions intimes ne peuvent pas supporter qu’on puisse penser autrement qu’eux-mêmes. Combattre cette idéologie politique pseudo écologique, devenue sectaire, qui a réussit à influencer l’esprit de nombreux citoyens, est d’autant plus difficile.

Le principal : la santé du bétail et des hommes

La portée de la toxicité des infrasons des machines de 220 mètres (pales comprises) actuelles, est de l’ordre de 10 kilomètres. Dans ce rayon le bétail meurt et les hommes sont malades. Ce qui signifie qu’il faudrait établir un périmètre de protection sanitaire autour de chaque éolienne de l’ordre de Pi.R2 = 314 km2, l’achat des terres stériles étant à charge du promoteur. Ce qui au prix moyen de l’hectare agricole en France de 6 000 € (qui varie de 2 500 €/ha pour le Jura à 15 000 €/ha pour le Vaucluse) change considérablement la donne ! Soit 600 000 € pour un km2 (égal à 100 hectares) et donc 188,4 millions d’euro par éolienne, même si on peut réduire ce coût au dixième en plaçant dix machines au kilomètre carré.
Or, 314 km2, c’est aussi trois fois la superficie de la ville de Paris (105,4 km2), et comme nous sommes dans un territoire relativement dense, même au fond de nos campagnes, ils ne se trouve pratiquement pas de lieu en France pour implanter des éoliennes terrestres. Il faudrait donc les réserver pour les déserts secs ou glacés des tropiques et des cercles polaires, vides d’hommes.

Malgré les milliers de témoignages des souffrances des hommes vivant à proximité des éoliennes et victimes des infrasons qu’elle produisent, les experts de cette industrie sont toujours dans le déni de leur toxicité pour la santé humaine, et estiment qu’il ne s’agit que de nocebo, c’est à dire d’illusions conséquences d’une croyance malsaine. Cependant, et jusqu’à preuve du contraire, les bovins ne possèdent pas ce genre de croyance humaine et pourtant, les vaches meurent. Par ailleurs, ce terme de nocebo est inapproprié, car il s’applique au cas de déni d’une foi en la puissance positive d’une action, alors qu’ici, il s’agirait plutôt d’un placebo négatif, c’est à dire la foi en la puissance négative d’une action (ici, dans l’exposition aux infrasons), dont la réalité serait à démontrer scientifiquement. Enfin, et quelque en soit la cause, c’est un ressenti subjectif collectif, propre à des communautés humaines qui les subissent, et qui deviennent ainsi des faits objectifs qui réclament des soins, et qu’on aurait tort de négliger, par principe de précaution.

Ces symptômes de souffrance consistent en des réactions de fatigue, de stress, d’irritation, d’asthénie, des maux de tête, des troubles du sommeil, des troubles de la vigilance ou de l’équilibre et des nausées du type “mal de mer”. Il ont été décrits par de nombreux riverains des grandes éoliennes. Ils peuvent impliquer des crises d’épilepsie, des dépressions et même provoquer des suicides chez les personnes les plus sensibles. Il ont été recensés par l’Académie de médecine dans un rapport publié en juillet 2017. Ces symptômes pourraient être dus à la mise en vibration de certains organes internes tels que le cerveau, les globes oculaires, les systèmes digestifs, cardio-vasculaires et respiratoires, par les infrasons. Nous pourrions aussi invoquer une action possible sur les neurotransmetteurs, l’effet stroboscopique lié à l’ombre portée des pales sur les maisons, et la fatigue cérébrale par le phénomène de l’impact d’un son faible mais permanent comme celui de la goutte d’eau.

Extrait de Wikipedia : Le docteur Vladimir Gavreau, scientifique français du Laboratoire d’électro-acoustique de Marseille, ayant travaillé sur les effets des infrasons dans les années 1960, se rend compte fin 1963 que les chercheurs de son équipe sont sujets à des nausées et des maux de tête violents et inexplicables. Après des investigations poussées, Ils finissent par découvrir qu’un ventilateur à cadence lente en était la cause : une machine encastrée dans un conduit d’aération amplificateur d’ondes émettant un son à une fréquence de 7 Hz (génératrice d’ondes cérébrales alpha) fut découverte dans l’un des bâtiments d’une nouvelle usine implantée à 100 mètres de distance de leur laboratoire. Ce son devenait insupportable bien qu’inaudible. L’hypothèse de la nocivité de certains infrasons pour l’homme est périodiquement mise en débat dans les médias.
Certains lieux réputés “hantés” par des esprits seraient en fait des endroits où des infrasons seraient amplifiés par des conduits d’aération. D’anciens bureaux désaffectés ont montré l’effet des infrasons sur l’homme, du type “syndrome du bâtiment malsain” : le taux de suicide des salariés qui travaillaient dans ces bureaux était anormalement élevé ; le personnel y était sujet à des dépressions, des nausées et des maux de tête. Dans ce cas, la cause s’est avérée être des infrasons émis par le système de ventilation d’un tunnel autoroutier proche.

