Une révolution mentale

Une révolution mentale


     << Il y a peu d’êtres pensants. Mon ancien disciple couronné me mande qu’il y en a guère qu’un sur mille ; c’est à peu près le nombre de la bonne compagnie ; et s’il y a actuellement un millième d’hommes de raisonnables, cela décuplera dans dix ans. Le monde se déniaise furieusement. Une grande révolution dans les esprits s’annonce de tous côtés. >> Voltaire

De tout temps, les hommes se sont levés contre les systèmes de gouvernances, les empires et idéologies qui ne répondaient plus à leurs aspirations. Lorsque des peuples se sentirent opprimés, ils se rebellèrent contre le système qui leur infligeait cela. Des gourdins, des épées, des fusils, des machettes, des flèches et surtout des martyrs sont le lot de ces bouleversements d’ordres établis souvent sanglant. N’est-ce pas ce que l’on a appelé “révolution ” ? Il y a sans doute eu plusieurs révolutions (révolutions scientifique, révolution philosophique etc… mais celle dont nous parlons ici est celle politique et sociale.   

Les anciens systèmes laissant place à d’autres, les révolutionnaires (acteurs de ces bouleversements) avaient ainsi la chance de refaire ce qui était défait, de parfaire ce qui était à parfaire, et surtout de créer ce qui était à créer. Belle occasion de renaissance, un nouveau départ, sur des bases censés être meilleures que les anciennes. Seulement, l’histoire des révolutions nous apprend que, aussitôt qu’un système jugé corrompu et nuisible était renversé, il revenait souvent au galop habillé sous de nouvelles apparence plus subtil que jamais. Cela se produit à mesure que la conscience vigilante du peuple s’endort bercé par l’illusion entretenue par quelques vicieux que : ” plus jamais le système renversé ne réapparaîtra. Or à chaque fois, le défunt système revient sous de nouvelles apparences.  

Cet état de chose amène à se questionner sur l’efficacité des révolutions et la façon dont elles sont menées. À notre sens, la révolution politique est à repenser car elle se trompe lourdement de cible. Elle frappe sur les symptômes et non les causes. Jusqu’ici, toutes les révolutions politiques se sont presque toujours attaqué aux pouvoirs, aux institutions et aux hommes qui prônent une certaine idéologie. Bref, leurs actions ont tout le temps portées sur le physique ou les éléments matériels de la société (institutions, gouvernants, des classes). Certaines de ces révolutions ont obtenues des résultats concrets, mais non durable et à quel prix encore ? : de nombreuses pertes en vie humaine. Mais peut-on se permettre de défendre l’humaine condition par des tuerie, au nom des concepts comme celui de la liberté par exemple ? Et si les systèmes renversés par elles ne reviennent pas parfois très vite au galop, c’est plus par la peur que par une volonté et un changement de mentalité, mais pour combien de temps encore ?

Combat-on un fantôme avec des fusils ou des dynamites ?  Or, c’est justement ce que cherchent à faire les révolutions matérialistes : abattre, faire disparaître les dictatures, les monarchies etc., par des moyens physiques ! Or, la source de ces choses n’est point physique mais mentale ! Toute révolution qui chercherait à renverser un système corrompu et malsain par des moyens physiques ne fait que donner des coups d’épée dans le vide.  Or, tout esprit attentif et sérieux n’aura aucune peine à voir que c’est dans l’esprit des hommes que naissent toutes pensées ou idéologies qui influencent notre monde. La primauté du mental sur le physique n’étant plus à démontrer (des expériences existent qui le prouvent) c’est donc dans le mental humain qu’il faut chercher à opérer une révolution et non le contraire.  En mépris de la nature mentale de l’humain, l’on a cherché à lui inculquer des pensées, des idéologies, au lieu de lui apprendre à penser comme il faut. Voilà où il faut frapper. Et si au lieu de continuer à tuer et être prêt à être tué au nom de la liberté, de continuer à assassiner au nom de la patrie, on commençait à désherber les terres vastes et infinies de la mentalité humaine ( véritable matrice de création ) de tous les mauvaises herbes qui y ont poussés ( croyances malsaines , aliénations de toutes sorte etc..) qui sont la base de toute la barbarie que nous voyons dans le monde ?  

On peut dire sans se tromper que la révolution matérialiste, physicaliste a eu largement le temps de faire ses preuves et qu’elle a clairement montré ses limites. Qu’on le veuille ou non, la prochaine révolution sera une ” révolution mentale “. D’où nous vient cette certitude ? Il suffit de consulter l’histoire pour le voir ! Comment des hommes ont ils pu se croire supérieurs à d’autres et ont même commis des atrocités au nom de cette supériorité inventée de toute pièce ? ( nazisme ) . N’est-ce pas par le biais d’une manipulation des mentalités que cela s’est fait ? Le physicalisme n’est pas au service de l’égalité et de la paix car tout son travail consiste à exposer les différences et exalter les rapports de forces. Et puis, à bien y penser , n’est-ce pas seulement sur un plan physique et matériel que les notions et concepts de race, de couleur, de sexe, de nations et de cultures ont un certains sens , un sens malsain évidemment car la toxicité de ces concepts pour la cohésion mondiale n’est plus à démontrer ! Or, si nous considérons la structure mentale humaine, nous remarquons l’égalité véritable car elle est pareille chez tous ! Seulement, tel travaille à son raffinement mental et tel autre non d’où il ressort que nous n’avons pas tous le même niveau d’évolution mentale. Notre ontologie mentale est donc la seule chose qui nous rapproche tous sans barrières aucunes. Toutes différences , et différends qui ont opposés les hommes et les ont conduit à s’entretuer ne sont en fait que des considérations ou représentations d’ordre physique. C’est pourquoi, une révolution mentale s’impose à nous , et l’éducation ou la révolution éducative est le moyen par excellence d’y arriver. 
Par Thibaut A. GBAGUIDI

Esclavage, image thématique de la page économie
Réagir
3

Thibaut A. GBAGUIDI

Nationalité : Béninoise Né le 08 Juillet 1995 Professeur Certifié de Philosophie, Expert mentaliste, Président de DMS-BENIN, Écrivain.

Laisser un commentaire

Article suivantRead more articles