Stratégie politique 4
Foule au Champ de Mars

Stratégie politique 4

Sujet à débattre (4)
STRATÉGIE POLITIQUE

Une élection c’est un concours littéraire, du théâtre, gouverner c’est la guerre. Pour se faire élire il faut séduire et pas tout dire, parler beaucoup des objectifs et peu des moyens qui seront employés pour les atteindre. Les gens sont maintenant conscients de la situation épouvantable, écologique, économique, sociale, sanitaire et politique, dans laquelle nous nous trouvons. Ils sont prêts à accepter des réformes pour améliorer les choses à condition que cela ne leur coûte rien et ne dérange que les autres. Au delà des constats des Écuries d’Augias sur lesquels insister, il faut leur présenter quelques points consensuels : Une éducation pour former des hommes dans la plénitude de leurs potentiels, des retraites ne lésant personne par le système des points, une simplification des procédures administratives et un meilleur accueil des usagers, une mise en cohérence des différents centres de pouvoir, locaux, régionaux, et préfectoraux, une offre plus saine et moins confusionnelle de la grande distribution par un réexamen des normes, une vie décente pour les artisans et les agriculteurs en privilégiant les organisations locales, des actions pour réduire les nuisances écologiques et préserver la biodiversité, un peu plus de démocratie en recourant à des référendums, une mise en application rapide des lois afin que les gens constatent la liaison des changements positifs dans leur vie quotidienne avec le législatif.
Nous avons affaire à une population composée de 95% d’esprits primitifs aspirant à l’avoir et au pouvoir sur les autres, et à 5% d’esprits plus raffinés privilégiant le savoir et l’être (ces chiffres étant choisis afin que chacun puisse se juger parmi les plus évolués). Nous n’allons donc pas leur enlever le capitalisme, puisqu’une majorité le perçoit comme le moyen d’améliorer sa situation matérielle. Nous n’allons pas dire aux riches que nous allons leur prendre pour donner aux pauvres (personnellement je n’ai rien à reprocher aux riches du moment qu’ils n’empiètent pas sur la liberté des autres et respectent les lois de la cité), mais leur dire qu’il peuvent librement contribuer à des œuvres non lucratives au profit de tous, et puisqu’ils ont en principe plus de temps disponible que les autres, d’être des bénévoles actifs pour améliorer la vie de la cité pour se faire aimer. Maintenant il faudra aussi promettre de mettre les moyens pour réintégrer les territoires perdus de la république, lutter contre les trafics en tous genres, faire respecter les femmes et les enfants en toutes circonstances, Messieurs et les familles, ne vous en déplaise, car ce sont des moyens pour mieux vivre ensemble.

Conseil fédéral Helvétique

DU SYSTÈME POLITIQUE 3

Sujet à débattre (3)
DU SYSTÈME POLITIQUE

La politique, c’est l’art de contraindre les hommes à mieux vivre ensemble, en dépit de ce qu’ils sont, de ce qu’ils croient, et de ce qu’ils désirent. S’il n’y avait pas de menace écologique globale cela ne présenterait guère d’intérêt, mais puisque la menace est là, cela devient un devoir pour certains.

La démocratie représentative est un leurre à partir du moment où elle aboutit à désigner un chef au sommet du pouvoir. Par essence le pouvoir politique est dictatorial parce qu’il dicte les règles de la cité, il est tyrannique parce que souverain et sans partage. Pour éviter le despotisme d’un seul il vaut mieux que le pouvoir soit assuré par une équipe unie de sept à douze personnes partageant le même courant de pensée et les mêmes objectifs. Cette équipe doit diriger des ministres chargés de faire exécuter les directives dans leurs administrations respectives, et être aidée par des experts pour prendre des décisions, elle peut aussi faire appel à des conseils institutionnels, comme en France le Conseil d’Etat, la Cour des Comptes, le Conseil Economique et Social, le Conseil Constitutionnel, et tout autre qu’elle jugera utile.
La validation des lois par un parlement est automatique puisque sa majorité est élue dans le même courant politique, sinon il doit destituer la gouvernance au pouvoir et provoquer de nouvelles élections générales, son rôle est donc moins de voter les lois que de faire des propositions en vue de les améliorer. Il est inutile que le nombre des députés soit supérieur à cent membres pour ce faire. Le recours à des référendums nationaux afin de valider certaines lois, sans être automatique, est de nature à étendre une véritable démocratie.
Une seconde chambre chargée d’examiner les lois sans pouvoir sur les décisions finales n’est qu’un conseil institutionnel, son mode d’élection indirecte est discutable, car elle n’est pas l’expression du peuple mais celui d’une élite politique souvent conservatrice. Il faudrait donc mieux qu’elle soit élue par des mouvements participatifs locaux fédérés, représentatifs de la société civile, et fusionnée avec le Conseil Economique et Social pour ne pas faire double emploi. Le nombre de ses représentants ne devrait pas excéder 500 Membres.
La rémunération de l’ensemble du personnel politique au service de l’Etat reste conforme aux normes en vigueur, décidée par l’équipe au sommet du pouvoir, ne peut pas être votée par ceux qui en bénéficient. Aucun privilège supplémentaire n’a lieu d’être en matière de retraite, de prêts, et divers autres avantages. Aucune allocation spéciale ne peut être attribuée au delà de la période effective de service dans tous les organes et conseils institutionnels de l’Etat.
Les citoyens sont libres d’utiliser leur droit de réunion et d’expression à leur guise, pour créer et animer des clubs, associations, syndicats, partis politiques, groupes d’intérêt économique local et groupes de démocratie participative, et les fédérer. Ils doivent subvenir à leurs besoins et ne rien attendre des collectivités locales et de l’Etat car ceci peut impliquer du clientélisme. A l’inverse, les élus et les collectivités locales ne doivent pas solliciter les entreprises pour des aides, des emplois ou du financement de campagne politique, en contrepartie de l’attribution de marchés publics ou de toute autre faveur, car ceci s’appelle de la corruption. Toute association ou fédération de plus de 50 000 membres désigne un représentant, selon le mode prévu dans ses statuts, pour siéger dans la chambre du Conseil Economique et Social, afin de donner un moyen d’expression national aux mouvements d’initiative populaire et encourager la formation de grandes fédérations citoyennes.