Extrait du discours du sénateur Madigan prononcé le 17 mars 2014 devant le sénat Australien : Il est désormais de notoriété publique que de nombreux riverains du parc éolien de Macarthur de l’entreprise AGL ont été gravement affectés dans leur santé et ont été régulièrement perturbés dans leur sommeil, et ce depuis le démarrage de seulement 15 des 140 éoliennes prévues au début du mois d’Octobre 2012.
En 2013, alors que cela ne faisait même pas un an que les éoliennes étaient en activité, une enquête sanitaire préliminaire a été menée, de façon anonyme, dans ce district, et les résultats sont stupéfiants. 23 familles environ ont répondu à cette enquête. Il en est ressorti qu’environ 66 personnes dans un rayon de 8 kilomètres souffraient déjà des effets néfastes des éoliennes. Une fois de plus, AGL a complètement nié toute responsabilité. Il est à la fois extraordinaire et édifiant de voir que tant de familles qui ont vécu dans ce district heureuses et en bonne santé pendant 30 à 50 ans se sont toutes mises soudainement à tomber sérieusement malades au moment même où les éoliennes devenaient opérationnelles. Et il est de notoriété publique que, dans le monde entier, des gens vivant en rase campagne ou dans des chefs-lieux ruraux à proximité d’éoliennes souffrent de symptômes similaires.

En Australie, la distance légale entre les éoliennes et les habitations est de 2,5 km. L’OMS préconise une distance d’au moins 3 km.
Le rapport de la Royal Society of Medicine alerte sur le danger des éoliennes jusqu’à une distance de 10 km.
Le Danemak, vient de stopper, mi-mars 2015, son programme éolien, suite à un rapport démontrant les effets des infrasons sur la santé, à plusieurs kilomètres de distance. Ces basses fréquences se propagent à travers tous les obstacles, même les murs en béton.
Jeudi 2 juillet 2015, le gouvernement australien interdit les nouveaux investissements dans les éoliennes : Le Premier ministre libéral australien Tony Abbott a décidé de supprimer les investissements futurs dans le secteur éolien, annoncent dimanche plusieurs médias locaux. Les éoliennes sont désormais interdites en Australie.
Il y a suffisamment de preuves pour classer les basses fréquences et infrasons éoliens comme un problème grave. Les symptômes ressentis dans un périmètre de 10 km et corrélés avec les enregistrements d’infrasons, même en l’absence de tout bruit audible, établissent les faits sanitaires néfastes.

Antoine Waechter, cofondateur du premier mouvement écologiste en France en 1973, dénonce l’imposture de l’éolien terrestre

Références

Le scandale éolien par Antoine Waechter : https://ecologieglobale.blogspot.com/2018/12/le-scandale-eolien.html
Fabien Bouglé, Arrêtez les éoliennes : https://www.youtube.com/watch?v=8vOuGhcR43A
En Allemagne l’éolien traverse un trou d’air : https://www.bfmtv.com/economie/en-allemagne-l-eolien-traverse-un-trou-d-air-1762605.html
Dépôt de bilan dans l’éolien allemand :
https://www.batiactu.com/edito/depot-de-bilan-dans-l-eolien-allemand-37207.php
Markus Söder, Chancelier de Bavière, demande la suspension des surtaxes sur l’électricité :
https://www.pv-magazine.de/2020/03/19/soeder-fordert-aussetzung-von-eeg-umlage-und-stromsteuer/
L’éolien, l’autre élément de la fracture des territoires : https://www.contrepoints.org/2020/02/27/365245-leolien-autre-indicateur-de-la-fracture-des-territoires
4 articles de fond de Jean-Marc Jancovici , membre du haut conseil pour le Climat , sur son site :
https://jancovici.com/transition-energetique/renouvelables/100-renouvelable-pour-pas-plus-cher-fastoche/
https://jancovici.com/transition-energetique/renouvelables/les-energies-renouvelables-cest-juste-de-leolien/
https://jancovici.com/transition-energetique/renouvelables/pourrions-nous-vivre-comme-aujourdhui-avec-juste-des-renouvelables/
https://jancovici.com/transition-energetique/renouvelables/pourrait-on-alimenter-la-france-en-electricite-uniquement-avec-de-leolien/
Les aérogénérateurs industriels :
http://sanglier.villerouge.pagesperso-orange.fr/majeur/attache.html?fbclid=IwAR0b3Rvt4PCEO2FWOVYRvDpW_7z2PeNRabvn04WB1m-uWbPUfawd0cPGGcU
Prix des terres agricoles : https://www.terre-net.fr/actualite-agricole/economie-social/article/le-prix-des-terres-de-grandes-cultures-grimpe-celui-du-foncier-d-elevage-baisse-202-148286.html

