HS. Vers un regroupement
Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé sont les plus gros pollueurs. Le boycott s'impose

HS. Vers un regroupement

Pour une écologie rassembleuse face 

aux menaces planétaires

Rappelons la situation  qui dépasse le cadre national et nécessitera dans les années à venir une bien plus importante collaboration internationale :

extinction  massive de certaines espèces, réduction de la biodiversité, y compris chez les plantes, cycles de l’eau perturbés, plastiques bouffés par les poissons, acidification des océans, réduction des forets primaires,  extractions  minérales et fossiles inconsidérées, réchauffement climatique,  pollutions multiples,  modifications génétiques de l’espèce incontrôlées, déséquilibres  criants de distribution  de l’argent qui circule, prochaine asphyxie du Web par trop grande consommation énergétique, robotisation montante déstabilisante…

Les temps paraissent plus mûrs  pour fonder une véritable alternative.

Pour faire ce peut, il semble impératif de veiller à faire  partager par un nombre maximum de personnes les fondamentaux qui sont la matrice du regroupement.

Puis, sur un socle bien identifié, échanger,pays par pays, région par région, bassin de vie par bassin de vie,  quartier par quartier,  village par ville, bâtiment par bâtiment, pour se mettre d’accord sur nos différents (que seront considérés comme des richesses de diversité plutôt que des obstacles). Enfin élaborerensemble des scénarios du chemin à parcourir pour la prise du pouvoir dans un maximum d’endroits, de répartition des responsabilités et d’évaluation de ce qui réussit et échoue.

Le modèle de croissance infinie faisant l’impasse sur le caractère fini de certaines ressources est obsolète, il faut donc impérativement le remplacer par un modèle de développement le plus respectueux des équilibres fragiles du vivant.Cela suppose de

  1. mailler finement enracinement et cosmopolitisme. 
  2. refuser  massivement les produits nauséabonds de pollution généralisée des gens aux manettes.
  3. fixer les limites de la science et de la technologie, en finançant prioritairement les programmes de recherche écologiques.
  4. veiller à ce que chacun se sente investit d’une mission reconnue le plus possible par les autres. 

La régulation à mettre en place, d’une façon ou d’une autre (c’est à dire soit autoritaire, soit démocratique, ce qui n’aura pas les mêmes impacts)  devrait  en outre ne laisser personne de côté. Cela suppose de mener une « guerre » au mépris, aux généralisations  abusives, aux petits arrangements et cesser de croire que cela va être facile d’imposer à des personnes peu soucieuses de cela de redistribuer leurs richesses. On pourrait imaginer quelques pistes

  1. se mettre d’accord sur les temporalités réalistes.
  2. sortir du « yakafaucon » et de la diabolisation.

Même avec toutes les belles lois du monde, il y aura besoin d’augmenter le niveau de conscience d’un maximum de personnes. Cela suppose de

cesser de croire que seules les lois vont résoudre les problèmes. Pour faire ce peut : monter des programmes de formations à tous les échelons de la société encourageant le devoir et le pouvoir être.

Pour changer de braquet, il y a  donc besoin de changer de logiciel, c’est à dire de vision des choses possibles. 


Nous, citoyens préoccupés par l’avenir de la planète, souhaitons créer une dynamique lors des prochaines municipales législatives  et présidentielles  pour que l’intelligence l’emporte sur la frilosité  et veulerie dominante.

Cela ne se fera pas en déplorant un passé qui nous a conduit à la situation actuelle.

Tout est à reconsidérer, le fonctionnement de la démocratie, la distribution des pouvoirs et des richesses,  les domaines où le vote doit s’imposer, ceux ou le dialogue est prioritaire et ceux ou de nouvelles contraintes doivent être instituées.

Illustrons-le à l’aide d’exemples qui sont là pour indiquer une voie cohérente, sans clore les choses.

La formation des élites est entièrement à revoir. Nous avons besoin avant tout d’architectes sociauxpour orienter la transition écologique, augmenter les potentiels de résiliences  territoriaux,  encourager le cosmopolitisme intelligent, coordonner les élaborations à  court moyen et long terme susceptibles de faire face aux défis précités.

La formation de masseest entièrement à revoir, elle doit veiller en priorité à ce que chacun puisse assurer sa survie, trouve un sens à sa vie et accepte la finitude en régulant la diversité.

La réduction des transports polluantsainsi que la réduction de la consommation énergétique  doit devenir une priorité absolue. On peut imaginer que des millions de citoyens mettent l’argent nécessaire à leur voiture privée dans un pool qui leur fournira la gratuité  des transports communs en échange et la mise à disposition de voitures partagées le cas échéant en dehors des centre villes.