la multitude

PRINCIPES DE GOUVERNANCE 2

Sujet à débattre (2)
PRÉAMBULE
Les défis du monde et les échecs des hommes à les traiter nécessitent une autre vision du politique. Elle comporte une double exigence : donner l’envie à un nombre croissant de personnes de s’impliquer dans la recherche de solutions, et prendre des mesures contraignantes  pour éviter le pire. Elle nécessite d’articuler encouragement à la singularité et meilleure gestion des communs pour respecter les équilibres du vivant.

PRINCIPES DE GOUVERNANCE
Si les problèmes mal réglés du monde nécessitent des systèmes immédiats de contraintes, nous avons besoin d’une sérieuse évolution des mentalités, d’une véritable prise en compte du long terme et de la diversité. L’éducation et la formation doivent être au cœur du projet. Il s’agit de former des hommes à penser et agir comme il faut.

La liberté de la loi de l’offre et de la demande est un leurre, car si l’offre est libre, la demande est manipulée par l’offre, prompte à créer des besoins artificiels par les médias et la publicité. L’offre doit donc être réglementée pour rétablir un équilibre évitant les dérives nuisibles à la population française. Les produits et les services mis sur le marché devront donc prouver leur efficacité, leur caractère inoffensif pour la santé physique et mentale des hommes, et l’absence d’obsolescence programmée.

L’Etat a un rôle de médiateur sur certains registres, comme le code du travail, d’autres où il doit être le garant (indépendance de la justice, fiabilité de l’information, égalité de traitement des retraites, égal accès à la santé pour tous, liberté d’expression des différents courants de pensée). Enfin il dispose des fonctions régaliennes pour assurer la sécurité des territoires et la cohésion des français.

D’une façon générale, l’état doit être un moyen au service des hommes et non pas l’inverse, au service de lui-même, d’hommes politiques ou de puissances économiques. En démocratie le citoyen n’est pas un sujet au bon vouloir léonin d’un prince. Des procédures, des habitudes et des attitudes des administrations françaises, des services publics ou semi publics concédés, monopoles de fait, devront donc être revues dans le respect des citoyens.

Un gouvernement doit encourager une frugalité de consommation, protéger la biodiversité et reconsidérer le rapport des hommes aux animaux d’élevage, pour résoudre les défis écologiques.

L’Union Européenne ne doit pas être un obstacle à la résolution de problèmes sur le territoire national. Le rôle de l’Europe doit être de résoudre des problèmes qui dépassent ce cadre, comme ceux concernant la monnaie commune, la libre circulation des hommes et des biens dans l’espace commun, la sécurité et la protection des frontières européennes, la collaboration des services publics, l’assistance à des populations en danger, la négociation des accords internationaux. Mais en aucun cas de régir les normes des produits et des services vendus ou accessibles en France, la fiscalité, le droit du travail, les codes civil et pénal. L’uniformisation par principe des règles valables au sein d’une nation n’a aucune raison de s’étendre sur l’ensemble des nations de l’UE.

La France doit adopter une attitude de neutralité dans les relations internationales, en particulier ne pas intervenir dans des guerres civiles, n’intervenir que dans le cadre d’accords internationaux, de se contenter de s’occuper du rapatriement de nos ressortissants de territoires devenus dangereux pour eux. Elle veillera d’abord à étendre son influence culturelle, en tentant de promouvoir son exemplarité.

Chutes Sunwapta (Alberta -Canada). Image fétiche de notre parti dans Facebook

PROJET 2O22 (1)

Sujet à débattre (1)
PROJET 2022
Première chose à débattre : choisir le nom du parti politique à créer avec une orientation démocratique, écologique et humaniste. Nous avons choisi à l’unanimité le nom de Fédération des Écologistes Solidaires (F E S).
Vous trouverez les ébauches des textes des principes et du programme que nous avons déjà élaborés dans le Blogger Politique Humaniste (10 sujets à débattre sur la page d’accueil de ce Blogger associé à notre site). 
https://politiquehumaniste.blogspot.com/

Réagir
1

Jean-Louis Tripon

Ingénieur géomètre INSA Strasbourg, Chercheur théoricien en sciences mentales, Créateur de la méthode DMS, Président fondateur de l'AFDMS. Directeur du social networking service Sic Itur

Laisser un commentaire

Article suivantRead more articles