Réagir
4

Jean-Louis Tripon

Ingénieur géomètre INSA Strasbourg, Chercheur théoricien en sciences mentales, Créateur de la méthode DMS, Président fondateur de l'AFDMS. Directeur du social networking service Sic Itur

Cet article a 2 commentaires

  1. Emile Thyeff

    PHRASE CLÉ DE L’INTERVIEW :

    “Pour moi, ceux qui sont par principe opposés à l’éolien, sont des pro nucléaires. ”

    On comprend mieux pourquoi tout le monde dans la région la traite d’ apparatchik.
    Aux municipales de Perpignan elle n’a pas fait illusion. Alors certes c’est Alliot RN qui est en tête.
    La virago serait bien capable de nous pondre un sophisme bien fielleux du genre :
    Pour moi, tous les anti éoliens n’ont pas voulu voter pour moi, ils ont donc voté RN …

    Personnellement je proposerais un autre sophisme, en paraphrasant une célèbre réplique d’un non moins célèbre film français des années 60, aussi bancal et pétri de mauvaise foi que les siens :

    ” À EELV on ose tout, c’est comme ça qu’on les reconnaît ! “

    Réagir
    2
  2. Emile Thyeff

    Petite précision à apporter ;

    Chaque parc éolien implanté est automatiquement couplé à une centrale thermique quelque part sur le territoire. Car quand il n’ y a pas assez de vent les éoliennes ne tournent pas, mais aussi quand il y en a trop car au dessus de 90 km/h, le vent est trop puissant et pourrait mettre en danger les turbines qui s’emballeraient.
    Or le réseau électrique doit être en tension constante , donc à chaque coupure sur le réseau éolien il faut une énergie d’appoint rapide à mettre en action pour soutenir l ‘intensité du courant dans les câbles d’où la centrale thermique, à pétrole ou à gaz …
    Ceci explique pourquoi de grosses compagnies pétrolières investissent aussi dans l’éolien, sûres de gagner sur les deux tableaux, alors qu’on pourrait penser que ces deux énergies sont antagonistes, comme ces fielleux d’ EELV n’arrêtent pas de rappeler pour vendre leur soupe “transition écologique et énergie propre et verte ”

    C’est aussi la raison pour laquelle l’éolien est en faillite en Allemagne, alors qu’il y a 20 ans on nous vantait leur modèle énergétique d’avenir, qui faisait baver d’envie tous les verdaillons français et qui continue de les hypnotiser alors qu’il est mort et enterré.
    Tout simplement parce que, pour résoudre le problème de couplage avec de l’énergie fossile, les Allemands durent réouvrir leurs vieilles centrales à charbon et à lignite …
    Résultat des courses, le taux de pollution de l’air bat des records à cause des particules de suie rejetées dans l’air … Les Verts allemands , qui osent un peu moins que leurs homologues franchouilles, ont compris qu’il valait mieux ne plus trop insister.

    Mais comme c’est l’ Allemagne qui commande en Europe et comme il faut sauver la filière éolienne teutonne où de grands groupes y ont laissé des billes, kein problem, on refourgue le merdier à ces crétins de Français, avec leurs fromages, leurs pinards et leurs maires ruraux à la jovialité légendaire et à l’esprit ouvert pour tout ce qui touche à l’avenir du terroir … Pour savoir comment un promoteur éolien s’implante dans une commune rurale, reportez vous à l’article ” prise illégale d’intérêt, section anti éolien )
    Comme de surcroît les Vers franchouilles idolâtrent leurs grands frères allemands, vous comprendrez aisément pourquoi ils se représentent les éoliennes géantes comme des grands cierges pointés vers le grand Dieu Manitou de la planète verte et propre…

    Hihi ! quelle mascarade !

    Réagir
    4

Laisser un commentaire