Ledialogue, le partagedoit être encouragé à tous les niveaux de la société.

Les budgets recherches doivent être affectés aux domaines jugés prioritaires, comme  en temps de guerre. Notamment la production d’hydrogène, le solaire biodégradable, la géothermie. Copier le vivant pour créer des boucles comme cycles complet du carbone, améliorer les capacités à mieux bruler les combustibles. En matière de santé les cellules souches et  l’immunothérapie, plus la promotion de l’énergétique chinoise.

L’administration centrale et territoriale devra se mettre au service. 1 million  ( ?) de postes nouveaux pourrons  être crées pour cela.

Les entreprises vertueuses doivent être encouragées, les polluantes progressivement interdites de nuire. Cinq ans maximum  ( ?) sera donné à la grande distribution pour supprimer tous les plastiques et ne vendre que du bio ou de l’agriculture raisonnée.

Le système d’impôts et de distribution sera entièrement revu en fléchant les recettes et dépenses selon les priorité décidées par plus 50 % de la population. 

Création d’ambassadeurs de la planète chargés de réguler les dysfonctionnements, assermentés, ayant des pouvoirs étendus pour distribuer facilement des amendes, proposer  des médiations, des stages de rééducation etc. bref constituer une  nouvelle police de proximité.

A tous les niveaux, il devient important de repérer l’essentiel, de simplifier au maximum, de repérer l’échelle résolutoire appropriée pour pouvoir être efficace.

On peut faire l’hypothèse qu’il pourrait y avoir un accord large sur le corpus suivant, afin de ne pas forcément repartir de zéro, mais il s’agit d’une hypothèse.

Pour des programmes de regroupement municipaux et législatifs nous proposons de  distinguer les niveaux suivants (le débat  étant de  se mettre d’accord si le problème relève bien d’un niveau ou de plusieurs au demeurant)

Survivre 

Revenus décents pour tous (c’est évidemment plus au plan national que cela se situe, mais cela doit être réaffirmé localement).

Réduction des consommations énergétiques et déploiement des renouvelables,  (plan à 5, 10 15 ans).

Tranquillité- intimité à mieux respecter dans certains endroits. (on ne peut absolument pas faire l’impasse sur cette question qui fait monter le RN)

Réduire les  maltraitantes chez les enfants et les femmes.

Réduire drastiquement la pollution.

Vivre plus agréablement

Mieux répartir les Boulots ingrats.

Diminuer les incivilités (on pourrait proposer des ambassadeurs de la civilité).

Etre dans  une ville plus propre (discussion sur les amendes)

Pas de mendicité dans la rue,  (distribuer dans un premier temps de l’argent collecté par la mairie) pas de gens qui dorment dehors.

Réduire les temps de transports collectifs.

Combattre l’obsolescence et encourager les réparations (là aussi ce n’est pas qu’au niveau local).

Etre en meilleure  santé possible.

Réduire les tracas administratifs, simplifier les règles.

Augmenter la part de responsabilité des niveaux inférieurs. 

Améliorer l’implication des citoyens. 

Mettre la beauté  comme objectif important.

Encourager la joie de vivre à tous les niveaux.

Préparer le futur

Activités ayant du sens pour chacun

Transmettre les raisons des réussites et des échecs

Instituer à tous les niveaux éducatifs la logique ternaire :

Discerner sensiblement- penser- faire

Une éducation qui apprend à reconnaitre l’essentiel chez chacun, à être en bonne forme, à appréhender  profondément les autres cultures,  qui ancre chez chacun confiance, lucidité gout de risque, et aptitude à affronter les incertitudes.

Sur chacun de ces points on veillera à promouvoir les programmes d’encouragement adéquats, on évaluera, et on fera connaître les résultats des évaluations.

Pour tout accord avec l’esprit de ce texte et toute proposition de modification

antoine.valabregue@gmail.com

Réagir
3

antoine valabregue

conseil en possibles cohérents avec la fragilité du vivant

Cet article a 1 commentaire

  1. Jean-Louis Tripon

    il n’est pas donné à tous d’être un rônin, un guerrier d’exception, disposant d’armes personnelles d’une grande efficacité, libre de toute appartenance, de toute attache et de toute contrainte, disponible 14 heures par jour, capable de servir corps et âme une cause qu’il aura choisie. Et là encore, il ne séduira que ceux qui sont sensible à l’excellence. Donc, croire que l’humanité est prête à relever les défis du monde alors que la société est toujours gouvernée par des pleutres et des imbéciles, me semble illusoire, utopique, et prématuré.

    Réagir
    1

Laisser un commentaire

Article suivantRead more articles